Econostrum

Read in your language
Facebook
Twitter
Google+
Rss
en.econostrum.info
Econostrum le blog
Mobile


            partager partager

L’Algérie se dote d’un nouveau Code des marchés publics


Les entreprises étrangères voulant investir en Algérie doivent impérativement s’associer avec une entreprise de droit algérien détenue majoritairement par des nationaux résidents.



Ce texte a pour objectif d’améliorer le processus de passation des marchés publics (Photo DR)
Ce texte a pour objectif d’améliorer le processus de passation des marchés publics (Photo DR)
ALGÉRIE. Le nouveau Code des marchés publics adopté par le Conseil des ministres réuni le 11 juillet 2010 vient d’être publié au Journal Officiel du 27 octobre 2010.

Ce texte a pour objectif d’améliorer le processus de passation des marchés publics « en vue d’assurer l’efficacité de la commande publique et la bonne utilisation des fonds publics » (article 3) dans la transparence des procédures.

L’Algérie se trouve en effet confrontée, depuis plusieurs années, à une série de scandales financiers impliquant des hommes d’affaires étrangers et algériens, ainsi que des hauts cadres de l’Etat ou d’entreprises publiques.

La manne financière provenant de la vente d’hydrocarbures a provoqué une explosion des dépenses publiques qui aiguisent les appétits de nombreuses entreprises étrangères et nationales…

Le préjudice provoqué par toutes les affaires de corruption est considérable pour l’Etat algérien, tant en termes financiers qu’en termes de réalisation de projets et donc d’efficacité économique et sociale, d’image de marque du pays et de crédibilité des institutions politiques.

Encadrement du recours au gré à gré simple

Dans le but d’éviter les abus et le manque de clarté, le nouveau texte déclare, dans son article 27, que « la procédure de gré à gré simple [c’est-à-dire qui ne fait pas l’objet de consultation, NDLR] est une règle de passation de contrat exceptionnelle ».

L’article 43 énumère les cas particuliers où il est possible de recourir à ce type de procédure. Il s’agit en premier lieu du cas où le « partenaire contractant unique [qui] détient soit une situation monopolistique, soit, à titre exclusif, le procédé technologique retenu par le service contractant ».

Le recours exceptionnel au gré à gré concerne également « les cas d’urgence impérieuse » qui menacent « un bien ou un investissement déjà matérialisé sur le terrain ».

Il s’avère également licite « dans le cas d’un approvisionnement urgent destiné à sauvegarder le fonctionnement de l’économie ou les besoins essentiels de la population ».

Le gré à gré est également permis dans le cas « d’un projet prioritaire et d’importance nationale ».

Il est toutefois soumis, dans ce dernier cas, « à l’accord préalable du conseil des ministres ».

Les établissements publics disposant, par un texte législatif ou réglementaire, d’« un droit exclusif pour exercer une mission de service public » sont autorisés à recourir au gré à gré simple.

Enfin, cette procédure est permise pour « promouvoir l’outil national public de production », après accord du conseil des ministres.

L’exclusion de la participation aux marchés publics

L’article 52 précise le profil des opérateurs économiques « exclus, temporairement ou définitivement, de la participation aux marchés publics ».

Il s’agit de ceux qui sont « en état de faillite, de liquidation, de cessation d’activités, de règlement judiciaire ou de concordat ».

Sont également visés ceux « qui font l’objet d’une procédure de déclaration de faillite, de liquidation, de cessation d’activités, de règlement judiciaire ou de concordat ».

Les opérateurs ayant commis « un délit affectant leur probité professionnelle », délit ayant « fait l’objet d’un jugement » ne peuvent prétendre participer aux marchés publics.

Idem pour ceux « qui ne sont pas en règle avec leurs obligations fiscales et parafiscales », ceux « qui ne justifient pas du dépôt légal de leurs comptes sociaux», ceux « qui ont fait une fausse déclaration».

Les opérateurs ayant « fait l’objet de décisions de résiliation aux torts exclusifs » se voient également exclus « après épuisement des procédures de recours ».

Il en va de même pour ceux qui sont « inscrits sur la liste des opérateurs économiques interdits de soumissionner aux marchés publics » et ceux « inscrits au fichier national des fraudeurs, auteurs d’infractions graves » à la législation.

Enfin, se trouvent exclus les opérateurs condamnés « pour une infraction grave à la législation du travail et de la sécurité sociale » ainsi que les « étrangers attributaires d’un marché qui n’ont pas respecté l’engagement défini à l’article 24 du présent décret ».

Des nouvelles obligations des soumissionnaires étrangers

Les opérateurs étrangers désireux de concourir, dans le cas d’appels d’offres internationaux, pour l’obtention de marchés publics de travaux, de fournitures, d’études et de services, doivent impérativement « investir dans le cadre d’un partenariat […] avec une entreprise de droit algérien, dont le capital est détenu majoritairement par des nationaux résidents » (article 24).

En cas de non-respect des dispositions de cet article, le soumissionnaire étranger risque « la résiliation du marché si, avant concrétisation, le partenariat n’est pas mis en œuvre ».

La même entreprise verra « le cas échéant, l’application de pénalités financières pouvant aller jusqu’à 20% du montant du marché ».

Last but not least, l’entreprise en question fera l’objet d’une inscription « sur une liste d’entreprises interdites de soumissionner aux marchés publics ».

Lire aussi: L’Algérie réaménage son Code des marchés publics
Le futur code des marchés publics algérien prône la préférence nationale


Amal Belkessam, à ALGER


Vendredi 29 Octobre 2010



Lu 15665 fois


Articles qui devraient vous intéresser
< >

Vendredi 17 Octobre 2014 - 14:05 Inquiétante baisse des exportations espagnoles


Commentaires

1.Posté par DONALD le 29/10/2010 20:57
Retour à la case départ : il faut se rappeler les années 80, partenariats et autres. L'emballage change de couleur mais le discours ne change pas : en clair, retour en arrière de 30 ans. Il n'y a rien à attendre d' une équipe bloquée par son système.

2.Posté par ACHOUR le 30/10/2010 06:52
Retour au parti unique... Le monopole est détenu par les généraux algériens dans tous les secteurs, alimentaire, pièces détachées, pharmacie : tout ce qui vient de l'importation. Et ils bloquent tous ceux qui ne payent pas le péage (pots de vins). Si tu veux entrer dans le marché algérien il faut s'associer avec un général pour s'assurer sinon ce n'est même pas la peine de s'y aventurer ... pour sa propre sécurité également. Il y a beaucoup d'indices dans ce sens.

3.Posté par DONALD le 30/10/2010 13:55
Le programme du Président sur l'emploi avec ces mesures, est bien mal engagé. C'est le résultat d'un nationalisme de paille.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


réflexion
 
avis d'expertIsraël / Palestine : la paix est-elle encore possible après la dernière guerre de Gaza ?
 
Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Malgré les mille précautions de Tsahal et à cause de la politique du « bouclier humain » du Hamas (confirmée par l’ONU et certains journalistes), ce sont encore les civils gazaouis qui ont payé le prix le plus fort de cet ultime conflit...
 

avis d'expertVers un modèle de cluster maghrébin spécifique
 
Paulette Pommier, Consultante internationale en développement régional et aménagement du territoire
Dans les trois pays du Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie) des concentrations géographiques d’activités, clusters spontanés ou organisés, ont été recensées...
 

avis d'expertLe retour de l'Égypte sur la scène internationale
 
Michel Roche, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Voici un an, le départ forcé des Frères Musulmans était très mal accueilli par les Occidentaux et une partie de l'opinion internationale...
 

avis d'expertLe Maghreb est-il prêt à accueillir des coproductions ?
 
Amal Chevreau, responsable pôle études et production à Ipemed
Au sein de l'UE, le taux de chômage est estimé à 10,2% en juin 2014 (1). Au Sud, le taux de chômage est de l'ordre de 20 à 25 % chez les jeunes...
 

Autres avis d'experts