Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Libye a 110 jours pour assurer sa stabilité politique et économique


Le challenge s'avère difficile alors que l'envoyé spécial de l'Onu décrit un tableau sombre de la situation. Pourtant, d'ici moins de quatre mois, les deux hommes forts du pays, Fayez Al-Sarraj et Khalifa Haftar, devront prouver à la communauté internationale que la Libye peut s'appuyer sur une stabilité institutionnelle, résoudre les problèmes de gestion des ressources naturelles et des migrations illégales et réinstaurer un état de droit.



Ghassan Salamé évoque une situation complexe en Libye devant le Conseil de sécurité de l'Onu (photo : ONU/Kim Haughton)
Ghassan Salamé évoque une situation complexe en Libye devant le Conseil de sécurité de l'Onu (photo : ONU/Kim Haughton)
LIBYE. Le 17 décembre 2017 marquera officiellement la fin de  la période de transition politique en Libye. Selon l'Accord politique libyen signé par l'Organisation des Nations Unies (ONU) à Skhirat au Maroc le 17 décembre 2015, et soutenu par la communauté internationale, à cette date, les différentes parties devront mettre en place un véritable gouvernement d'entente nationale capable d'assurer la stabilité du pays. Mais aussi de s'attaquer aux dossiers qui minent l'économie libyenne comme la gestion des ressources naturelles (principalement le pétrole), les migrations illégales ainsi que l'absence d'état de droit et les violations des droits de l'homme.

Sur ce dernier point, Antonio Guterres a demandé, lundi 28 août 2017, aux autorités libyennes de "relâcher immédiatement les migrants les plus vulnérables, notamment les femmes en danger, les femmes enceintes, les familles avec enfants, les enfants seuls ou séparés (de leurs proches) et les handicapés." Dans un rapport, le secrétaire général de l'Onu, dénonce le travail forcé, les viols et les détentions arbitraires. "Les migrants continuent d'être victimes de violences extrêmes par des trafiquants, des passeurs, des membres de groupes armés et des forces de sécurité", accuse Antonio Guterres.

Sur les migrations illégales proprement dîtes, la Libye, l'Italie, le Niger et le Tchad sont déjà parvenus à un accord pour renforcer les contrôles aux frontières en mai 2017. L'Union européenne a également voté plusieurs mesures en mars 2017 dans ce sens en finançant notamment des formations de garde-côtes libyens. Antonio Tajani, président du Parlement européen, veut aller plus loin : "Nous avons donné 6 mrds€ à la Turquie pour fermer la route des Balkans. Il est arrivé le moment de faire la même chose avec la Libye et d'investir de 50 à 60 mrds€ pour le développement de l'Afrique."

Quant à la lutte contre la contrebande de carburant, elle suit son cours avec encore un pétrolier intercepté dimanche 27 août 2017.

Détérioration des conditions de vie

Alors que le Libanais Ghassan Salamé vient de remplacer l'Allemand Martin Kobler au poste d'envoyé spécial de l'Onu en Libye, l'institution entend renforcer son rôle dans ce pays. Une réunion des représentants des parties libyennes se tiendra d'ailleurs à New York au siège des Nations Unies mi-septembre 2017. Ghassan Salamé devrait y présenter une nouvelle stratégie et un plan d'action visant à accroître sur place sa présence.

Lundi 28 août 2017, il s'adressait pour la première fois, par visioconférence, au Conseil de sécurité de l'Onu, pour rendre compte d'un premier bilan un mois après sa prise de fonction comme chef de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (Manul). "De mes entrevues (ndlr : avec l'ensemble des parties mais aussi des représentants Tunisiens, Algériens, Egyptiens et Italiens), un tableau émerge clairement. La population libyenne est exaspérée par la détérioration des conditions de vie dans leur pays", soulignait-il. Et d'ajouter devant les représentants onusiens, « les gens n'en peuvent plus des coupures d'électricité et d'eau, qui entraînent celles des réseaux téléphoniques et d'Internet. Ils ne comprennent pas comment on peut être pauvre dans un pays doté de richesses naturelles, notamment du pétrole, mais où il faut faire la queue pendant une journée pour obtenir vingt litres d'essence. »

Une économie prédatrice

Selon Ghassan Salamé, "une économie prédatrice s'est enracinée dans le pays, se répand parmi la population, comme si celui-ci alimentait volontairement sa propre crise, au profit de quelques-uns et au détriment de tous les autres, ce qui met en évidence un grave problème de gouvernance qu'il faut résoudre de toute urgence... À moins de relever les défis économiques, la situation humanitaire ne fera que s'aggraver."

Le constat est posé et rend d'autant plus compliqué le challenge de l'après révolution en Libye. D'autant plus qu'à cinq mois de l'échéance de la fin de l'Accord politique libyen, Fayez Al-Sarraj à Tripoli n'arrive toujours pas à s'entendre avec le maréchal Khalifa Haftar maître de l'Est du pays et vainqueur de Benghazi. Deux gouvernements concurrents, et un Parlement installé à Tobrouk, continuent à se partager le pays. Et ce n'est pourtant pas faute de rencontres successives comme la dernière fin juillet 2017 à La Celle-Saint-Cloud, près de Paris. Sans compter l'accord d'Abou Dhabi de mai 2017 prévoyant la création d'une armée unifiée et l'intégration du maréchal Haftar dans le conseil chargé de la préparation de la présidentielle. Ghassan Salamé a reconnu devant le Conseil de sécurité "un sérieux problème de gouvernance qui doit être réglé de toute urgence."

Les combats se poursuivent d'ailleurs entre les différentes factions. Le chef de la Manul a ainsi évoquer pour l'anecdote devant le Conseil de sécurité de l'Onu, son expérience personnelle : "lors de ma première nuit à Tripoli, je me suis endormi au son des rafales de coups de feu."

Consensus obligatoire

Si la lutte contre l'Etat islamique laisse entrevoir une victoire - même si l'EI vient d'enlever près de Syrte un ancien vice-président du Comité des élections et un volontaire de l'armée libyenne et que l'organisation installe de nouveaux barrages dans le désert au sud du pays -  il ne s'agit que d'une partie d'un problème plus complexe. Le chef du gouvernement d'unité nationale (GNA), Fayez Al-Sarraj, demeure loin de faire l'unanimité espérée lors de sa difficile intronisation en mars 2016. La crainte d'un vide institutionnel au 17 décembre 2017 force pourtant les belligérants à s'entendre. Un projet de constitution voté le 29 juillet 2017 se trouve à l'examen dans les tribunaux pour évaluer sa légalité et de nouvelles élections devront se dérouler au plus vite. Fayez Al-Sarraj a programmé, depuis juillet 2017, une présidentielle et des législatives en mars 2018.

Mais pour que ces deux points débouchent, un consensus entre les deux hommes forts libyens demeure indispensable. L'Onu s'engage donc dans la "relance d'un processus politique inclusif" avec l'ambition de "soutenir un gouvernement légitime capable d'unifier le pays et ses institutions nationales", précise Antonio Guterres.




Mardi 29 Août 2017



Lu 3070 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

Arabie Saoudite : La « Nuits
des Longs Cimeterres »
se poursuit…


avis d'expert

Roland Lombardi, docteur en Histoire, consultant indépendant en géopolitique, analyste au sein du groupe JFC Conseil et chercheur associé à l'IREMAM de l'Université Aix Marseille.


 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















EMISSIONS RADIOS RTS


Angélique Kourounis et Thomas Jacobi, présentent leur dernier documentaire :

 

AUBE DOREE,
UNE AFFAIRE PERSONNELLE  

 
   • Mon fourgon, ma maison
   • Aube Dorée, attention danger



Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Femise
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee    APIM
Région PACA          EDF