Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Commission européenne tance trois pays méditerranéens pour retards de paiement




La Commission européenne veut faire respecter les délais de paiement (photo C.G.)
La Commission européenne veut faire respecter les délais de paiement (photo C.G.)
EUROPE. Grèce, Italie, Espagne et Slovaquie, viennent d'être rappelés à l'ordre par la Commission européenne qui leur reproche de ne pas se conformer à la directive sur les retards de paiement du 16 février 2011 (2001/7/UE). Conçue pour "décourager une culture du retard de paiement", elle venait renforcer par des mesures plus strictes, une précédente directive (2000/35/UE). S'adressant principalement aux Pme, elle instaure un paiement par les pouvoirs publics dans un délai de trente jours des biens et services qu'ils se procurent, ou, dans des cas exceptionnels, un délai de soixante jours. Le texte vise à protéger les entreprises dans leurs relations commerciales en les prévenant de toute perte. La directive devait être transposée en droit national au 16 mars 2013.

Dans les transactions inter-entreprises (dites transactions «B2B»), ce délai passe à soixante jours, sauf accord contraire. "En cas de paiements effectués plus tard que convenu, les créanciers sont automatiquement en droit d'exiger des intérêts de retard (au taux d'au moins 8 % au-dessus du taux de référence de la Banque centrale européenne) ainsi qu'un montant minimal de 40 € à titre d'indemnisation de chaque facture impayée, de même que le paiement de toutes les autres dépenses occasionnées au titre des frais de recouvrement" précise la directive.

Fin de procédure pour le Portugal

La Commission européenne reproche à la Grèce une nouvelle législation supprimant les droits des créanciers à des dommages et intérêts et lui adresse une lettre complémentaire de mise en demeure. Elle frappe d'un avis motivé l'Italie pour retards de paiement excessifs par les pouvoirs publics. Bruxelles envoie également une lettre de mise en demeure à l'Espagne pour critiquer sa législation étendant systématiquement le délai légal de paiement de trente jours.

Parallèlement, la procédure contre le Portugal dans ce domaine est close car le pays a mis sa législation nationale en conformité avec la directive.

«Les retards de paiement sont une charge importante pour les entreprises, en particulier celles de petite taille. Le fait de pouvoir compter sur une rémunération en temps utile de la part de leurs contractants permet aux entreprises d'exercer leur métier et de produire pour leurs clients et leur personnel. En invitant les États membres à respecter les règles en matière de retards de paiement, nous protégeons les entreprises et nous contribuons à améliorer la compétitivité de l'Union européenne», indique Elzbieta Bienkowska, commissaire européenne chargée du marché intérieur, de l'industrie, de l'entrepreneuriat et des Pme.

Selon un rapport de la Commission européenne publié en août 2016, "chaque jour de réduction du délai de paiement fait gagner 158 M€ aux entreprises européennes en coûts financiers". La CE constate que, dans certains Etats membres, les paiements par les pouvoirs publics peuvent prendre jusqu'à 130 jours en moyenne, et même 500 jours dans certains secteurs. Elle fustige également certaines pratiques comme la renonciation du créancier à réclamer des intérêts pour retard de paiement et ou à une indemnisation pour frais de recouvrement.




Jeudi 16 Février 2017



Lu 790 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Lundi 20 Mars 2017 - 16:06 L'Eurogroupe envisage un FMI européen


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Emeutes, violences urbaines, tentatives d'attentats… L'Algérie est-elle vraiment menacée ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA












Suivez econostrum.info en direct sur Facebook









Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA          EDF
 
Femise