Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L’investissement de 507 M€ ne règle pas la question de l’avenir d’ArcelorMittal Algérie


Suite à une grève qui a paralysé le complexe sidérurgique d’El Hadjar à Annaba, la direction d’ArcelorMittal et le syndicat d’entreprise sont parvenus à un accord qui prévoit l’investissement de 507 M€, une augmentation de capital de 150 M€ et l’intégration de 690 travailleurs de la sous-traitance. La question du renouvellement ou de l’abrogation de l’accord de partenariat signé en 2001 et qui arrive à expiration en octobre 2011 reste à l’ordre du jour.



L'après octobre 2011, date d'expiration du contrat d'Arcelor, reste incertain
L'après octobre 2011, date d'expiration du contrat d'Arcelor, reste incertain
ALGÉRIE. L’accord signé entre la direction générale d’ArcelorMittal Annaba mardi 25 janvier 2011, représentée par son directeur général Vincent le Gouic, et le syndicat d’entreprise UGTA , représenté par son secrétaire général Smain Kouadria, s’inscrit dans le cadre de la politique de développement stratégique du groupe pour la période 2011-2015.

Le Conseil d'Administration du groupe s'est engagé, dans une première phase, à «renouveler et à améliorer les équipements stratégiques existants (filière fonte) de l’usine, de façon à amener, à terme, le complexe à une production d' 1,4 million de tonnes par an». 

La date à laquelle cet objectif devra être atteint n’est pas pécisée, mais le Conseil d’Administration se fixe pour but les 1 million de tonnes en 2011 contre 700 000 en 2010. 

Le renouvellement et l’amélioration des équipements passent principalement par la remise en état du Haut Fourneau n° 2 pour un montant de 90 M€, une remise à niveau de l’Agglomération n° 2 d’un montant de 12 M€ et par la rénovation complète de la cokerie pour 90 M€. 

Augmentation de capital de 150 M€

Dans une seconde phase, une unité de réduction directe (DRI) sera implantée au complexe d’El Hadjar en vue de porter «la capacité du complexe à 2,4 millions de tonne par an» pour un montant de 300 M€.

On annonce par ailleurs une augmentation du capital de l’ordre de 150 M€ répartis de la façon suivante : 105 M€ d'ArcelorMittal et 45 M€ apportés par le groupe public algérien Sider.

Il est à noter par ailleurs la décision de remettre en état la ligne ferroviaire Ouenza-Tebessa qui relie les mines de fer au complexe.

Dans le double but de compenser les départs en retraite et de faire face aux besoins induits par les nouvelles installations prévues, les partenaires sociaux se sont mis d’accord sur le recrutement de 690 ouvriers, techniciens et ingénieurs. 

Recrutements prioritaires chez la sous-traitance

Un lot de 200 travailleurs sera recruté le 1er février 2011, 290 autres le seront le 1er juin 2011 alors que les 200 restants intégreront l’entreprise le 1er janvier 2012.

Parmi les critères très précis (âge, expérience, diplôme…) retenus pour le recrutement figure l’obligation faite aux candidats d’avoir «une expérience de plus de 6 mois, au 1er janvier 2011» au sein du complexe d’El Hadjar.

Cela signifie que le personnel de la sous-traitance sera le bénéficiaire de cette opération de recrutement.

Les travailleurs recrutés disposeront d’un contrat à durée déterminée (CDD) de six mois renouvelables ou suivi de l’établissement d’un contrat à durée indéterminée (CDI) «après une période d’essai

Concernant la politique d’embauche, «l’entreprise a décidé de ne plus recourir à la mise à disposition [sous-traitance] sur les métiers clefs et sur des périodes longues. Ce type de prestation doit être utilisé uniquement pour des travaux temporaires bien définis

L’avenir du complexe

Smain kouadria revendique que l'Etat joue son rôle de régulateur économique(photo DR)
Smain kouadria revendique que l'Etat joue son rôle de régulateur économique(photo DR)
La direction d’ArcelorMittal Annaba considère qu’ «à travers ce plan d’investissement et de développement ambitieux, (notre) groupe souhaite clairement inscrire son développement stratégique en Algérie».

De son côté, Smain Kouadria contacté par econostrum.info, affirme que «l’accord est historique car le plan d’investissement, qui est très important, s’est fait avec l’assentiment de la direction du groupe à Luxembourg.»

Interrogé sur l’avenir du complexe, le secrétaire général du syndicat d’entreprise précise que «la revendication du syndicat reste que l’Etat joue son rôle de régulateur économique et qu’il puisse avoir un droit de contrôle de l’outil économique. Maintenant, comment se réalisent les aspects techniques et juridiques (montage, partage des actifs…), cela relève des prérogatives des pouvoirs publics.»

Revenant sur l’action de son syndicat dans la situation de marasme que connaît l’entreprise depuis quelques années, Smain Kouadria déclare que : « l’ensemble de nos démarches depuis de nombreux mois (grèves, déclarations, négociations, lettre ouverte au président de la république…) ont largement contribué à sensibiliser l’ensemble des intervenants : UGTA, pouvoirs publics, Sider, direction d’ArcelorMittal au Luxembourg…»

La question de l’avenir du complexe, au moment où le contrat de dix années de partenariat arrive à échéance, reste donc ouverte.

Lire aussi:Les salariés interpellent le président Bouteflika sur l’avenir d’ArcelorMittal Algérie

Les ouvriers d’ArcelorMittal El Hadjar obtiennent satisfaction et mettent fin à leur grève
Les travailleurs du complexe d'El Hadjar demandent à Smaïn Kouadria de revenir sur sa démission du Conseil syndical d'ArcelorMittal
ArcelorMittal s'engage dans une grève générale illimitée en Algérie
Le syndicat d’Arcelor Mittal demande à l’Etat Algérien de devenir actionnaire majoritaire
« ArcelorMittal n’a pas investi dans le complexe d’El-Hadjar en Algérie à la hauteur de ses engagements »


A. Belkessam, à ALGER


Mercredi 26 Janvier 2011



Lu 3282 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Commentaires

1.Posté par Un cadre dirigeant d'ArcelorMittal Annaba le 28/01/2011 10:47
Bonjour Monsieur,
Je tiens à apporter un commentaire à la conclusion de votre article lorsque vous dites «La question de l’avenir du complexe, au moment où le contrat de dix années de partenariat arrive à échéance, reste donc ouverte...»
Pourquoi conclure un article de cette façon?
Quel est l’intérêt ?
Je pense que vous devez, en tant que journaliste, toujours vérifier vos dires et ne jamais vous contenter de juste répéter les fausses informations que certain des détracteurs se plaisent à dire depuis 10 ans.
En effet, en Octobre 2001, le groupe ISPAT avec à sa tête Monsieur Mittal, a ACHETE 70% du complexe sidérurgique d’EL Hadjard. J’insiste, il a acheté et jusqu’à preuve du contraire, ayant connaissance parfaite du protocole de l’époque, sauf si M. Mittal souhaite vendre ses actions, il n’y a pas d’autres éventualités concernant son départ.
Le conseil d’administration, dont l’actionnaire MITTAL occupe 70% des sièges vient de voter un plan à 5 ans. Donc la vision et les volontés sont claires désormais et il faudrait arrêter de semer le doute.
Ce complexe a un marché énorme, des ouvriers courageux, des cadres de très bon niveau et est animé d’une volonté de développement. La majorité en a assez d’être chaque jour victime des attaques des pro nationalisation. Comme souvent ils me le disent, qu’importe qui est l’actionnaire, ce qui compte c’est que mon salaire tombe en fin de mois, que les investissements arrivent, que la maintenance soit faite, que des embauches remplacent les départs en retraite. Rien d’autre.
Il est temps désormais de construire l’avenir, d’arrêter de se poser des questions, il faut se mettre au travail car peu importe qui est le propriétaire, les investissements doivent être préparés, les embauches faites et nous n’avons plus de temps à perdre. 6 000 familles mangent grâce à l’activité du complexe + 5 000 indirects.
Monsieur, votre article était très bien, juste la dernière phrase m’a perturbé car elle est aussi reprise dans le titre. Cela veut dire que vous accrochez négativement, vous développez un article extrêmement positif et à la fin vous repassez dans le négatif. Pourquoi et à quoi bon !
Je le répète haut et fort: Peu importe qui est le propriétaire, ce qui compte c’est que ce complexe sidérurgique puisse fabriquer 2,2 Millions de Tonne vendables rapidement et créer des nouveaux emplois.
Comment peut on espérer que des investisseurs étrangers mettent des billes en Algérie lorsque chaque jour, des journalistes passent un message négatif ?
L’Algérie est un très beau pays qui mérite un avenir Industrie, Agricole et Manufacturier car il faudra bien remplacer les rentes pétrolières et gazières dans 25 ans. (Une génération)
Donc ouvrons notre esprit, notre coeur et notre sol aux investisseurs qui croient en cette région du monde.
En octobre 2011, nous aurons déjà bien avancé sur notre plan d’investissement et de recrutement. Faites confiance à nos 5 500 salariés !
J’espère que vous comprendrez mon intervention...

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise