Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La « communauté » Mobeye s'élargit en Méditerranée


La société française Mobeye poursuit son développement européen en s’implantant en Espagne, où elle exporte son savoir faire : permettre aux grandes marques de tous secteurs, distribuées en grandes et moyennes surfaces, d’optimiser leurs ventes. En s'appuyant sur une « communauté » de consommateurs qui transmettent des informations à grande échelle à travers une application mobile. Cette nouvelle étape internationale confirme la croissance fulgurante d'une start-up dont l'avenir passe aussi par la Méditerranée.



Augustin Rudigoz a créé l'entreprise en 2013 avec Aymeric Bérenger, Aymeric Porte et Benjamin Toueg, tous issus de l’ESCP Europe et de Polytechnique (photo Mobeye)
Augustin Rudigoz a créé l'entreprise en 2013 avec Aymeric Bérenger, Aymeric Porte et Benjamin Toueg, tous issus de l’ESCP Europe et de Polytechnique (photo Mobeye)
FRANCE / ESPAGNE. L'expression « Store check crowdsourcé » (ou contrôle de masse en magasin) peut paraître absconse ; c'est pourtant une idée simple et efficace qui fait le succès de la start-up Mobeye, l'une des entreprises les plus innovantes en France dans ce domaine. Le principe : permettre aux grandes marques de tous secteurs, distribuées en grandes et moyennes surfaces, d’optimiser leurs ventes, tout en proposant aux consommateurs de gagner de l’argent lorsqu’ils font leurs courses en magasin. L'outil : une application mobile qui fédère aujourd'hui une « communauté » de 150 000 « consommateurs utilisateurs », en France, en Belgique et depuis peu en Espagne, où la société Mobeye vient d'élargir son activité.
 
Lancée par Augustin Rudigoz et ses associés avec 1 000 € de capital en 2013, l'entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 500 K€ en 2014, et vise le double cette année. À la faveur de la stratégie d’internationalisation et d'une levée de 1,2 M€, grâce au fonds de capital risque Aurinvest.

« Nos clients sont les grands fournisseurs de la distribution, auxquels nous proposons d'abord un service de collecte d'informations géolocalisées en un temps record », explique Augustin Rudigoz : « Pour vous donner un exemple, un fabricant qui lance un nouveau yaourt en grande surface va ainsi pouvoir contrôler le référencement du produit en magasin, l’affichage de son prix, la mise en place effective d’une promotion ou d’une PLV, ou encore une position dans le rayon... ». Parmi les soixante-dix clients en portefeuille, se trouvent notamment Adidas, Bel, Coca-Cola, Nestlé, les stations-service Total ou encore Unilever.  

Optimisation des ventes

L'entreprise réalise déjà un quart de son chiffre d'affaires en Espagne (photo Mobeye)
L'entreprise réalise déjà un quart de son chiffre d'affaires en Espagne (photo Mobeye)
Toutes ces informations sont collectées par la « communauté des consommateurs Mobeye », via l’application téléphonique, avec questionnaire et photos à l'appui si nécessaire. Chaque consommateur étant rémunéré entre 4 et 10 € pour chaque formulaire envoyé. « En Espagne, où nous venons peine de nous implanter, notre réseau nous permet de donner un aperçu sur 98 % des magasins qui intéressent nos clients. » Mobeye se charge ensuite de restituer cette information pour mener des actions correctrices dans les magasins afin d’optimiser leurs ventes. « À charge par exemple pour ce producteur de yaourt dont je prenais l'exemple de renforcer son équipe commerciale auprès d'un distributeur ou d’intervenir de la manière qui lui paraît la mieux adaptée », ajoute Augustin Rudigoz, à la tête aujourd'hui d'une équipe de vingt-cinq personnes, dont deux basées à Madrid.
 
Pourquoi avoir ouvert ce bureau en Espagne ? « D'abord parce que nos clients y sont », répond le patron de Mobeye, « mais aussi parce que c'est un marché très similaire à celui de la France, où la distribution est structurée de façon quasiment identique, avec d’ailleurs des réseaux et des enseignes souvent identiques. »

Suivre les clients en Méditerranée

Une équipe de 25 personnes qui mobilise une communauté de 150.000 « consommateurs - utilisateurs » (photo Mobeye)
Une équipe de 25 personnes qui mobilise une communauté de 150.000 « consommateurs - utilisateurs » (photo Mobeye)
Le profil du marché espagnol était en effet particulièrement adapté au modèle de la start-up française. Car le pays se caractérise par une forte présence de la grande distribution (33 % d’hypermarchés, 24 % de supermarchés et 19 % de petits supermarchés), des distributeurs internationaux (comme Carrefour) qui référencent de plus en plus de marques, étrangères et espagnoles. Et en plus une pénétration record des smartphones, avec 25 millions d’utilisateurs.
 
À peine arrivée, la société envisage déjà d’élargir son activité au Portugal et à l'Italie. « Nous avons souvent affaire à des responsable de marchés « Europe du sud », qui raisonnent donc sur une large zone géographique ». En ce sens, le développement de Mobeye acquiert une dimension méditerranéenne, même sil s’agit pour l'instant du nord de la Méditerranée.  « Mais nous pouvons très bien penser à terme être présents au Maghreb, où les outils de téléphonie se développent rapidement, ce qui veut dire que nous aurons les moyens de suivre nos clients, qui ont tous une dimension internationale, au fur et à mesure du développement de la distribution », ajoute le président de Mobeye.
 
D'autant que, au-delà de la consolidation de ce savoir-faire dans la distribution, la stratégie de croissance passera également demain par une « offre verticale de services pour la gestion d'équipements à destination des villes ou autres institutions », prévoit Augustin Rudigoz, « en nous appuyant sur notre capacité à mobiliser rapidement une communauté de consommateurs ou d'utilisateurs. » 


Vendredi 9 Octobre 2015




Lu 1941 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >















Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




RÉflexions

Réflexion

Quatre chantiers pour la renaissance de l’Europe


avis d'expert

Henry Marty-Gauquié, directeur honoraire de la BEI, membre du groupe d'analyse JFC Conseil