Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Commission Européenne dit non à la Turquie




Johannes Hahn, commissaire européen à la politique européenne de voisinage et aux négociations d'élargissement et auteur du rapport (photo UE)
Johannes Hahn, commissaire européen à la politique européenne de voisinage et aux négociations d'élargissement et auteur du rapport (photo UE)
EUROPE. La Commission Européenne a rendu public mardi 10 novembre 2015 une série de rapports sur « l'état d'avancement des pays des Balkans occidentaux et de la Turquie au regard des préparatifs visant à satisfaire aux critères d’adhésion à l'UE ».

L'Europe ne veut pas de la Turquie et de certains pays des Balkans au sein de l'Union, mais a besoin de ces pays pour gérer l'arrivée des réfugiés. Dans son «paquet élargissement» annuel, elle se garde donc bien de fermer la porte...mais ne l'ouvre pas non plus.

Pour le commissaire Johannes Hahn, « la crise actuelle des réfugiés montre toute l'importance d'une coopération étroite entre l'UE et les pays de l’Europe du sud-est. Le processus d'élargissement de l'UE, qui concerne les Balkans occidentaux et la Turquie, est un puissant outil pour renforcer l'État de droit et les droits de l'homme dans ces pays. Il donne aussi un coup de fouet au renforcement de l'économie, tout en promouvant la coopération régionale. Une perspective européenne claire a pour effet de transformer progressivement nos partenaires et de renforcer la stabilité autour de notre Union. C'est pourquoi notre engagement ferme à l'égard de l'élargissement de l'UE et des conditions à respecter à cette fin constitue un investissement à long terme dans la sécurité et la prospérité de l'Europe elle-même.»

L'UE évoque un « engagement ferme des conditions à respecter » et un « investissement à long terme ». De quoi agacer une Turquie en pleine dérive totalitaire, mais dont l'Europe à tant besoin. Johannes Hahn caresse donc dans le sens du poil le puissant voisin de l'Europe. « La Turquie apporte une aide substantielle à plus de 2 millions de réfugiés syriens présents sur son territoire » précise le rapport, qui n'oublie pas de citer également « l’ancienne République yougoslave de Macédoine et la Serbie » qui ont eu à « faire face à l'afflux d'un nombre important de ressortissants de pays tiers transitant par leur territoire depuis le début de l'année » . L'UE reconnaît que « l'enjeu que représentent les migrations plaide plus que jamais en faveur d'une coopération accrue avec les pays visés par l'élargissement et l'UE fournit une aide substantielle à cette fin ».

Donc oui à une aide financière, mais d'élargissement point. Car aujourd'hui probablement encore moins qu'hier, les conditions d'une entrée de la Turquie ne sont pas réunies. « Les questions essentielles que constituent l’État de droit, les droits fondamentaux, le renforcement des institutions démocratiques, y compris la réforme de l’administration publique, ainsi que le développement économique et la compétitivité restent des priorités clés. Des progrès sont réalisés. Toutefois, la mise en œuvre effective laisse très souvent à désirer dans tous les domaines ». Une véritable fin de non-recevoir pour le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, qui a clairement laissé entendre qu'il serait conciliant sur le dossier des réfugiés à condition que l'UE accepte l'adhésion de la Turquie.

La Commission enfonce le clou en précisant que « en ce qui concerne l'État de droit, les systèmes judiciaires ne sont pas suffisamment indépendants, efficients ou tenus de rendre compte de leur action. De sérieux efforts sont encore nécessaires en matière de lutte contre la criminalité organisée et la corruption. Si les droits fondamentaux sont souvent en grande partie consacrés par la législation, des lacunes persistent dans la pratique. Le respect de la liberté d’expression constitue un défi particulier, la situation en la matière évoluant de manière négative dans un certain nombre de pays ».


Gérard Tur


Mardi 10 Novembre 2015



Lu 2519 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise