Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L'élection d'Emmanuel Macron rassure les pays méditerranéens


L'élection d'Emmanuel Macron est saluée dans les pays méditerranéens qui louent au Nord le futur président pro-européen et au Sud, un ami du Maghreb.



L'élection du pro-européen Macron satisfait les dirigeants européens (photo : En Marche)
L'élection du pro-européen Macron satisfait les dirigeants européens (photo : En Marche)
MEDITERRANEE. Élu avec 66,1% des voix, le futur président de la République française a les honneurs de la presse méditerranéenne après son élection de dimanche 7 mai 2017.

Si certains titres optent pour l'humour, comme l'Italien Il Tempo qui fait figurer en une la Joconde avec le visage d'Emmanuel Macron, la plupart se félicite d'abord de sa victoire sur le Front national de Marine Le Pen. El Pais (Espagne) se réjouit qu'il ait "pu contenir la vague de mécontentement populiste.... Après le Brexit et Trump, il n'y aura pas Le Pen."

Son compatriote el Periodico évoque "une France libérée" du Front National et la Repubblica (Italie) "un tournant pour l'Europe".

Les représentants européens poussent un ouf de soulagement après l'élection de ce pro-Européen comme Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, qui parle d'un "choix d'un avenir européen" fait par les Français, ou Antonio Tajani, président du Parlement européen, qui dit "compter sur une France au coeur de l'Europe pour changer ensemble l'Union et la rapprocher des citoyens."

L'Europe au centre des messages

Les messages de félicitations affluent également de la part des chefs d’État méditerranéens.

Au nord, tous centrent également leurs messages sur l'Europe. Paolo Gentiloni, président du Conseil des ministres italien, a lancé sur Twitter, "Vive Macron président. Une espérance s'élève sur l'Europe". Mariano Rajoy, premier ministre espagnol, écrivait lui, "Coopérons en France et en Espagne pour une Europe stable, prospère et plus intégrée." Son homologue grec, Alexis Tsipras, voyait la victoire d'Emmanuel Macron comme "une inspiration pour la France et l'Europe."

Au Sud, Benjamin Netanyahu, premier ministre israélien, espérait un renforcement des relations entre la France et Israël : "le terrorisme islamiste est l'une des grandes menaces pour le monde entier qu'il attaque Paris, Jérusalem ou d'autres villes dans le monde. La France et Israël sont des alliées de longue date et je suis convaincu que nos relations vont se renforcer."

Un Maghreb dithyrambique

C'est au Maghreb que les réactions demeurent les plus dithyrambiques. A commencer par celle du président algérien Abdelaziz Bouteflika qui écrit à Emmanuel Macron, "Votre élection bien méritée récompense, à bon droit, la force de votre volonté, la lucidité de votre vision et la rectitude de vos engagements." Il qualifie d'"ami de l'Algérie" l'homme qui au cours de sa campagne en février 2017 avait déclaré à Alger que la longue colonisation française était un crime contre l'humanité. Pour le président algérien, Emmanuel Macron au cours de ses fonctions ministérielles a déjà fait "l'ample démonstration de sa claire détermination à travailler avec nous à compenser les occasions manquées dans les relations algéro-françaises." Il voit dans le nouveau président de la République française, l'homme du "parachèvement d'une réconciliation authentique entre nos deux pays."

Au Maroc, le roi Mohammed VI indique que cette élection "couronne son parcours politique... C'est aussi un hommage rendu à (vos) qualité humaines et intellectuelles par le peuple français, qui, fidèle aux nobles valeurs qui fondent l'identité de (votre) pays, a fait le choix du progrès, de l'ouverture et de la confiance en l'avenir." Selon lui, "le partenariat franco-marocain s'inscrira comme toujours dans la poursuite des mêmes idéaux : la paix, la sécurité, l'ouverture à l'Autre et le dialogue entre les cultures et civilisations." Mohammed VI appelle à "consolider cette coopération exemplaire afin que nous relevions les multiples défis qui interpellent notre espace euro-méditerranée et la région sahélo-saharienne."

Beji Caïd Essebsi, président tunisien, loue "la fidélité de la France à ses valeurs traditionnelles de liberté, d'égalité et de fraternité." Il fait part de sa "détermination à développer le partenariat stratégique qui lie les deux pays et à oeuvrer à consolider la coopération bilatérale dans tous les domaines." Pour le président tunisien, "avec l'impulsion du nouveau président, la France va renforcer davantage son soutien à la Tunisie afin de l'aider à réussir le pari de la démocratie et du développement économique et social."




Mardi 9 Mai 2017



Lu 3058 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 21 Septembre 2017 - 08:04 Coup de force de l’État espagnol en Catalogne €

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Quatre chantiers pour la renaissance de l’Europe


avis d'expert

Henry Marty-Gauquié, directeur honoraire de la BEI, membre du groupe d'analyse JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA