Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L'Espagne accélère la privatisation du train




Plus de  3.000 kilomètres de lignes à grande vitesse en Espagne (photo F. Matéo)
Plus de 3.000 kilomètres de lignes à grande vitesse en Espagne (photo F. Matéo)
ESPAGNE. Le gouvernement espagnol accélère la procédure de privatisation du transport ferroviaire de passagers : avec cinq ans d'avance sur le calendrier imposé par Bruxelles, des compagnies privées pourraient ainsi concurrencer la Renfe (compagnie ferroviaire nationale) dès le mois de juin 2014 en matière de transport de passagers.  

Le ministère espagnol des Transports et de l’Équipement dirigé par Ana Pastor avait déjà fait un grand pas en ce sens en fin d'année dernière, avec la signature d'un accord entre la direction et trois syndicats majoritaires de Renfe, approuvant la création d'une holding pour fractionner la compagnie nationale ferroviaire en quatre segment : passagers, marchandises, location de trains et ateliers d'entretien. Une structure inaugurée en janvier dernier, qui donne les moyens à Adif, la branche « passagers » de la Renfe, de s'ouvrir au secteur privé .  

Cette nouvelle organisation en vue de la fin du monopole d’État répond aux exigences de Communauté Européenne, qui a fixé à 2019 la libéralisation du transport ferroviaire de passagers, en dépit des réticences de certains opérateurs, dont la Deutsche Bahn en Allemagne et la SNCF en France.  

En mettant sur les rails des trains privés, le gouvernement de Mariano Rajoy affiche donc un zèle qui s'explique sans doute par les difficultés d'un réseau ferroviaire singulier à plus d'un titre : d'abord parce que la trame des lignes à grande vitesse (AVE) d'Espagne est la plus étendue de tous les pays de l'OCDE (plus de 3.000 kilomètres de voies ferrées), mais avec un ratio de passagers par kilomètre extrêmement faible (2,8 contre 41,5 pour le TGV en France, par exemple).

Les liaisons régionales ou de moyenne distance accusent par ailleurs un manque de rentabilité préoccupant. Selon les derniers chiffres publiés concernant l'exercice 2011, la commercialisation des trains régionaux ne couvre, au mieux, que 59% des coûts d'exploitation (16% pour les liaisons les moins rentables!).

Ces constats laissent évidemment penser que les lignes AVE pourraient être les premières proposées au secteur privé, notamment sur l'axe « Barcelone – Madrid - Séville », de loin le plus rentable. Reste à connaître les termes de cette ouverture annoncée du marché ferroviaire de transport de passagers, et les bénéfices que peut en retirer l’État espagnol qui a déjà investi 48,6 mrds € dans l'aménagement de ses lignes à grande vitesse. 




Mardi 1 Avril 2014



Lu 9614 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Crise du Qatar :
Et si les véritables raisons étaient ailleurs ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA