Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L'Italie à l'agonie attend la démission de Silvio Berlusconi


Si Silvio Berlusconi a bien gagné une bataille, il s'agit juste d'un sursis. Le président du Conseil démissionnera avant la fin du mois de novembre 2011. Pendant ce temps, l'Italie est confrontée à des taux d'emprunt records qui pourraient faire vaciller son économie.



Intervention de Silvio Berlusconi avant le vote test. (photo gouvernement italien)
Intervention de Silvio Berlusconi avant le vote test. (photo gouvernement italien)
ITALIE. À l'heure où sa popularité se trouve au plus bas, Silvio Berlusconi vient d'emporter, mardi 8 novembre 2011, un vote test à la Chambre des députés.

Les comptes publics 2010 de l'État italien ont été adoptés par 308 voix pour, en dessous des 316, seuil de la majorité absolue, et zéro contre. Ce succès à la Pyrrhus a en effet été obtenu grâce à l'abstention de l'opposition. Il ne changera cependant rien à la situation du président du conseil plus isolé que jamais. Avant même le vote, son principal allié dans la coalition, Umberto Bossi, chef de la Ligue du Nord, avait réclamé sa démission, à l'unisson avec l'opposition.

"Le gouvernement n'a pas la majorité dans cette assemblée" relativise donc Pierluigi Bersani, le chef du Parti démocrate (PD), principal parti d'opposition.

Cette perte de majorité absolue apparaît bel et bien comme un revers qui risque d'être fatal à Silvio Berlusconi dans les prochains jours. Le Cavaliere doit faire valider ses mesures anticrise (relèvement de l'âge de départ à la retraite à 67 ans, libéralisation de certaines professions, ventes de biens de l’État) devant le Sénat le 15 novembre 2011 puis la Chambre des députés en fin de mois.

Depuis la fin de l'après-midi tout laissait penser à sa prochaine démission. Son ministre de la défense, Ignazio La Russa, avait indiqué que Silvio Berlusconi allait consulter le président italien Giorgio Napolitano, seul à pouvoir provoquer des élections législatives anticipées ou à nommer un nouveau président du conseil. en fin de soirée mardi 8 novembre 2011, c'est le président italien qui annonçait "le président du Conseil remettra son mandat au chef de l'Etat qui procédera aux consultations." Dernière mission restant au futur démissionnaire, le vote du train de mesures d'austérité.

Délaissé lors du dernier G20 à Cannes, Silvio Berlusconi apparaissait urbi et orbi comme le principal problème de l'Italie pour les marchés financiers et sa population.

30% de chômeurs chez les jeunes

Ryanair surfe sur le possible départ de Silvio Berlusconi (photo Ryanair)
Ryanair surfe sur le possible départ de Silvio Berlusconi (photo Ryanair)
Alors que le doute planait encore sur son départ, la compagnie Ryanair s'est emparée du sujet en proposant dans une campagne de publicité au président de Conseil des idées de vols au départ de Rome pour seulement 9,99 €. "Cher Silvio, une nouvelle occasion de s'échapper avec Ryanair" clame la pub montrant un Silvio Berlusconi aux anges tenant le calendrier 2012 de Ryanair montrant des hôtesses dénudées de la compagnie irlandaise.

Le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, a qualifié la situation économique de l'Italie (1 900 mrds € de dette publique soit 120% du PIB) de "très inquiétante". Et le départ ou non de Silvio Berlusconi ne changera rien. Même si les Bourses européennes spéculent sur une démission rapide et ont clôturé à la hausse mardi 8 novembre 2011.

Déjà les inspecteurs de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI) ont commencé à roder dans les couloirs du gouvernement italien pour vérifier tous les trois mois les comptes italiens. Et que le pays respecte son engagement de parvenir en 2013 à l'équilibre budgétaire.

Si le chômage ne touche que 9% de la population active, il atteint les 30% chez les moins de trente ans selon une étude de l'Istat (équivalent de l'Insee français).

Les taux d'intérêt du pays décrochent un nouveau record, l'Italie étant désormais obligée d'emprunter à un taux de 6,77 % pour les titres à dix ans. Un taux supérieur à 7% fermerait son accès aux marchés obligataires conduisant tout droit le pays à un défaut de paiement. La banque d'Italie a déjà communiqué que l'Italie et l'Espagne dépendent des investisseurs étrangers pour 42% de leur dette souveraine : "l'Italie doit rembourser 198 mrds € d'obligations en 2012, cela fait donc environ 83 mrds entre des mains étrangères."

Lire aussi : Silvio Berlusconi tire sa révérence en Italie


Frédéric Dubessy avec Astrid Jousset


Mardi 8 Novembre 2011



Lu 1275 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise