Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L'Espagne maintient un plan de rigueur pour 2015




Le président du gouvernement, Mariano Rajoy, assiste aux débats sur le budget 2015 au Congrès des Députés, ce 21 octobre 2014 (photo Moncloa)
Le président du gouvernement, Mariano Rajoy, assiste aux débats sur le budget 2015 au Congrès des Députés, ce 21 octobre 2014 (photo Moncloa)
ESPAGNE. Le gouvernement espagnol vient de remettre à la Commission Européenne son plan budgétaire pour l'année 2015. Si Bruxelles a eu la primeur de ce texte, c'est parcequd Mariano Rajoy veut d'abord affirmer son engagement pour une réduction des déficits publics, dont le plafond est fixé à 6,5% du PIB par l'Union Européenne. De fait, de 2011 à 2013, la part du déficit public espagnol est passée de 8,9% à 6,3%. La bonne volonté de l'exécutif espagnol passe par le maintien d'une politique d'austérité, en dépit des dénégations du ministre des Finances, Cristobal Montoro, chargé de défendre devant le Congrès les choix du gouvernement, ce 21 octobre 2014, et qui voit dans ce plan le « budget de l'espoir ».
Le schéma budgétaire 2015 confirme pourtant une nouvelle réduction des dépenses publiques, où seuls échappent à la baisse les secteurs de la Défense et la Culture (dont la Religion). La Santé verra ses moyens amputés de 500 M€ auparavant dédiés au fonctionnement des hôpitaux (qui disposeront en 2015 d'une enveloppe totale de 62,2 mrds €).
La part de l'Éducation baissera de 4% à 3,9% du PIB. Cette dernière décision inquiète particulièrement le philosophe José Antonio Marina Torres, spécialisé dans les questions d'enseignement : « Il était déjà difficile de maintenir un bon système éducatif dans les limites du budget actuel; avec la baisse annoncée, ce sera encore plus dur.» L'État consacrera ainsi 42,6 mrds € au système éducatif.

Ces diminutions prennent en compte la la rigueur imposée dans les dix-sept Communautés Autonomes d'Espagne, qui disposent des transferts de compétences en matière sanitaire et éducative.
Le secteur de la protection sociale est également très affectée : sa part sur l'ensemble des dépenses de l'État passe de 17,4 à 17,1%.
Le gouvernement mise sur ce plan pour maintenir un taux de croissance du PIB (1 022 mrds € en 2013) qui devrait atteindre 1,2% cette année et 2% en 2015. L'avenir dira s'il s'agit d'un nouvel excès d'optimisme de Mariano Rajoy et de son ministre des Finances, et si le tribut de l'austérité en vaut la peine.




Mardi 21 Octobre 2014



Lu 2514 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise