Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Grèce lance des enchères par Internet pour vendre les saisies immobilières




Les ventes aux enchères concernent surtout de l'immobilier (photo : F.Dubessy)
Les ventes aux enchères concernent surtout de l'immobilier (photo : F.Dubessy)
GRÈCE. Après plusieurs mois d’affrontements, parfois musclés, dans les tribunaux - les militants empêchant physiquement les notaires de procéder à la mise aux enchères des biens des personnes endettées - le gouvernement d’Alexis Tsipras a cédé aux pressions des créanciers. sormais ces mises aux enchères se feront par voie électronique via Internet.  
 
Finie la campagne d'appels à la résistance, finis les rassemblements les mercredis après-midi devant les Palais de justice, auxquels certains ex-ministres du premier gouvernement de gauche radicale d'Alexis Tsipras participaient activement. La décision vient d’être prise quarante-huit heures avant la tenue d'une nouvelle réunion cruciale à Bruxelles entre la Grèce et ses créanciers, signe selon Athènes de sa bonne volonté pour redresser la situation catastrophique des créances douteuses qui représentent presque 50% de leur portefeuille de prêts.
 
Le problème, selon les détracteurs du projet, reste que cette procédure va profiter aux fonds étrangers vu le manque de liquidités sur le marché grec. Liquidités qui, ironie de l'histoire, se trouvent gelées par les créanciers. Les Grecs seront, selon la presse nationale, doublement pénalisés : par la perte des biens et par l'impossibilité de les acquérir. Pour autant la décision est prise. Ces enchères électroniques se feront dès le mois de septembre 2017, au rythme de trois fois par semaine de 11h à 17h. 15 000 biens se trouvent concernés. 

Les biens auront du mal à trouver repreneur

Les hackeurs ont déjà annoncé qu'une riposte se prépare. A titre d'avertissement, le 15 juin 2017, des anarchistes cagoulés ont forcé l'entrée de la société Newsphone Hellas, connue pour des programmes télévisé de télémarketing, pressentie pour la mise en forme de la plate-forme informatique. Ils ont jeté de la  peinture et annoncé des actions futures plus musclées. Selon les détracteurs du projet, les biens concernés sont des résidences principales de familles endettées, des magasins de commerçants en faillite. Ce que nient les notaires qui soulignent que ces ventes ne concernent pas les personnes les plus démunies puisque, dans la plupart des cas, les biens vendus valent plus de 300 000 €.
 
En 2010, au début de la crise qui plombe la Grèce depuis sept ans, une loi avait été adoptée pour protéger les logements familiaux des saisies. Et les années suivantes, tous les créanciers publics et privés se sont abstenus d'ordonner celles-ci avec la rigueur souhaitée par les créanciers. De leur coté, les banques grecques ne se disent pas très heureuses de récupérer ces biens immobiliers. D'abord car le marché a chuté de 30 à 50%, ensuite car les biens saisis auront du mal à retrouver preneur et qu'en tout état de cause, il sera difficile de récupérer sa mise.
 
Pour autant, ces mêmes banques grecques poussent à une réforme, de peur que les fonds d'investissements "vautours", qui attendent en embuscade, ne se mettent en branle et interviennent sur le marché.


Angélique Kourounis, à ATHÈNES


Lundi 26 Juin 2017



Lu 2248 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 21 Septembre 2017 - 08:04 Coup de force de l’État espagnol en Catalogne €


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Quatre chantiers pour la renaissance de l’Europe


avis d'expert

Henry Marty-Gauquié, directeur honoraire de la BEI, membre du groupe d'analyse JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA