Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Libye croule sous les "gouvernements"




Fayez al-Sarraj, chef du « gouvernement libyen d'union nationale » est à Tripoli, mais n'est pas reconnu par les libyens. Photo DR.
Fayez al-Sarraj, chef du « gouvernement libyen d'union nationale » est à Tripoli, mais n'est pas reconnu par les libyens. Photo DR.
LIBYE. Beaucoup de responsables libyens estimaient qu'il n'arriverait pas à entrer dans Tripoli, du moins pas vivant. Ils se sont trompés. Fayez al-Sarraj, le chef du « gouvernement libyen d'union nationale » parrainé par l'ONU, est arrivé mercredi dans la capitale avec une partie de son conseil.
 
Arrivé de Tunis par la mer, il doit pour l'instant se contenter de l'hospitalité de la base navale de la capitale libyenne car les milices qui contrôlent la capitale ne reconnaissent pas son autorité. Le « gouvernement » de Tripoli a fermé l'espace aérien et déclaré l'état d'urgence maximal pour empêcher sa venue. La porte était donc fermée...mais pas la fenêtre.
 
Usant de méthode Coué, la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, n'a pas boudé son plaisir en allant jusqu'à déclarer dans un communiqué que « l'arrivée du conseil présidentiel dans la capitale représente une opportunité unique pour les Libyens de toutes factions de se rassembler et de se réconcilier ». Cette entrée en catimini constitue pour Federica Mogherini « une étape importante ». Martin Kobler, envoyé de l'ONU pour la Libye, a lui aussi qualifié cet arrivée « d'étape importante dans la transition démocratique en Libye ».
 
Importante peut-être, mais pas décisive. Car pour l'instant le « gouvernement d'union nationale » mis en place par l'ONU et les Occidentaux n'a pas réussi à réunir les deux autres « gouvernements » libyens qui siègent à Tripoli et à Tobrouk. L'Union Européenne a pourtant dégagé une enveloppe de 100 M€ pour financer les premières mesures que les autorités libyennes pourraient prendre si elles en ont l'occasion.
 
Mais 100 M€ constituent une bien petite somme comparée à ce que rapporte le trafic d'êtres humains en partance pour l'Europe. Ils sont probablement plus d'un million à attendre. Les milices en place ne veulent pas d'un gouvernement d'union nationale qui les priveraient d'une véritable fortune.


Gérard Tur


Jeudi 31 Mars 2016



Lu 2179 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:06 L'Etat islamique ne règne plus sur Syrte

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise