Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L’Egypte s'enfonce dans la corruption




Chargé de contrôler les comptes publics, Hicham Geneina a trop bien fait son travail et risque aujourd'hui la prison. Photo CAO.
Chargé de contrôler les comptes publics, Hicham Geneina a trop bien fait son travail et risque aujourd'hui la prison. Photo CAO.
Chargé de contrôler les comptes publics, Hicham Geneina a trop bien fait son travail et risque aujourd'hui la prison. Photo CAO.
Chargé de contrôler les comptes publics, Hicham Geneina a trop bien fait son travail et risque aujourd'hui la prison. Photo CAO.
ÉGYPTE. L’ancien chef de l’Autorité de contrôle des comptes publics en Égypte, Hicham Geneina, a été démis de ses fonctions en mars 2016. Il va être jugé pour avoir « diffusé de fausses informations dans le but de nuire à l’intérêt public ». Son tort, avoir chiffré la corruption dans son pays et surtout avoir dénoncé « une mainmise des appareils de sécurité sur les institutions de l’État ». Ses rapports démontrent l’acquisition illégale de terrains de l’État par des hauts responsables ou des hommes d’affaires du temps de l’ancien président Hosni Moubarak. Une élite en partie revenue au pouvoir après le coup d'état du général Abdel Fattah al-Sissi.

Hicham Geneina évalue dans un rapport le montant de la corruption publique entre 2012 et 2015 à 600 milliards de livres égyptiennes, soit près de 60 mrds€. Un quotidien égyptien a mal retranscrit les informations en cantonnant ce montant à la seule année 2015. Le gouvernement égyptien a profité de cette coquille pour démettre Hicham Geneina de ses fonctions.
 
Officiellement, le gouvernement mène une lutte contre la corruption. En septembre 2015, le ministre de l’Agriculture, Salah Helal, a été poussé vers la sortie et a écopé de 10 ans de prison pour des pots-de-vin. Mais sur le terrain, la corruption s'étend. L’ONG Transparency International classe l’Égypte au 88ème rang des pays les plus corrompus. Pour l’économiste Amr Adly, la réaction des autorités « conforte l’idée que le pouvoir exécutif se venge de celui qui parle de la corruption ».


Ludivine Tur


Mercredi 29 Juin 2016



Lu 1238 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise