Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L'accueil des réfugiés sème la zizanie


L'Europe se déchire sur la question de l'accueil des réfugiés. Les pays du Golfe, d'Afrique du Nord et du continent nord-américain regardent ailleurs.



MÉDITERRANÉE. Alors que l'Allemagne, la Slovaquie et l'Autriche suspendent les accords de Schengen et rétablissent les contrôles aux frontières, n'hésitant pas à mobiliser l'armée, la convocation, lundi 15 septembre 2015, du conseil extraordinaire des ministres européens de l’Intérieur montre les divergences sur la question des migrants.

La Commission, rejointe par certains pays comme l'Allemagne, l'Espagne et la France, souhaite imposer des quotas. Mais plusieurs pays s'y opposent fermement. Ainsi Rafal Trzaskowski, ministre polonais des Affaires européennes, menace l'UE d'une « crise institutionnelle » si elle impose des quotas obligatoires.
 
L'Allemagne et la France haussent pourtant le ton. « Nous ferons en sorte aujourd'hui même qu'il y ait des conclusions qui fassent que l'Europe puisse respecter et faire respecter ses frontières. Concrètement, cela veut dire des centres d'enregistrements en Grèce, en Italie, en Hongrie, pour éviter ce qui se produit aujourd'hui. C'est ce que vont faire prévaloir la France et l'Allemagne. Nous serons extrêmement vigilants, extrêmement pressants » martèle François Hollande.
 
L'ONU a également décidé de faire pression sur les pays récalcitrants. « Les États ont le droit de contrôler leurs frontières et de déterminer les conditions d'entrée et de résidence sur leur territoire. Mais ils ont aussi une obligation à respecter le droit international, le droit des réfugiés et le droit humanitaire" averti Zeid Ra'ad Al Hussein, haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme.

Manque de solidarité

Personne ne veut des réfugiés syriens. photo Magharebia (licence Creative Commons)
Personne ne veut des réfugiés syriens. photo Magharebia (licence Creative Commons)
Le seul point de convergence concerne le renforcement de la lutte contre l'immigration clandestine en Méditerranée. L'UE vient d'autoriser, lundi 14 septembre 2015, les navires de guerre des pays membres à « arraisonner, fouiller, saisir et dérouter les embarcations soupçonnées de servir à la traite humaine, dans le cadre du droit international » annonce un communiqué du Conseil de l'UE. La mesure deviendra effective en octobre 2015. Pour l'instant, l'opération EU Navfor Med rassemble quatre navires et un millier d'hommes. Sept frégates, des sous marins, des drones et des hélicoptères renforceront ce dispositif.
 
Sur le terrain, les statistiques soulignent le manque de solidarité de certains Etats.
 
La Syrie à elle seule a jeté 4 millions de réfugiés sur les routes. Près de deux millions s'entassent en Turquie (75 millions d'habitants), 1,1 million au Liban (5 millions d'habitants), 630 000 en Jordanie, 250 000 en Irak et 132 000 en Egypte. 200 000 réfugiés se pressent sur les petites îles grecques.
 
Arabie Saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Koweït, Oman, Qatar...les pays du Golfe signent des chèques mais refusent d'ouvrir leurs frontières. Les pays d'Afrique du Nord compatissent, mais ne se bousculent pas non plus pour accueillir ces réfugiés. Les États-Unis et le Canada étudient la question avec beaucoup d'application.
 
Le projet de l'UE prévoit de répartir les 160 000 réfugiés déjà sur le seul Européen, essentiellement en Grèce, en Italie et en Hongrie. L'Allemagne en recevrait un contingent de 31 000, la France 24 000, l'Espagne 15 000, le Portugal 3 000 et la Croatie un millier. Si la France et l'Espagne acceptent ces quotas, si l'Allemagne s’apprête à aller beaucoup plus loin avec 800 000 réfugiés attendus, d'autres pays freinent des quatre fers. L'Angleterre annonce « laisser parler son cœur » avec 20 000 réfugiés acceptés...sur cinq ans. La Pologne ne laisserait passer que 20 % du quota fixé par Bruxelles, soit 2 000 personnes.

Lire aussi : Jean-Claude Juncker en appelle à la solidarité européenne pour les réfugiés


Gérard Tur


Lundi 14 Septembre 2015



Lu 3783 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Lundi 21 Novembre 2016 - 17:59 La Libye et la Syrie ont fait fuir les investisseurs €

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise