Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Durance grand labo de gestion de l’intermittence électrique



FRANCE. L’injection croissante d’électricité issue d’énergie renouvelable sur le réseau pose des problèmes : leur intermittence est difficile à gérer, et leur valeur économique peu assurée. So FLEX’hy cherche à répondre à l’enjeu. Son atout, une énorme batterie de plusieurs milliards de mètres cube d’eau provençale.



Le parc photovoltaïque du Plateau de Puymoisson, connectable aux ouvrages hydroélectriques de la Durance toute proche (photo MN)
Le parc photovoltaïque du Plateau de Puymoisson, connectable aux ouvrages hydroélectriques de la Durance toute proche (photo MN)
L’expression « un nuage passe » s’appliquera très bien aux sociétés qui misent tout sur les énergies renouvelables…et capricieuses car intermittentes. Leur chiffre d’affaires connaîtra un blanc au passage des nuées. En effet, la production électrique joue facilement au yo-yo quand de jolis cumulus s’interposent entre l’astre du jour et les panneaux photovoltaïques.

« La grande variabilité de la production électrique peut poser des problèmes de congestion pour le réseau. D’autant qu’elle représentera une part de plus en plus importante avec le développement des énergies renouvelables» souligne Pascale Sautel, à EDF Production Hydraulique Méditerranée.

Quand le soleil revient, les lignes peuvent ne plus supporter le retour massif à la production. La solution  pour éviter de construire de nouvelles lignes, souvent coûteuses en termes économiques et pour l’environnement ? «Créer de nouveaux leviers de flexibilité avec l’existant et notamment la chaine de production hydroélectrique de la Durance et du Verdon. C’est ce à quoi vise So FLEX’hy » ajoute la chargée du projet piloté par le producteur d’électricité renouvelable majeur de Provence, EDF.

La particularité électrique de la Provence est connue : une douzaine d’ouvrages hydrauliques au long de deux cours d’eau, la Durance et le Verdon, qui permettent à EDF d’injecter sur le réseau l’électricité nécessaire en à peine dix minutes. 

De nombreux partenaires pour des solutions technologiques et économiques

Pascale Sautel, chargée du projet SoFLEXhy à EDF : "actuellement répondre à l'intermittence électrique n'a pas de valeur économique connue. C'est un sujet essentiel " (photo EDF DR)
Pascale Sautel, chargée du projet SoFLEXhy à EDF : "actuellement répondre à l'intermittence électrique n'a pas de valeur économique connue. C'est un sujet essentiel " (photo EDF DR)
Coupler cet avantage avec les parcs de production d’ENR, en particulier les centrales photovoltaïques de la Durance, voilà l’idée de base de So FLEX’hy ! (pour Soleil, Flexibilité, Hydraulique), une « brique du grand projet Flexgrid  », sous forme d’une centrale virtuelle agençant plusieurs moyens de production d’électricité renouvelables.

Rappelons que la Région Provence Alpes Côte d’Azur, avec ce projet Flexgrid, a été retenue en 2016 par le Ministère de l’Industrie, pour un appel à projets visant à l’intelligence électrique. Il s’agit de développer des solutions industrielles propres à répondre à l’intégration massive des énergies renouvelables intermittentes.
Certes, de nombreux acteurs travaillent sur les possibilités de stockage d’électricité, puis sa réinjection sur le réseau. Mais on ne connaît pas encore de batterie plus importante que les milliards de mètres cubes d’eau courante des retenues de Durance et Verdon.

Le consortium des partenaires réunis pour présenter ce projet à l’Etat regroupe tous les types d’acteurs : EDF SA et sa branche R&D, les producteurs d’ENR EDF EN et Aloe Energy, la start-up dédié à la maîtrise de l’intermittence électrique EDF Store and Forecast. Ajoutons-y le CEA avec La Cité des Energies de Cadarache, le RTE (Réseau Transport Electricité) et la Société du Canal de Provence. Et puis un agrégateur toulonnais de production d’ENR en vue de sa revente, Hydroption, pour qui la prévision de production est essentielle. 

Enjeu mondial, marchés potentiels

L'injection d'électricité stockée dans le réseau donne lieu à de nombreuses recherches ; Myrte à Ajaccio, Nice Grid ici avec Alstom. Une rivière équipée reste cependant la "pile" d'une capacité infiniment supérieure (photo MN)
L'injection d'électricité stockée dans le réseau donne lieu à de nombreuses recherches ; Myrte à Ajaccio, Nice Grid ici avec Alstom. Une rivière équipée reste cependant la "pile" d'une capacité infiniment supérieure (photo MN)
« Répondre, en innovant, au problème de l’intermittence électrique s’avère un enjeu considérable, y compris au plan économique ». Pascale Sautel soulève LA question : puisqu’il ne s’agit plus seulement de vendre des kWh, où ira donc se nicher la valeur de l’optimisation du rapport production/consommation ? Sans valeur créée, sans principe de rémunération des acteurs, pas d’investissement, ni d’innovation réaliste pour la flexibilité !

« C’est bien pour réfléchir sur ces questions essentielles que des Universités - le Greqam de Marseille et le G2eLab de Grenoble- sont partenaires de SoFlexHy » reprend Pascale Sautel.

Les résultats de ces travaux d’économistes sont attendus. Partout. Si, en France, l’intermittence électrique est encore gérable, avec une proportion de 10% d’ENR injectés dans le réseau, dans certains pays leur avancée nécessite des solutions techniques et économiques. L’Espagne approche, certains mois, des 50% d’ENR, et en Chine leur production est en croissance exponentielle.

Désormais le projet, labellisé par les pôles de compétitivité Cap Energie et Tenerdis, soutenu par la Région Paca, recherche des financements, via le Fonds Unique Interministériel et les fonds FEDER.  Le dossier sera déposé lors du prochain Appel d’offres du FUI, en octobre 2017.

Lire aussi Avec Flexgrid, gérer l’intermittence électrique et créer de la valeur en effaçant les KW


Mardi 23 Mai 2017




Lu 4190 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >















Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA