Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L’Algérie veut devenir un véritable partenaire économique de la Turquie


Les autorités algériennes tablent sur un partenariat dynamique pour engager le pays dans une industrialisation qui permettrait de réduire la dépendance aux hydrocarbures. La Turquie considère de son côté l'Algérie comme "une passerelle vers les pays africains et maghrébins".



L’Algérie ne constitue actuellement pour la Turquie qu'un marché (photo DR)
L’Algérie ne constitue actuellement pour la Turquie qu'un marché (photo DR)
ALGÉRIE / TURQUIE. La visite officielle en Algérie du président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, les 19 et 20 novembre 2014 illustre la volonté des deux pays de renforcer leur partenariat dans le domaine économique.
En plus des entretiens politiques avec le président algérien Abdelaziz Bouteflika et les autres responsables algériens, Recep Tayyip Erdogan a assisté, en compagnie du Premier ministre Abdelmalek Sellal, au Forum économique des hommes d’affaires algéro-turcs.
Alger et Ankara ont signé en 2006 un Traité d’amitié et de coopération.

Sept années plus tard, en 2013, la Turquie est devenue le 7ème fournisseur de l’Algérie et son 9ème client pour un volume d’échanges commerciaux de 4,4 mrds$ (3,5 mrds€). En 2013 toujours, plus de soixante sociétés turques étaient présentes en Algérie pour la prise en charge de deux cents projets dans différents secteurs.

D’un montant de 2,07 mrds$ (1,65 mrds€), les importations algériennes de Turquie sont constituées à plus de 80% par des demi-produits, des biens d’équipements industriels et des biens de consommation alimentaires. Les 2,3 mrds$ (1,8 mrds€) d’exportations algériennes vers la Turquie se concentrent en revanche, à plus de 90%, dans le domaine des hydrocarbures et les produits dérivés. Dans le cadre d’un contrat de vingt ans, paraphé en 1995, l’Algérie livre annuellement 4 milliards de mètres cubes de gaz naturel liquéfié (GNL) à la Turquie.

Une convention portant prolongation de ce contrat de livraison de GNL pour dix années supplémentaires avec augmentation de 50 % du volume, a été signée le 19 novembre 2014 à Alger par le ministre algérien  de l'Energie, Youcef Yousfi et son homologue turc, Taner Yildiz.
Le ministre de l'Energie et son homologue turc ont évoqué la possibilité d'élargir la coopération bilatérale énergétique aux domaines de la prospection, des engrais, de la pétrochimie et des énergies renouvelables.
 
La balance commerciale des deux pays pour les dix premiers mois de 2014 est excédentaire au profit de la Turquie avec 1,7 mrds$ (1,36 mrds€) d’exportation contre 1,36 mrds$ (1 mrd€) d’importations.

Insatisfaction de l’Algérie

Les autorités et hommes d’affaires algériens ne sont pas satisfaits de l’état actuel des relations économiques entre les deux pays. Ce n’est pas tant le déficit de la balance commerciale qui pose, selon eux, problème. Ils estiment que les potentialités économiques des deux pays sont insuffisamment explorées et exploitées.

Les responsables algériens relèvent en effet que l’Algérie ne constitue actuellement pour la Turquie qu'un marché. Ils voudraient dépasser ce stade pour aller vers la formation de co-entreprises industrielles à même d’assurer un transfert technologique au profit du secteur industriel.

A l’occasion de la tenue du Forum économique des hommes d’affaires algéro-turcs, les nombreux hommes d’affaires turcs venus avec le président Erdogan ont été invités par leurs homologues algériens ainsi que par les responsables algériens à venir investir localement, en particulier dans le cadre de la Pme-Pmi.

L'éventuelle suppression de la règle 51/49% sur l'investissement étranger devrait, selon l’ambassadeur de Turquie à Alger Adnan Keçeci, "encourager davantage les investisseurs turcs à s'engager en Algérie".

Développer le partenariat

Le cas de l’entreprise sidérurgique turque Tosyali a été évoqué pour démontrer qu'un partenariat gagnant-gagnant entre les deux pays était possible.
Ce groupe leader dans son pays a mis en service en avril 2013 un complexe aciérie et laminoir à Béthioua près d'Oran (420 km à l’ouest d’Alger). Construit en moins de deux ans pour un montant de 750 M$ (600 M€), le complexe a vu la création de plus de 1 000 emplois directs à son démarrage. La capacité de production évaluée à 1,25 million de tonnes d’acier liquide et 900 000 tonnes de rond à béton est exclusivement destinée au marché local. Elle doit permettre de réduire la facture d’importation de l’Algérie qui éprouve un besoin croissant d’acier que le complexe d’El Hadjar ne parvient pas à satisfaire.

La construction du pôle industriel des textiles Tayal devrait voir la création de 25 000 emplois à Relizane (300 km à l’ouest d’Alger). Fruit d’un partenariat entre deux groupes publics algériens, Confection et habillement (CH) et Texalg, respectivement détenteurs de 30% et de 21% des parts, et de la société turque Intertay, filiale du groupe turc Taypa, qui détient 49%, l’Algérienne du sport’s wear (Tayal) a été créée en décembre 2013. A côté de ce complexe, une grande école de formation, un centre d’affaires, des logements et autres showrooms devraient voir le jour.

Un protocole d’accord entre l’Union générale des commerçants algériens (UGCA) et l’Association des industriels des produits laitiers (Asud) de Turquie a été signé à Alger. Le partage du savoir-faire et le développement de l’investissement dans la filière lait sont au menu de cet accord. L’industrialisation de la filière lait et dérivés devrait s’étendre à d’autres filières de l’agriculture et de l’agro-industrie.


A. Belkessam, à ALGER


Vendredi 21 Novembre 2014



Lu 1596 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 10:48 La Tunisie engrange 14 mrds€ d'investissements

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise