Econostrum

Read in your language
Facebook
Twitter
Google+
Rss
en.econostrum.info
Econostrum le blog
Mobile


            partager partager

L’usine Renault-Nissan à Tanger prend plusieurs mois de retard


En raison des intempéries et de la crise économique mondiale, l'usine Renault-Nissan à Tanger est retardée de quelques mois. Nissan, qui souhaite optimiser ses investissements, réexamine ses projets à travers le monde.



La Logan, que produira l'usine Renault-Nissan, est déjà fabriquée au Maroc par la Somaca, détenue majoritairement par Renault  (photo Renault)
La Logan, que produira l'usine Renault-Nissan, est déjà fabriquée au Maroc par la Somaca, détenue majoritairement par Renault (photo Renault)
MAROC. En raison des intempéries qui ont frappé le nord du Maroc fin octobre, puis de nouveau ces derniers jours, début 2009, les travaux de terrassement de l’usine Renault-Nissan à Tanger ont pris du retard.

De nouveaux aléas qui, associés aux difficultés économiques mondiales, particulièrement rudes pour les constructeurs automobiles, conduisent à un retard de l’entrée en service de l’usine "de quelques mois (…), afin de sortir les véhicules au meilleur moment", confirme Zineb El Jazouli, responsable de la communication de Renault au Maroc.

"Il y a eu beaucoup de spéculations dans la presse (…) En raison de la crise, Nissan a décidé de revoir et d’optimiser son programme d’investissements à travers le monde. Mais dans sa globalité, le projet n’est absolument pas remis en cause", affirme la responsable de communication.

Dans son édition du 23 janvier, le quotidien espagnol El Pais annonçait le retrait de Nissan du projet à Tanger.

Une information non confirmée par la direction de Nissan, qui s’est bornée à indiquer par la voie de son porte-parole, Pauline Kee, que le groupe japonais étudiait des délais et des reports de certains de ses projets, y compris au Maroc.

Baisse des ventes mondiales de 1,1% en 2008 pour l’alliance

Carlos Ghosn, le Pdg de Renault (photo Renault)
Carlos Ghosn, le Pdg de Renault (photo Renault)
L’usine, d’une capacité de production initialement prévue de 200.000 véhicules à l’horizon 2010-2011, puis de 400.000 à terme, est estimée à près d’1 Md€ au total (600 M€ pour la première tranche).

Le complexe industriel est censé produire des dérivées de la Logan, ainsi que des véhicules utilitaires légers pour Nissan. Ces véhicules sont destinés à l’exportation à 90%. Quelques 6.000 emplois directs et 30.000 indirects sont attendus.

Dans un marché global en chute de 5%, l’alliance Renault-Nissan a annoncé le 4 février une baisse de 1,1% de ses ventes en 2008, à 6.090.304 véhicules, liée à la contre-performance du groupe Renault (-4,1%).

Tandis que les ventes s’effondrent en Europe de l’Ouest, en Amérique du Nord et au Japon, les marchés émergents, Russie, Brésil, Chine et Maroc, restent positifs.

Lire aussi : Nissan se retire du projet d'usine de Tanger
Lire aussi : Renault: coup de frein sur Tanger
Lire aussi : Maroc: gros trafic en prévision pour la future usine de Renault à Tanger


Christelle Marot, à CASABLANCA


Mercredi 4 Février 2009



Lu 8471 fois


Articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


réflexion
 
avis d'expertLes questions non réglées de la négociation du Caire
 
Michel Roche, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
La négociation laborieusement engagée au début du mois, au Caire, entre Israéliens et Palestiniens est dramatiquement bloquée.
 

avis d'expertIrak : l'État islamique pourrait bien changer la face du Moyen-Orient…mais pas comme nous le croyons…
 
Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Actuellement, dans le nord et l'ouest de l'Irak, a surgi un nouveau péril : l'État islamique (EI), le Daech, en arabe, d'Abou Bakr al-Baghdadi, connu à présent sous le nom du calife Ibrahim.

avis d'expertPour un renouveau de la santé en Méditerranée. Le cas du médicament.
 
Macarena Nuño, chef de projet prospective et capital humain à l'Ipemed
Depuis les printemps arabes, les populations des pays méditerranéens expriment avec force une demande croissante pour un meilleur accès aux soins de qualité, à moindre coût.

avis d'expertL'économie algérienne en 2014 : sur la route de la pauvreté
 
Guillaume Almeras, Consultant indépendant, associé au groupe d'analyse JFC Conseil
Dans un pays où les aides publiques sont assez généreuses pour être régulièrement soupçonnées d'acheter la paix sociale, ce titre surprendra sans doute nombre d'Algériens.

Autres avis d'experts