Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La France prouve la responsabilité du régime syrien dans la dernière attaque chimique




Jean-Marc Ayrault dévoile un rapport accusant le régime syrien dans les attaques au gaz sarin (photo Bruno Charpiron/MAEDI)
Jean-Marc Ayrault dévoile un rapport accusant le régime syrien dans les attaques au gaz sarin (photo Bruno Charpiron/MAEDI)
SYRIE / FRANCE. Jean-Marc Ayrault a dévoilé, mercredi 26 avril 2017, un rapport des services secrets français prouvant que l'attaque au gaz sarin contre la localité rebelle de Khan Cheikhoun le 4 avril 2017 est bien l’œuvre du régime syrien. Le bombardement à l'arme chimique avait fait quatre-vingt sept morts dont trente-et-un enfants.

Pour le ministre français des Affaires étrangères, qui intervenait après un conseil de défense tenu à l'Elysée avec le président François Hollande, "le recours au sarin ne fait aucun doute. La responsabilité du régime syrien ne fait pas de doute non plus, compte tenu du procédé de fabrication du sarin utilisé."

La France a détecté qu'un chasseur bombardier de type Sukkhoï 22 a bien décollé, le 4 avril au matin, de la base syrienne de Chayrat uniquement utilisée par le régime. Il aurait effectué six frappes. "Seuls Bachar al-Assad et certains des membres les plus influents de son entourage sont habilités à donner l'ordre d'utiliser des armes chimiques", indique le rapport. D'autre part, le gaz utilisé est identique à celui récupéré par la France dans une munition non explosée lors d'un bombardement en avril 2013 à Saraqeb également dans le Nord-Ouest du pays et attribué au gouvernement syrien. Un produit que seul le Centre de recherches et d'études scientifiques de Syrie (CERS) est capable de fabriquer.

La Syrie avait certifié avoir totalement démantelé son arsenal chimique suite à un accord signé avec les Etats-Unis et la Russie.

Jean-Marc Ayrault a précisé que les auteurs de ces actes - "une violation claire" de la convention sur l'interdiction des armes chimiques - auraient à "répondre de leurs actes criminels" devant la justice.

La Russie réclame une enquête internationale et impartiale

Quelques jours après l'attaque, le régime syrien niait toute implication et affirmait même que le bombardement avait été "fabriqué à 100%" par la Coalition pour couvrir les frappes aériennes américaines contre une base aérienne menées en représailles trois jours plus tard. Il avait aussi dans un premier temps accusé les rebelles d'avoir fait exploser eux-mêmes un dépôt chimique pour manipuler l'opinion.

La Russie de son côté, si elle reconnaît qu'il "existe un petit doute sur le fait que des substances toxiques ait été utilisées" indiquait, mercredi 26 avril 2017 après l'annonce du rapport français et par la voix du porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, que "le Kremlin et le président Poutine croyait encore que conduire une enquête internationale impartiale était le seul moyen de découvrir la vérité.'" Cité par l'agence russe Tass, Il indiquait également "ne toujours pas comprendre pourquoi l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) s'abstiennait pour l'heure d'une telle enquête." Pour Dmitri Peskov, cité par l'agence officielle syrienne Sana, "les déclarations du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, et ses allégations sur l'usage du gaz sarin à Khan Cheikhoun par l'armée arabe syrienne ne changeront pas la position de la Russie à ce sujet."

Dans un entretien avec l'agence Reuters, le président turc Recep Tayyip Erdogan a révélé que Vladimir Poutine lui aurait précisé concernant cette attaque et les révélations françaises : "je ne suis pas l'avocat d'Assad".

Voir l'évaluation nationale sur l'attaque chimique du 4 avril 2017

170425___evaluation_nationale___francais___final_1_cle0a7971.pdf 170425_-_evaluation_nationale_-_francais_-_final_1_cle0a7971.pdf  (447.4 Ko)





Mercredi 26 Avril 2017



Lu 2522 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Lundi 16 Octobre 2017 - 10:36 Rakka libérée des jihadistes

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




















Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA













EMISSIONS RADIOS RTS


Angélique Kourounis et Thomas Jacobi, présentent leur dernier documentaire :

 

AUBE DOREE,
UNE AFFAIRE PERSONNELLE  

 
   • Mon fourgon, ma maison
   • Aube Dorée, attention danger



Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Femise
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee    APIM
Région PACA          EDF