Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L'Oriental et le pays d'Aix coopèrent énergiquement...


Les énergies étaient le fil rouge du premier Forum Franco-Marocain qui s'est tenu à Aix-en-Provence du 9 au 11 février 2011. L'occasion pour les acteurs de la région de l'Oriental et de la communauté du pays d'Aix de tracer les voies d'une coopération décentralisée sur la thématique des énergies renouvelables.



Maryse joissains-Masini, présidente de la CPA, Ali Belhaj, président du conseil régional de l'Oriental et Mohamed Mbarki, DG de l'Agence de l'Oriental - © WA
Maryse joissains-Masini, présidente de la CPA, Ali Belhaj, président du conseil régional de l'Oriental et Mohamed Mbarki, DG de l'Agence de l'Oriental - © WA
FRANCE/MAROC. En point d’orgue du Forum Franco-Marocain sur les énergies organisé par les villes d’Aix-en-Provence (sud-est de la France) et d’Oujda (nord-est du Maroc), l'Institut de prospective économique du monde méditerranéen  (Ipemed) et l’Agence de développement régional marocaine de la région de l’Oriental ont signé, le 11 février 2011, à Aix-en-Provence une convention de partenariat.

Ciblé sur les énergies renouvelables, cet accord vise à développer les activités du tout nouveau Centre de ressources et de services euroméditerranéen (Cerese) de l’Agence de l’Oriental pour en faire un véritable centre de prospective régional - un think tank, diraient les Anglo-Saxons - à même de favoriser l’émergence de coopérations entre les pays de deux rives de la Grande Bleue.


Coopération sur les énergies renouvelables

Ces coopérations étaient justement le fil conducteur ce de premier Forum qui s’est déroulé sur le campus Areva d’Aix-en-Provence. Deux jours durant, représentants de pôle de compétitivité de Provence-Alpes Côte d’Azur (Capenergies ), des industriels (Areva, EDF, la Compagnie du Vent …), des grandes écoles et universités (Ensam d’Aix, Université d’Oujda ), des collectivités territoriales du pays d’Aix et de l’Oriental, ainsi que des instituts de prospective ont confronté leurs expériences afin de cerner les besoins en formation et en R&D induits par l’essor des énergies renouvelables. Un enjeu crucial pour le Maroc « qui importe 96% de l’énergie qu’il consomme », a rappelé Ali Belhaj, président du Conseil régional de l’Oriental.

Frontalière de l’Algérie, la région de l’Oriental, autour d’Oujda, bénéficie d’un plan national (« Initiative Royale » annoncée par le Roi Mohammed VI en mars 2003), visant à stimuler les investissements et à favoriser la création de TPE/PME dans divers champs de l’action publique. Les énergies renouvelables sont un des piliers de cette stratégie, puisque cette région autrefois à l’écart des écrans de radar de l’intervention publique s’impose aujourd’hui comme une vitrine de l’innovation dans ce domaine. Son territoire est ainsi l’épicentre du grand plan de développement des énergies vertes instigué par le Royaume, plan qui prévoit notamment d’installer une capacité de production électrique solaire de 2 GW d’ici 2019, moyennant un investissement record de 19 mds$ (14 mds€). 


L’Oriental région pilote

Jean-Louis Guigou et Mohamed Mbarki signant la convention de partenariat entre l'Ipemed et l'Agence de l'Oriental - © WA
Jean-Louis Guigou et Mohamed Mbarki signant la convention de partenariat entre l'Ipemed et l'Agence de l'Oriental - © WA

« L’Oriental est membre du réseau des 35 régions engagées dans la mise en place d’un plan climat. A ce titre, elle héberge un projet de technopôle sur les énergies renouvelables et la première station thermo-solaire à cycle combiné gaz/solaire d’Afrique », précise Mohamed Mbarki, directeur général de l’Agence pour la promotion et le développement de la région de l’Oriental. Cette centrale d’une capacité de 472 MW devrait bientôt être complétée par une autre unité équivalente de 500 MW.

« 30% de cette électricité rayonnera vers tout le territoire marocain, mais aussi vers l’Europe grâce au futur réseau de transport électrique qui reliera l’Afrique au Vieux-Continent », ajoute M. Mbarki qui voit dans cette connexion « un symbole » des nouvelles formes que doit prendre la coopération entre le Nord et le Sud. « Je sais qu’investir au Sud donne souvent de l’urticaire à l’opinion européenne. Mais cette collaboration sur les énergies nouvelles que nous appelons de nos voeux se joue dans une logique gagnant-gagnant. Les entreprises qui investissent chez nous se développent également chez elles. C’est de l’extension délocalisée », résume le DG de l’Agence de l’Oriental.

Cette vision optimiste est partagée par le directeur de l’Ipemed. « C’est l’Euroméditerranée qui va nous sauver car c’est en Méditerranée que se trouve le plus grand réservoir de croissance », prophétise Jean-Louis Guigou. « Si elle ne coopère pas avec la rive Sud, l’Europe va vieillir et devenir une grande Suisse (sic)... ». Quant aux pays du Sud, c’est, pour eux, « une question de survie. S’ils ne s’allient pas avec le Nord, ils seront mangés par la Chine ».


Fonds de soutien

Reste à tracer les voies de cette coopération « gagnant-gagnant ». Et à dénicher les moyens. Une double ambition qui était en toile de fond des échanges de ce premier Forum. 



Une première déclinaison concrète devrait bientôt voir le jour avec la mise en place d’un Master sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique à l’Ecole nationale supérieure des arts et métiers d’Aix (Ensam). Créée en partenariat avec EDF et Areva, cette nouvelle formation sera ouverte aux étudiants marocains.

Autre exemple de collaboration : les autorités marocaines entendent s’inspirer de Premio, la démarche de maîtrise des consommations d’énergie initiée à Lambesc, commune de l’agglomération aixoise. « Cette opération pilote pourrait être reproduite avec encore plus d’efficacité sur une ville nouvelle », espère Jacques Bucki, maire de Lambesc, vice-président délégué aux économies d’énergie et aux énergies renouvelables de la communauté du pays d’Aix.

Rayon financements, les acteurs des deux rives pourront puiser dans les crédits du fonds de soutien à la coopération décentralisée que mettront en orbite début mars les Etats Français et Marocains et la région Paca





Mercredi 16 Février 2011



Lu 3610 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 10:48 La Tunisie engrange 14 mrds€ d'investissements


Commentaires

1.Posté par danilo casti le 18/02/2011 16:34
Tiens, tiens, le même IPEMED dont M. Aziz Miled (l'ami tunisien de MAM et de Ben Ali) est vice-président ? ou alors il a démissionné ? Et au comité de parrainage : M. Mediator-Servier côtoie-t-il toujours MM Juppé, Mestrellet, Gonzales… Que du beau linge !

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise