Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Femip dévoile sa nouvelle stratégie


Trois ans après les printemps arabes, la BEI et son bras armé, la Facilité euro-méditerranéenne d'investissement et de partenariat (Femip) s'engagent dans une nouvelle feuille de route en faveur de la Méditerranée pour la période 2014-2020. À Athènes, les 1er et 2 avril 2014, les ministres européens ont approuvé les nouvelles priorités centrées sur le financement des infrastructures et le soutien au secteur privé.



"Nous disposons de trois ans pour montrer l'utilité d'investir au sud" insiste Philippe de Fontaine Vive (photo F.Dubessy)
"Nous disposons de trois ans pour montrer l'utilité d'investir au sud" insiste Philippe de Fontaine Vive (photo F.Dubessy)
MÉDITERRANÉE. Dans le prolongement de la réunion informelle de l'Ecofin, organisée du 1er au 2 avril 2014 à Athènes en parallèle avec la 13e conférence de la Femip (Facilité euro-méditerranéenne d'investissement et de partenariat), Philippe de Fontaine Vive, vice-président de la Banque européenne d'investissement (BEI), a présenté aux ministres européens la feuille de route de la stratégie de la BEI en faveur de la Méditerranée.

Ce document servira de base à l'élaboration du prochain plan opérationnel de la Femip courant de 2014 à 2020. Il inclura des chiffres détaillés et des stratégies d'investissement dans les différents secteurs et pays. Sur cette période, l'Europe consacrera 9,6 mrds€ à la région Méditerranée. À mi-parcours, en 2017, 3 mrds€ seront réalloués au sud ou au nord. "Nous disposons donc de trois ans pour montrer l'utilité d'investir au sud" insiste Philippe de Fontaine Vive qui constate qu'au nord comme au sud "tous les ministres cherchent l'après-crise. Investir dans un pays méditerranéen devient une opportunité et pas seulement une solidarité."

Pour la seconde fois, la réunion informelle de l'Ecofin se déroule concomitamment à la conférence Femip. "Cette proximité permet la participation personnelle de ministres européens à notre conférence. Notamment, ceux qui ne seraient pas venus dans un pays du sud de la Méditerranée" souligne Philippe de Fontaine Vive.

23 mrds€ par an pour résorber les déficits d'infrastructures

Le financement des infrastructures fait partie des priorités de la Femip (photo GT)
Le financement des infrastructures fait partie des priorités de la Femip (photo GT)
Dans la capitale grecque, Philippe de Fontaine Vive a ébauché les besoins tant en infrastructures qu'en financement à l'aune de la situation en 2014 dans ces pays du sud et de l'est de la Méditerranée. Autant d'enseignements dans lesquels la BEI puise pour alimenter sa feuille de route pour la Méditerranée à l'horizon 2020.

Huit priorités se détachent concernant les secteurs où investir : les infrastructures pour jeter les bases d'une croissance multisectorielle, l'intégration régionale pour développer le potentiel commercial de la région, les énergies renouvelables pour valoriser le potentiel énergétique de la région, l'agriculture pour s'élever dans la chaîne de valeur de l'industrie agroalimentaire, le tourisme en opérant une diversification vers les activités culturelles et médicales, le secteur des médias pour stimuler l'innovation régionale, la création d'entreprises en développant les compétences pour créer des emplois et la diaspora afin d'accroître la productivité des envois de fonds des émigrés.

Arguant de la nécessité d'agir massivement dans tous les secteurs, le patron de la Femip estime à 23 mrds € par an les investissements requis pour résorber, d'ici à 2020, les déficits d'infrastructures dans les pays partenaires méditerranéens. Cette enveloppe couvrira donc l'énergie, les transports, et l'environnement. Il faudra aussi améliorer la qualité des infrastructures existantes.

Les rives sud de la Méditerranée souffrent d'un faible niveau d'intermédiation bancaire, du rôle limité des marchés de fonds propres, d'un niveau insuffisant d'inclusion financière, qui limitent l'accès des entrepreneurs au financement. Résultat, "le taux de création d'entreprises dans la région méditerranéenne est inférieur à celui enregistré dans les autres régions où la BEI opère. De plus, les entreprises créées tendent à rester de petite dimension au lieu de croître" souligne la banque luxembourgeoise.

Forte de ce constat, la BEI veut aider le secteur bancaire à se positionner tout au long du cycle de vie des PME. Ceci passe par de nouvelles lignes de crédit aux micros, petites et moyennes entreprises (MPME), l'intervention dans le capital, des prêts au secteur de la microfinance. "Il faut que les entrepreneurs et les sociétés de dimension trop restreintes pour satisfaire au modèle standard de services bancaires aux entreprises puissent néanmoins accéder aux services financiers" souligne un document de la BEI. Élargie, la nouvelle palette d'instruments proposés comblera les lacunes de toute la chaîne de valeur des MPME et influera davantage sur le développement des entreprises.

Maroc et Égypte en pays pilotes

Si le manque de ressources pénalise la croissance des Pme, la BEI pointe aussi du doigt les défaillances de l'administration et la faible capacité de gestion des projets. Elle suggère une meilleure coopération technique pour "consolider le savoir-faire en matière de développement, de mise en œuvre et de suivi des projets."

À Athènes, Philippe de Fontaine Vive a indiqué aux ministres européens de l'économie et des finances vouloir "continuer à soutenir les projets d'infrastructures économiques et sociales... et développer une approche intégrée des dossiers grâce à des initiatives en matière de conseil."

Sectorielle, programmatique et s'appuyant sur trente-cinq ans de présence dans la région, cette vision permettrait de "compléter le soutien fourni aux opérations de grande envergure par une assistance orientée vers les projets phares de plus petite dimension, notamment moyennant le regroupement des projets."

Le Maroc et l’Égypte se déclarent volontaires pour devenir pays pilote au sein de la Femip. "Ils demandent une visibilité pluriannuelle alors que d'autres, comme la Tunisie, préfèrent travailler avec nous avec plus de flexibilité et d'adaptation" commente Philippe de Fontaine Vive. La BEI mettra en place une équipe pays sur le Maroc et une autre pour l'Égypte. Mieux, des fonctionnaires de ces deux pays bénéficieront d'un détachement au Luxembourg pour préparer les deux premiers programmes d'investissement triennaux.

En 2015, la 14e conférence de la Femip se tiendra en Égypte sur invitation de ce pays.

"La BEI va continuer à explorer les synergies possibles avec les autres institutions financières internationales" annonce Philippe de Vive. Déjà, un accord existe avec la Banque islamique de développement (BID). Il envisage également de travailler avec des non-Européens et particulièrement des financiers présents dans la région du Golfe. Le vice-président de la BEI se rendra d'ailleurs en juin 2014 en Arabie Saoudite.


Frédéric Dubessy, à ATHÈNES


Mercredi 2 Avril 2014



Lu 873 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 10:48 La Tunisie engrange 14 mrds€ d'investissements

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise