Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L'Assemblée parlementaire de la Méditerranée ne s'installera finalement pas à Marseille




La Villa Méditerranée devra se contenter d'une reproduction de la grotte Cosquer (photo : F.Dubessy)
La Villa Méditerranée devra se contenter d'une reproduction de la grotte Cosquer (photo : F.Dubessy)
MEDITERRANEE. Annoncée à Marseille, l'Assemblée parlementaire de la Méditerranée (APM) ne quittera pas Malte.

Vendredi 24 février 2017, lors d'une séance plénière à Porto, un vote sur le transfert du siège de l'APM dans la cité phocéenne a bien obtenu la majorité absolue avec cinquante-et-une voix pour sur quatre-vingt deux suffrages exprimés. Mais, pour ce genre de décision, la majorité des 4/5e s'avérait nécessaire.

Les représentants des vingt-sept parlements nationaux des pays riverains de la Méditerranée resteront donc pour le moment à Malte.

Réagissant à cet échec par communiqué, mercredi 1er mars 2017, Michel Vauzelle, député français et vice-président de la Commission des Affaires étrangères, constate que "la France a perdu une occasion unique de renforcer son influence en Méditerranée. Marseille a perdu une occasion unique d'affirmer sa vocation de capitale de la Méditerranée."

L'ancien président du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur, se démenait depuis plusieurs mois pour accueillir au sein de la Villa Méditerranée cette institution. Il fustige aujourd'hui son successeur à la tête de la Région, Christian Estrosi. qui "d'abord favorable à l'installation de cette institution à la Villa Méditerranée a changé d'attitude. C'est malheureusement ce qui n'a pas permis ensuite de bénéficier à Porto d'un vote favorable à l'unanimité comme le 16 décembre (ndlr : 2016) à Rome."

Dans un communiqué paru en fin de journée, mercredi 1er mars 2017, Christian Estrosi indique que la Région "pourra accueillir une séance plénière de cette institution prestigieuse dès 2018, ce qui constituera un moment fort pour la politique méditerranéenne de notre territoire". Il entend également préciser qu'il "regrette (la décision) pour le rayonnement méditerranéen de Marseille" tout en concluant qu'"il s'agit, en responsabilité et en démocrates, de respecter une telle décision".

Michel Vauzelle a cependant souhaité remercier Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire de Marseille, et Martine Vassal, présidente du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, pour leur "soutien" et leur volonté "jusqu'au dernier moment de proposer une solution alternative à la Villa Méditerranée."

La Villa Méditerranée devrait, comme prévu, accueillir une reproduction de la grotte Cosquer avec cette fois-ci la bénédiction de Christian Estrosi.

Lire aussi :L’Assemblée parlementaire de la Méditerranée pourrait s'installer à Marseille
Marseille détricote sa vocation méditerranéenne 1ère partie : Les villas de la discorde




Mercredi 1 Mars 2017



Lu 1310 fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Arabie saoudite
vs Qatar : Vers l'escalade ou l'apaisement ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil.


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA