Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

"L'Europe avance toujours quand elle a peur"


Fondateur d'Ipemed, Jean-Louis Guigou prône plus que jamais le rapprochement des deux rives de la Méditerranée par l'économie. Selon lui, les chefs d'entreprise sont prêts à ce nouveau marché commun d'1 milliard d'habitants dont la création pourrait être favorisée par la crise que traverse l'Europe.



Jean-Louis Guigou veut croire à un déblocage de l'UpM fin 2010 (photo Ipemed)
Jean-Louis Guigou veut croire à un déblocage de l'UpM fin 2010 (photo Ipemed)
EUROPE / MEDITERRANEE.

Econostrum.info : En créant Ipemed en 2006 vous vous êtes affiché comme un militant de la cause euroméditerranéenne. Etes-vous très déçu des nouveaux ratés de l’Union pour la Méditerranée (UpM) ?

 
Jean-Louis Guigou : Je reste très optimiste! Il est vrai que le climat est actuellement très mauvais au Moyen Orient mais on nous parle d’une décision du président Obama pour la fin de l’année qui devrait permettre à la situation de s’améliorer sensiblement.

Le rôle des politiques est considérable. On voit bien que grâce au Statut avancé du Maroc qui sécurise l’environnement politique, les investissements européens y abondent. Et la décision du Conseil européen de poursuivre les négociations pour l’intégration de la Turquie favorise également les échanges.

L’idéal serait bien sur que les politiques prennent des décisions importantes comme celle de créer une banque euro-méditerranéenne. Il y a véritablement beaucoup d’opportunités de gains sur les rives sud et est de la Méditerranée. 

Un marché commun d'un milliard d'habitants

Econostrum.info : Pensez-vous que les pays du sud, et plus particulièrement leurs chefs d’entreprises, sont plus enclins à pousser cette dimension euro-méditerranéenne que leurs homologues des rives nord de la Méditerranée ?
 
Jean-Louis Guigou
 : Les 10 et 11 mai 2010, 800 patrons maghrébins ont demandé la création d’une Union maghrébine. Les 25 et 26 mai, 400 chefs d’entreprises étaient réunis pour les Entretiens de la Méditerranée à Hammamet pour dire qu’ils avaient besoin de l’Union maghrébine et de l’Union européenne. On voit se dessiner cette volonté des patrons qui savent que leurs marchés nationaux sont trop petits et rêvent d’un marché commun qui compterait près d’un milliard d’habitants.
Ce n’est pas une utopie ! Aujourd’hui ils construisent, ils conçoivent des outils. On passe de l’utopie à des projets et dans un an on passera des projets à la réalité.

Mais il faut encore un effort important pour faire comprendre qu’on ne peut pas garder en France 100% de l’outil productif. Ce que le Japon a fait avec les pays d’Asie, ce que l’Allemagne a fait avec l’Europe centrale, il faut désormais le faire vis-à-vis du Maghreb. En développant les emplois au sud, on tirera les emplois au nord car les habitants du sud achèteront.
 
Econostrum.info : La crise ne risque-t-elle pas de freiner encore le processus ?
 
Jean-Louis Guigou
 : La crise est une opportunité. L’Europe avance toujours quand elle a peur et aujourd’hui la peur de l’Europe c’est d’éclater, de disparaître.

Comme le dit Joseph Stiglitz, l’Europe n’a pas besoin de rigueur mais de solidarité. Vis-à-vis de l’extérieur, l’Europe va enfin se demander comment elle se positionne dans le monde multipolaire et elle va se rendre compte qu’elle est trop petite et qu’elle doit aller vers la Méditerranée. 

Création d'antennes locales d'IPEMED

Econostrum.info : Quel rôle peut jouer IPEMED dans ce processus ?
 
Jean-Louis Guigou : Nous avions prévu de porter sept propositions au sommet de l’UpM initialement prévu le 7 juin 2010 à Barcelone. Elles concernent les secteurs dans lesquels se concentrent les principaux enjeux de la région : la création d’un espace financier commun, une réponse collective aux enjeux de l’eau, la coopération dans le domaine rural et agricole pour faire face à l’insécurité alimentaire et le lancement d’une politique énergétique commune. Nous prônons aussi la création d’une « CECA migratoire » et la réalisation d’une prospective partagée.
 
Nous allons mettre à profit ce nouveau délai avant le prochain sommet de l’UpM, annoncé désormais pour début novembre 2010, pour diffuser ces idées et faire en sorte que d’autres que nous les soutiennent. Cela passera par des rencontres dans les différents pays de la région mais aussi par la création d’antennes locales d’Ipemed d’abord au Maroc, en Tunisie et en Mauritanie.


Brigitte Challiol, à HAMMAMET


Mercredi 2 Juin 2010



Lu 1904 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 10:48 La Tunisie engrange 14 mrds€ d'investissements

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise