Econostrum

Read in your language
Facebook
Twitter
Google+
Rss
en.econostrum.info
Econostrum le blog
Mobile


            partager partager

L’Egypte se met aux soukouks pour sortir de la crise




Ahmed Najjar, conseiller du ministre des Finances (photo DR)
Ahmed Najjar, conseiller du ministre des Finances (photo DR)
ÉGYPTE. Le projet des obligations islamiques (sukuks ou soukouks), proposé par le gouvernement égyptien et approuvé par le conseil des ministres, se trouve actuellement en discussion au niveau du Majlis Al-Choura (Conseil consultatif), l’instance exécutive, en l’absence d’un Parlement.

Il s'agit d'une nouvelle mouture, revisitée par le gouvernement, et débattue, après de vives critiques émanant de divers partis et même des experts religieux d’Al Azhar. Les détracteurs de ce projet estiment que les obligations islamiques constituent un risque énorme pour l’État, qui risque de se voir déposséder de ses biens stratégiques, dans le cas où il serait incapable d’honorer ses engagements.

Dans un débat organisé mardi 5 mars 2013, avec la commission des Affaires financières et économiques du Conseil consultatif, le conseiller du ministre des Finances, Ahmed Najjar a tenté de rassurer les sceptiques en affirmant que les avoirs de l’État seront préservés tout en soulignant que l'Égypte a réellement besoin de ces obligations pour renflouer ses caisses, booster les investissements et redresser le niveau des réserves en devises étrangères (13,6 mrds $) et le déficit budgétaire (qui risque d’atteindre les 12% à la fin juin).

La BID prête à prendre des soukouks égyptiens

L’État prévoit de lever environ 1 mrd $ dès l’entame du mois de juillet 2013, grâce à la vente des obligations islamiques. Ces prévisions reposent sur la stabilité du pays qui demeure toujours menacée, précise Ahmed Najjar.

Pour rappel, la Banque islamique de développement a annoncé son intention d’acquérir ces obligations à hauteur de 6 mrds $ (4,6 mrds €).


Le ministre des Finances, Al Morsi al Sayed Hegazy avait affirmé, voici quelques jours, que l'Égypte peut bénéficier de dizaines de milliards de dollars en utilisant cet outil qui a donné ses preuves dans les pays du Golfe, d’Asie et même d’Europe.



Safia Ouared, au CAIRE


Mercredi 6 Mars 2013



Lu 1678 fois


Articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


réflexion
 
avis d'expertTurquie : les risques assumés de l’option kurde
 
Michel Roche, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
L’accélération brutale de la crise au Proche Orient avec l’exportation du conflit syrien en Irak, a deux conséquences pour la Turquie...

avis d'expertPour un renouveau de la santé en Méditerranée. Le cas du médicament.
 
Macarena Nuño, chef de projet prospective et capital humain à l'Ipemed
Depuis les printemps arabes, les populations des pays méditerranéens expriment avec force une demande croissante pour un meilleur accès aux soins de qualité, à moindre coût.

avis d'expertL’économie algérienne en 2014 : sur la route de la pauvreté
 
Guillaume Almeras, Consultant indépendant, associé au groupe d'analyse JFC Conseil
Dans un pays où les aides publiques sont assez généreuses pour être régulièrement soupçonnées d’acheter la paix sociale, ce titre surprendra sans doute nombre d’Algériens.

avis d'expertLa diaspora maghrébine : un potentiel économique à exploiter pour favoriser le développement économique de la région méditerranéenne
 
Amal Chevreau, responsable du pôle Etudes d'Ipemed
La circulation des personnes constitue la quatrième dimension de la mondialisation, aux côtés de celle des marchandises, des flux financiers et de l'information...
 

Autres avis d'experts