Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L'Autorité française de la concurrence inflige une amende de 672 M€ au cartel des colis




L'Autorité française de la concurrence inflige une amende de 672 M€ au cartel des colis
FRANCE. Vingt entreprises de messagerie postale (colis de moins de trois tonnes transportés principalement par la route) tombent, mardi 15 décembre 2015, sous les fourches caudines de l'Autorité française de la concurrence dans deux affaires d'entente.

La première sanctionne d'une amende de 670,9 M€ vingt entreprises* et le syndicat professionnel TLF (Union des entreprises de transport et de logistique de France) pour avoir mené, entre septembre 2004 et septembre 2010 des concertations répétées entre concurrents sur les hausses tarifaires annuelles. "Des tours de table étaient régulièrement organisés en amont et en aval des campagnes de revalorisation tarifaire, ce qui permettait aux entreprises d'homogénéiser leurs demandes tarifaires et de sécuriser leurs négociations commerciales. les discussions étaient tenues secrètes et ne faisaient l'objet d'aucun compte rendu officiel" note l'Autorité de la concurrence. Ces rencontres se déroulaient dans le cadre du syndicat professionnel également épinglé.
L'Autorité de la concurrence a diminué le montant des sanctions de plus de 90% pour six entreprises (Ciblex, Heppner, Lambert et Valette, XP France, Transport Henri Ducros et Ziegler) en raison de leurs difficultés financières actuelles.

La seconde affaire concerne quinze de ces vingt entreprises et le syndicat professionnel TLF. Ils écopent d'une amende de 1,4 M€ pour avoir appliqué, de mai 2004 à janvier 2006, un principe et une méthode commune de répercussion (en pied de facture) d'une "surcharge gazole" à leurs clients.

"C'est donc une large majorité de petites et moyennes entreprises (PME) du tissu industriel français qui ont le plus souffert des pratiques, puisqu'elles se sont vues appliquer directement les hausses tarifaires sans pouvoir les négocier impactant ainsi leur compétitivité. Les consommateurs ont, par exemple, pu être aussi impactés, le transport représentant un élément important du prix de revient des biens vendus en ligne" note l'Autorité de la concurrence.

C'est le groupe Deutsche Bahn (pour sa filiale Schenker-Joyau) et l'entreprise Alloin (groupe Kuehne Nagel) qui ont dénoncé ces ententes et ont pu bénéficier de la procédure de clémence de l'Autorité de la Concurrence.


* Les entreprises condamnées : Alloin, BMVirolle, Chronopost, Exapaq (devenue DPD France), Ciblex, Dachser France, DHL Express France, FedEx, Express France, Gefco, Goedis, GLS France, Heppner, Lambert et Valette, XP France, Norbert Dentressangle Distribution, Normatrans, Schenker-Joyau (devenue Schenker France), TNT Express France, Transports Henri Ducros, Ziegler France.

Voir le texte complet de la décision

Les sanctions par entreprise







Mardi 15 Décembre 2015



Lu 943 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Crise du Qatar :
Et si les véritables raisons étaient ailleurs ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA