Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L'inquiétante montée de la pauvreté en Espagne


Il suffit de se promener dans les rues des principales villes d'Espagne, à commencer par Madrid ou Barcelone, pour constater combien la misère gagne du terrain. Une pauvreté aux conséquences dramatiques sur la santé physique et mentale, notamment des populations les plus fragiles, dont les enfants et les personnes âgées.



26% des enfants sont directement affectés par la pauvreté en Espagne selon l'Unicef (photo Cruz Roja)
26% des enfants sont directement affectés par la pauvreté en Espagne selon l'Unicef (photo Cruz Roja)
ESPAGNE. La pauvreté devient tellement envahissante en Espagne, qu'elle se transforme en objet politique et en enjeu de débats entre les deux principaux partis politiques espagnols ; c'est ainsi que deux ténors du parti d'opposition PSOE et du PP (le Partido Popular du président du gouvernement Mariano Rajoy) se sont opposés ces jours-ci sur ce thème. Javier Arenas, vice secrétaire du PP, reprochant à son opposant au Parti socialiste d'avoir plongé l'Espagne dans la pauvreté ; et Alfredo Perez Rubalcaba accusant en retour le gouvernement espagnol d'ignorer les réalités d'une société dont il aggraverait les inégalités...

Difficile de dire qui sera le vainqueur de ces joutes, mais on connaît à coup sûr les perdants : ils sont au moins 6 202 700, soit autant de personnes actuellement au chômage en Espagne, selon le dernier recensement de l'Institut National de la Statistique (INE). Car, le taux de chômage, qui atteint désormais 27,16% de la population active espagnole, demeure l'indicateur le plus symptomatique de l'augmentation de la pauvreté en Espagne. D'autant que le pays compte actuellement 1,8 million de foyers où l'ensemble des membres se trouve au chômage. Ce qui en dit long sur la dégradation de la situation.

21% de la population sous le seuil de pauvreté

De plus en plus de familles dépendent des associations caritatives (photo : Banco de Alimentos)
De plus en plus de familles dépendent des associations caritatives (photo : Banco de Alimentos)
L'INE donne des chiffres encore plus explicites : en 2012, 21% de la population espagnole vivait sous le seuil de pauvreté (qui se situe à 613 € par mois en Espagne). Et on s'en doute, le nombre de pauvres continue d'augmenter en 2013. Pire : 40% des foyers restent incapables de faire face aux dépenses imprévues, et 13,7% ne parviendraient pas à « boucler les fins de mois ».

Les difficultés seraient encore plus dramatiques sans l'assistance des organisations caritatives, toujours plus sollicitées. Caritas, l'une des associations les plus actives sur le front de la pauvreté, soutient plus d'un million de personnes dans le besoin en Espagne. La Croix Rouge annonce de son côté qu'elle a apporté son aide à près de 2,4 millions d'individus dans le besoin en 2012, soit trois fois plus de personnes qu'au début de la crise économique, en 2008 ! Le plus grave concerne sans doute le tableau dressé par l'Unicef, qui prévient du risque croissant de pauvreté concernant les enfants : 26% des plus jeunes seraient aujourd'hui dans une situation inquiétante en Espagne, selon l'organisation internationale.

La pauvreté tue

Les conséquences de cette incessante montée de la pauvreté se mesurent à différents niveaux. Ainsi, l'Association des Sciences environnementales quantifie pour la première fois le nombre de foyers qui ne parviennent pas à assumer leurs factures énergétiques. Ce qui représente en Espagne un ménage sur 10, soit 1,7 million de foyers dans l'incapacité de payer entièrement les factures d'électricité, d'eau ou de gaz. Une étude qui date de... 2010. Aujourd'hui, la part des foyers concernés par cette « précarité énergétique » atteindrait 15% selon l'association. Ces données coïncident avec les chiffres des principaux opérateurs électriques espagnols, ayant procédé à un million de coupures d'électricité en 2012 pour défaut de paiement des factures.

Ce constat est à mettre en corrélation avec l'expertise de l'Observatoire national de la Durabilité (Observatorio de Sostenbilidad), qui note une augmentation de la mortalité de 20,5% en hiver, soit le taux le plus élevé de tous les pays occidentaux. Plus précisément, la « précarité énergétique » et ses conséquences directes sur la santé seraient la cause directe de milliers de morts : entre 2 300 et 9 300 décès chaque hiver (essentiellement des personnes âgées) selon l'Observatoire, qui compare ces chiffes avec les 1 300 victimes mortelles des accidents routiers en Espagne l'an dernier. Conclusion : la pauvreté tue davantage que la route !

L'Espagne redevient un pays d'émigration

Manifestation contre la pauvreté en Andalousie (photo ONG Don Bosco)
Manifestation contre la pauvreté en Andalousie (photo ONG Don Bosco)
Dans ce contexte, il n'est guère étonnant de constater que l'Espagne, pays d'immigration au cours de la dernière décennie, redevient un pays d'émigration. De fait, la population espagnole se réduit dans son ensemble pour la première fois depuis 1996, comme le révèlent les statistiques de l'INE. Le pays comptait, au 1er janvier 2013, 47 059 533 habitants, soit 205 788 personnes de moins qu'un an auparavant. Principale raison : le retour dans leur pays d'origine de 3,8% des 5,5 millions d'étrangers recensés en Espagne, pour la majorité des ressortissants des pays d'Amérique Latine.

Mais ces immigrés ne sont pas les seuls à faire leurs valises. Il faut ajouter à ce solde migratoire les 54 912 Espagnols qui ont également quitté le pays en 2012, pour aller chercher une meilleure fortune hors de leurs frontières. Car la principale motivation de cette émigration concerne le marché de l'emploi, où les jeunes demeurent particulièrement pénalisés par un taux de chômage de plus de 50%. Le profil des nouveaux émigrés espagnols s'avère d’ailleurs révélateur : des personnes de 32 ans en moyenne (hommes et femmes en égale proportion), ayant fait des études supérieures.

Selon les propres prévisions du gouvernement espagnol, qui n'envisage pas un retour à la croissance susceptible d'inverser la courbe du chômage avant 2015, la tendance risque fort de se confirmer au cours des prochains mois, voire des prochaines années.




Mardi 14 Mai 2013



Lu 3360 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise