Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L'Union européenne se rapproche du gouvernement d'unité nationale libyen


Alors que les deux "gouvernements" libyens rivaux s'affrontent dans la course à la chasse de Daech, l'Union européenne va former les garde-côtes du "gouvernement d'union nationale" et patrouiller plus près de ses côtes pour limiter l'immigration clandestine.



LIBYE / EUROPE. L'appel à l'aide formulé par Fayez el-Sarraj, chef du gouvernement d'union nationale en Libye, à l'Union européenne dimanche 22 mai 2016 a bien été entendu. Lundi 23 mai 2016 au soir à Bruxelles, les vingt-huit ministres européens des Affaires Etrangères ont tout de suite accepté de contribuer à la formation des gardes-côtes libyens et des forces de sécurité. D'autant plus qu'ils étaient demandeurs !

Avec cet accord, Bruxelles va désormais pouvoir poursuivre trois objectifs : renforcer la lutte contre l'immigration clandestine, combattre l'Etat islamique au plus près et renforcer le pouvoir des autorités libyennes soutenues par l'ONU.

La lutte contre l'immigration clandestine vers l'Europe passait par l'élargissement du mandat de l'opération "Sophia" (Euronavfor Med), décidée lundi 23 mai 2016 au soir. Créée en avril 2015, après le naufrage de 850 migrants au large de la Libye (dont 800 décédés), cette mission navale européenne en Méditerranée porte assistance aux migrants naufragés et doit s'achever en juillet 2016. Elle voit donc sa mission s'enrichir de la formation des garde-côtes libyens.

"Nous avons reçu une lettre du premier ministre libyen nous invitant à contribuer à l'entraînement des garde-côtes libyens et nous y répondrons très rapidement" souligne Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne, dans son discours de conclusion de la réunion des ministres européens. Les opérations de planning vont débuter pour une mise en place "aussi vite que possible" précise la Haute-représentante de l'Union aux Affaires étrangères. Sans doute dans quelques semaines, une fois la décision rédigée et adoptée par les 28.

12 600 personnes déjà sauvées en mer

Actuellement, "Sophia" bénéficie de six navires de guerre armés par vingt-quatre des vingt huit pays de l'Union européenne. L'un de ces bateaux servira à la formation des garde-côtes libyens. Ils devront subir une sélection rigoureuse pour éviter toute défection vers Daech voire vers le second gouvernement non officiel. Cet accord permettra à la force navale européenne de s'approcher au plus près des côtes libyennes, devenant ainsi plus efficace.

Un rapport publié récemment par la Chambre britannique des Lords pointait les faiblesses de Sophia, qui "ne réduit en rien le nombre de migrants, ne perturbe pas les réseaux de trafiquants, ni n'entrave le trafic d'êtres humains en Méditerranée centrale." De son côté, Federica Mogherini annonçait en avril 2016 que "104 bateaux avait été neutralisés et rendus hors d'usage grâce à Sophia, soixante-huit suspects transférés à la justice italienne et 12 600 personnes sauvées en mer."

Sur le terrain, le "ballet" semble parfaitement rodé. "Les passeurs accompagnent les migrants jusqu'à la limite des eaux territoriales, signalent alors la présence d'une embarcation en perdition aux navires de l'opération Sophia, puis font demi-tour, allant même jusqu'à nous narguer en nous adressant des signes de la main quand nous sommes en vue" explique une source militaire anonyme.

Dimanche 22 mai 2016, les garde-côtes libyens interceptaient sept embarcations pneumatiques dans la zone de la raffinerie de Zaouia (près de Tripoli). A leur bord, quelque 850 migrants en provenance de divers pays africains. En mars 2016, Jean-Yves le Drian, ministre français de la Défense, évaluait à 800 000 le nombre de personnes attendant de rejoindre les côtes européennes depuis la Libye.
En formant les grade-côtes libyens, l'Union européenne renforce sa lutte contre les migrations clandestines (photo UNHCR/F.Ellul)
En formant les grade-côtes libyens, l'Union européenne renforce sa lutte contre les migrations clandestines (photo UNHCR/F.Ellul)

Le pétrole sécurisé

Sophia voit également ses pouvoirs étendus à la lutte contre le trafic d'armes par voie de mer. Se rapprocher au plus près des côtes libyennes lui assurera un meilleur contrôle des allées et venues maritimes dans un pays disputé par ne nombreuses factions.

L'étape suivante consistera en une intervention armée européenne réclamée par Fayez el-Sarraj. Khalifa Haftar, qui revendique la partie est du pays (Tobrouk) et ne reconnait pas le gouvernement d'union nationale, refuse toute présence militaire étrangère sur le sol libyen.

L'Italie pourrait devenir chef de file de cette opération dans son ancienne colonie en fournissant une cinquantaine de soldat à une force en comprenant 250. Il s'agit de stopper les passeurs, d'aider à chasser Daech de Libye, sans oublier, bien entendu, de sécuriser les installations d'hydrocarbures, souvent exploitées par Eni... Une bonne partie du pétrole libyen se trouve aujourd'hui exportée illégalement par le gouvernement de Tobrouk, mais aussi par Daech.

Début mai 2016, un pétrolier était ainsi intercepté après avoir été refoulé par Malte, sa cargaison en provenance de l'est de la Libye remise au gouvernement d'unité nationale. Moustafa Sanallah, directeur de la Compagnie nationale pétrolière (NOC) se félicitait dans un communiqué de "cette intervention de la communauté internationale sur le Distya Ameya, un navire battant pavillon indien, qui a tenté de transporter illégalement du pétrole libyen." Le patron de la NOC évalue à un million de barils par jour (Mbj) le manque à gagner. "Durant les trois dernières années et jusqu'à avril 2016, nous avons perdu environ 75 mrds$ (67 mrds€) à cause des blocages des terminaux et des pipelines par des milices."

Sous Kadhafi, la Libye produisait 1,7 million de barils par jour (Mbj). Aujourd'hui, elle atteint péniblement entre 300 000 et 400 000 Mbj, même si son gouvernement légitime parle de tripler cette production à 1 Mbj.

La course contre-productive contre Daech

Enfin, le renforcement du pouvoir des autorités légitimes libyennes - qui ne contrôlent qu'une partie du territoire - demeure plus que jamais indispensable pour assurer l'avenir et la sécurité du pays. La décision européenne s'avère une nouvelle victoire quelques jours après la décision de levée de l'embargo sur les armes en faveur du gouvernement d'unité nationale.

A noter que les "gouvernements" rivaux luttent tout deux contre Daesh et font de ce combat un instrument médiatique pour assoir leur légitimité. Un ancien ministre du travail du gouvernement d'union nationale (2012-2014), Mohammed Soualem, a ainsi trouvé la mort dimanche 22 mai 2016 alors qu'il combattait contre l'Etat islamique et a été érigé comme martyr. Voici quelques jours, trente-deux membres des forces du gouvernement installé à Tripoli succombaient à un attentat à la voiture piégée et à des combats à l'ouest de Syrte. Deux faits relatés haut et fort pour montrer l'implication de ce gouvernement dans cette guerre contre les islamistes.

De leur côté, les troupes de Tobrouk planifient une grande offensive contre Syrte, bastion de l'EI. Ce que prépare aussi le gouvernement d'unité nationale. C'est à qui pourra s'enorgueillir de chasser Daech le premier... Au grand dam de la communauté internationale lassée de ces querelles contre-productives. Pour Martin Kobler, chef de la mission de l'Onu en Libye, "seule l'union pourra mettre fin à la présence du groupe Etat islamique dans le pays".




Mardi 24 Mai 2016



Lu 782 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Lundi 21 Novembre 2016 - 17:59 La Libye et la Syrie ont fait fuir les investisseurs €

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise