Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L'aide à la Grèce conditionnée à un nouveau programme d'austérité




GRECE. Les ministres des finances européens ont décidé, dimanche 19 juin 2011, lors d'une réunion à Luxembourg, du report du déblocage de la cinquième tranche de l'aide à Athènes jusqu'à ce que le gouvernement adopte un nouveau programme d'austérité.

Le vote de ce nouveau projet de loi, visant à réduire les dépenses publics, suscitent l'inquiétude des citoyens grecs et est actuellement toujours en discussion au Parlement. La cinquième tranche d'aide de 12 mrds € était prévue dans le cadre du plan de 110 mrds€ approuvé en mai 2010.

Le ministre belge des finances, Didier Reynders, a confirmé que "les fonds ne seraient pas débloqués pour le moment, même si des discussions s'engageront entre les départements du Trésor des principaux États membres et les créanciers privés de la Grèce". Un déblocage qui dépendra de "l'adoption de législations clés sur la stratégie budgétaire et les privatisations par le Parlement grec".

Des avancées ont cependant vu le jour. Les ministres de la zone euro se sont accordés quant au poids à donner aux créanciers privés. Il s'agira, comme Angela Merkel et Nicolas Sarkozy l'avaient désiré à Berlin, vendredi 17 juin 2011, d'une participation informelle et volontaire.

«Les ministres se sont mis d'accord sur le fait que les financements additionnels nécessaires seront financés à la fois par des sources officielles et privées» déclaraient à l'unisson les ministres des finances de la zone euro, dimanche 19 juin 2011.

Le premier ministre grec, George Papandréou et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso doivent se rencontrer, lundi 20 juin 2011, pour faire un point sur l'avancée dans la mise en place du programme d'austérité.




Lundi 20 Juin 2011



Lu 963 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 10:48 La Tunisie engrange 14 mrds€ d'investissements


Commentaires

1.Posté par Jean Bonnevey le 21/06/2011 09:48
L’IMPOSSIBLE SAUVETAGE GREC
C’est Prométhée qu’on assassine

La crise grecque est la preuve, éclatante, que nous nous sommes trompés de construction européenne. Il est, bien sûr absurde, de considérer que la Grèce est de la même puissance économique que l’Allemagne, au prétexte qu’elles partagent la même monnaie. Nous sommes dans une fiction économique et monétaire globale, qui ne peut que mal finir.

On sait bien que la Grèce ne peut s’en sortir qu’en quittant, sinon l’Europe, du moins l’Euro, en dévaluant pour revenir à une saine réalité. Mais crèvent les Grecs, plutôt que les tabous financiers mondialistes.

Il y a un autre aspect des choses, peut être plus important encore. Comment peut-on se dire européen et mépriser les Grecs, même s’ils sont nuls économiquement ? Car l’Europe doit tout, ou presque, au génie grec, qui est sa matrice.

C’est bien la preuve, absolue, que l’Europe que l’on nous impose n’est qu’un projet économique, sans âme et sans véritable ambition de civilisation enracinée dans l’histoire. L’arbre est pourri, car les racines historiques ont été asséchées par la bureaucratie et le tout financier.

Un problème de conception européenne

Comment peut-on se dire européen, pousser, de fait, la Grèce à la sortie et encourager une entrée de la Turquie? Il y a certes un problème de construction européenne. Mais il y a, avant tout, un problème de conception européenne.

Seulement les Grecs, incapables de s’adapter à une globalisation, niant certaines diversités et inégalités par idéologie, peuvent rendre un nouveau service à l’Europe. La révolte des opprimés, de l’austérité imposée, semble devoir faire tache d’huile. C’est peut être le signal de la remise en cause d’un édifice, qui est un monstre froid, sans respect pour son passé et les peuples qui ont fait ce passé.

L’Union européenne exige une nouvelle austérité pour sauver la Grèce. Pour parer au plus pressé, les grands argentiers de l'Eurozone ont posé les conditions au versement, «d'ici mi-juillet», de la prochaine tranche des 110 milliards d'euros de prêt sur trois ans, promis l'an dernier par la troïka. Le déblocage de ce prêt est lié «à l'adoption de législations clés sur la stratégie budgétaire et les privatisations par le Parlement grec», ont indiqué les ministres, à l'issue d'une énième réunion sur la crise grecque, entamée à Luxembourg.

Sans ce prêt, Athènes, confronté à des échéances de refinancement, risque la faillite, dès le mois prochain. L’Union, garante de la paix et de la prospérité, a mené donc, par irréalisme, un pays à la faillite. C’est cela, la réalité !

Un pays qui pense pouvoir se sauver en se vendant. Ou que l'on prétend sauver en le vendant, car le pays est exsangue. L’Europe a inventé l’esclavage économique pour un pays entier :

Réduction du 1/5 des effectifs publics. Les fonctionnaires, qui conservent leur poste, devront travailler plus ou parfois se mettre à temps partiel.
Création d'un "impôt de solidarité".
Alignement des produits bénéficiant d'une TVA réduite à 13% au taux normal de 23%.
Hausses des taxes sur le gaz, le tabac et les cartes grises des voitures.
Durcissement des conditions d'accès aux allocations sociales et chômage.
Réduction du montant de certaines pensions de retraite complémentaires.
Déremboursement de certains médicaments et prestations médicales.
Réduction des dépenses militaires.
Réduction des investissements publics.

Prométhée peut se libérer de ses chaînes

Que faire de plus ? L’Europe a déjà vendu la Grèce au FMI. L'ample mise en vente des propriétés publiques, allant des télécoms à l'électricité en passant par les ports, les aéroports et les trains, est censée rapporter 50 milliards d'euros d'ici à 2015. Et maintenant, on envisage de vendre des plages et des monuments. Mais, pour vendre aux rapaces, il faudra faire de nouvelles réformes et accepter une réduction massive de la valeur des actifs. C’est Sisyphe, mais c’est surtout Prométhée.

La Grèce est, plus que jamais, l’image de Prométhée, titan qui a osé apporter la lumière aux hommes qui défient le destin et l’obscurantisme. Pour avoir enfreint la loi des Dieux, il est condamné. Il est enchaîné par Héphaïstos, sur le plus haut sommet du Caucase où, à l'infini, aigles et vautours viennent, le jour, lui dévorer le foie qui renaît chaque nuit.

Les rapaces ont changé ; le supplice est le même. C'est Héraclès qui, passant par-là, perce d'une flèche les rapaces et libère Prométhée. Car, bien sûr, Prométhée peut se libérer de ses chaînes … Pas seul, mais il le peut! Les vautours de la finance feraient bien de s’en souvenir.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise