Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L'Ocemo part à la rencontre de la jeunesse méditerranéenne


Le Think tank constitué de plusieurs réseaux d'experts méditerranéens est allé à la rencontre de la jeunesse à l'Ecole de la 2e chance de Marseille. L'occasion de prendre le pouls des aspirations des jeunes Méditerranéens mais aussi de mesurer le chemin à parcourir.



L'Ocemo est un nouveau Think tank qui se veut la voix de la société civile (photo F.Dubessy)
L'Ocemo est un nouveau Think tank qui se veut la voix de la société civile (photo F.Dubessy)
FRANCE / MÉDITERRANÉE. Pour sa conférence inaugurale, le jeune Office de coopération économique pour la Méditerranée et l'Orient (Ocemo) s'est déplacé à l'Ecole de la 2e chance (E2C) à Marseille vendredi 8 juillet 2011.

Créé en novembre 2010 et basé également dans la cité phocéenne, l'Ocemo réunit plusieurs réseaux d'experts dont le Femise et Anima Investment Network. Il est soutenu par la Caisse des Dépôts française, la Chambre de commerce et d'industrie de Marseille Provence, la ville de Marseille et la Banque européenne d'investissement. ,
La vocation de ce Think tank est affichée clairement :  être la voix de la société civile des pays méditerranéens et du Golfe.

Pour leur première sortie et pour bien marquer leur ancrage, les membres de l'Ocemo voulaient entendre les attentes d'une soixante de jeunes francophones de vingt quatre pays dont quatre méditerranéens.

"En donnant la parole à des jeunes issus d'horizons divers, l'IOcemo veut être à leur écoute afin d'impulser des actions en adéquation avec leurs aspirations" commente Philippe de Fontaine Vive (président de la Banque européenne d'investissement ), co-président de l'Ocemo avec Kamal Dervis, ancien ministre turc de l'économie puis du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud) et actuel directeur de la Brookings Institution.

Les jeunes veulent agir socialement et economiquement

Jean-Louis Reiffers, vice président de l'Ocemo et président de l'école de la 2e chance et Kemal Dervis,co- président de l'Ocemo (photo F.Dubessy)
Jean-Louis Reiffers, vice président de l'Ocemo et président de l'école de la 2e chance et Kemal Dervis,co- président de l'Ocemo (photo F.Dubessy)
"En étant face aux jeunes, vous ressentez les responsabilités et assimilez que vous ne travaillez pas pour vous mais pour le futur. L'Ocemo est un pont très important qui va aider l'Union pour la Méditerranée (UpM) à comprendre ce que nous devons créer pour le développement économique de cette région" explique Lino Cardarelli, secrétaire général adjoint de l'UpM.

Interpellant les personnalités présentes, cette étudiante tunisienne affirme "nous sommes dépourvus de culture politique mais nous avons envie de porter le flambeau de notre pays et de participer à son avenir politique. Mon aspiration c'est que le contact existe entre les hommes politiques et les jeunes citoyens." Et de réclamer un "parlement des jeunes. Qu'on nous donne les moyens du développement privé, d'agir socialement et économiquement."

Président de l'E2C Marseille, coordinateur et président du comité scientifique du Femise et vice-président de l'Ocemo, Jean-Louis Reiffers veut faire bouger les lignes. "Les grandes puissances doivent comprendre que l'on doit aider ces pays dans ces périodes de transition comme nous l'avons fait avec l'Europe et l'Allemagne de l'Est. L'enjeu profond est une mobilisation plus forte en faveur de ces pays méditerranéens !"

Réagissant à la question d'un jeune marocain sur la possibilité de créer des Ecoles de la 2e chance sur la rive sud de la Méditerranée, il appuie cette demande. "Il faudrait généraliser en l'adaptant ce genre de mécanisme. Mais c'est long... Ici, cette école a dix ans et j'ai des difficultés pour en créer une seconde. Dans une ville comme Marseille, il en faudrait trois pour absorber le flux des jeunes qui quittent l'école sans diplômes. Les mêmes problèmes se retrouvent à Alger, à Rabat et à Tunis !"

Même réaction de Lino Cardarelli, "les institutions sont trop lentes par rapport aux aspirations de la jeunesse. L'UpM existe depuis trois ans mais n'a commencé à travailler que depuis deux mois."

L'Ocemo bénéficiera d'un budget de 1,1 M€ sur trois ans

Pierre Lellouche, secrétaire d'Etat français au commerce extérieur, et Kemal Dervis,co-président de l'Ocemo (photo F.Dubessy)
Pierre Lellouche, secrétaire d'Etat français au commerce extérieur, et Kemal Dervis,co-président de l'Ocemo (photo F.Dubessy)
"Retrouvons les canaux pour parler aux jeunes, donnons leur les moyens. Pas pour apporter des réponses à leurs enfants ou leurs petits enfants mais à eux !" insiste Laurent Vigier, directeur des affaires européennes et internationales de la Caisse des Dépôts française.

Kemal Dervis se veut rassurant : "c'est une grande chance pour les pays arabes? La croissance est à leur portée." Laurent Vigier le rejoint dans l'optimisme de son discours, "quand l'Union européenne s'est ouverte à l'est, elle a oublié qu'il y avait un sud. Il y a une évidence méditerranéenne mais aussi une urgence méditerranéenne. Il faut intégrer davantage dans nos réflexions la société civile et la jeunesse. Si cette jeunesse réussit, la croissance de la Méditerranée peut rejoindre celle de la Chine à 8 ou 9%. Ceci permettra d'absorber les jeunes qui arrivent sur le marché du travail. Il ne faut surtout pas rester spectateur de cette ouverture mais en être acteur pour construire cet avenir." Et le directeur des affaires européennes et internationales de la Caisse des Dépôts française ne se contente pas de mots.

Son organisme va mettre à disposition de l'Ocemo deux salariés dont la future directrice générale du Think tank, Pascale Chabrillat. Actuellement responsable du service Méditerranée à la direction internationale de la Caisse des Dépôts, elle prendra ses fonctions le 1er septembre 2011. La Caisse des Dépôts va également assurer l'amorçage du budget de l'Ocemo avec une enveloppe de 1,1 M€ sur trois ans.

Interrogé par un autre jeune sur les problèmes de libre circulation entre les deux rives de la Méditerranée, Philippe de Fontaine Vive reconnaît pour les désavouer les craintes. Selon lui, "la révolution en Tunisie n'a pas encore changé la perception de la Tunisie en France et en Europe. Il ne faut pas se trouver englué dans la peur et les différences."

"L'Europe n'est pas à la hauteur !" lache Pierre Lellouche, secrétaire d'état français au commerce extérieur. "L'Europe doit se hisser au niveau de ces rendez-vous avec le monde arabe. Les réactions spontannées dans les capitales européennes ne sont pas les mêmes." Et répondant à l'inquiétude d'une jeune tunisienne, "une élection ne suffit pas à fabriquer la démocratie. Il faut de la patience et beaucoup de sagesse. Les révolutions sont toujours susceptibles d'être capturées par un petit groupe organisé. Il faut être vigilant là-dessus."

Lire aussi :OCEMO : Création du réseau des réseaux méditerranéens
L'Ocemo va regrouper les expertises économiques du bassin méditerranéen




Vendredi 8 Juillet 2011



Lu 2604 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 10:48 La Tunisie engrange 14 mrds€ d'investissements

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise