Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L'Algérie tente de refaire son retard en matière d'IDE


Très peu attractive pour les investisseurs étrangers en raison d'une législation dissuasive, l'Algérie revoit sa copie dans son nouveau code de l'investissement.



ALGÉRIE. Confrontée à l'effondrement du prix du pétrole, l'Algérie n'arrive plus à soutenir son économie et tente d'attirer les investisseurs étrangers. Présent à la Semaine économique de la Méditerranée qui s'est déroulée à Marseille du 2 au 4 novembre, le consul général de Marseille, Rouibah Boudjemaa, affirme que « toutes les pesanteurs bureaucratiques seront levées et il n’y aura aucun problème pour l’attribution de visas ». Des propos confirmés par le président de la Chambre algérienne du commerce et d’industrie (Caci) France, Kaci Aït Yalla. « Venez en Algérie. L'Algérie possède un potentiel de développement énorme, des besoins sociaux grandissants, les réserves de change les plus importantes d'Afrique, des ressources énergétiques ».

L'Algérie déroule son tapis rouge. Les textes d'application du nouveau code de l'investissement viennent d'être soumis début novembre 2016 au gouvernement algérien. Dans quelques semaines, les règles du jeu vont profondément changer en matière d'investissements directs étrangers (IDE).
 
Pour commencer, la règle du 49/51% va évoluer. Actuellement, un investisseur étranger ne peut créer avec ses seuls capitaux une société de droit algérien. La loi de finances régira cette question, tout comme le recours obligatoire au financement interne. Le droit de préemption ne figure plus dans le code de l'investissement. Toutes les cessions d'actions ou de parts sociales ainsi que d'actifs par ou au profit d'étrangers étaient soumis à une autorisation du ministre chargé de l'investissement.

Le nouveau code de l'investissement prévoit également une simplification et une accélération des procédures d'incitations à l'investissement, avec un fléchage des aides vers l'industrie, l'agriculture, le tourisme, les énergies renouvelables et les nouvelles technologies de l'information et de la, communication. L'Agence nationale de développement de l'investissement (Andi) sera transformée en un pôle spécialisé dans l'aide à l'investissement et à l'entreprise.


163e sur 189

L'Algérie a du pain sur la planche en matière d'IDE. Pour son dixième anniversaire, Anima Investment Network a publié « 10 ans d'investissements étrangers et de partenariats d'affaires en Méditerranée. 2006-2015 ». L'association marseillaise s'appuie dans son analyse sur les chiffres qu'elle a elle-même collectée et sur ceux publiés par la Cnuced ( Conférence des Nations Unies sur le commerce et l'investissement ). Concernant l'Algérie, ses rédacteurs, Emmanuel Noutary et Zoé Luçon notent que « malgré son fort potentiel (marché domestique conséquent, richesses naturelles, nombreuses opportunités sectorielles…), l’Algérie attire peu d’IDE : le pays obtient le plus faible ratio IDE/PIB de la région. La frilosité des investisseurs est imputable à un cadre de l’investissement peu attractif : le climat des affaires reste médiocre. L'Algérie a été classée 163e sur 189 pays dans le classement Doing Business 2016 de la Banque mondiale ».

Après un pic d'IDE en 2009, l’instauration de la règle 49/51 a fait brutalement baisser le nombre d'IDE. Ce plus, ces derniers concernent presque exclusivement des secteurs très peu créateurs d'emplois et de développement économique : l'énergie, les banques et les assurances, le ciment, le verre, les matériaux, les médicaments...


Gérard Tur


Mardi 8 Novembre 2016



Lu 1430 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Crise du Qatar :
Et si les véritables raisons étaient ailleurs ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA