Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L’Algérie multiplie les contrats pour se doter d’une industrie automobile


La forte contraction du marché automobile algérien découle d’une volonté des autorités de réduire la facture exorbitante des importations au moment où les prix du pétrole ont dévissé sur le marché mondial. La demande interne restant toutefois importante et la préparation de l’ère de l’après-pétrole étant le leitmotiv officiel, les autorités poussent les constructeurs étrangers à investir localement dans la fabrication de véhicules.



Renault  a annoncé début  septembre 2015 la sortie de sa 10 000e Logane de son usine d’Oran (photo Renault)
Renault a annoncé début septembre 2015 la sortie de sa 10 000e Logane de son usine d’Oran (photo Renault)
ALGÉRIE. En 2014, le marché algérien de l’automobile a connu une tendance baissière qui se poursuit et s’accentue en 2015. Les importations de véhicules ont chuté de plus de 1 mrd$ (884 000 €) de janvier à août 2015, ce qui représente une contraction supérieure à 30% selon le Centre national de l’Information et des statistiques (CNIS).

Le marché algérien a culminé en 2012 avec plus de 600 000 véhicules importés. A partir de 2013, il a connu une inversion de tendance : 554 000 en 2013 et 439 000 en 2014.
La chute des prix du pétrole sur le marché mondial amène le gouvernement à tenter de réduire quelques peu les importations qui ont frôlé les 60 mrds$ (53 mrds€) en 2014.

Pourtant  et comme l’indique à econostrum.info Rédha Amrani, consultant en économie industrielle, "il faut s’attendre à ce que le parc automobile en Algérie atteigne les dix millions de voiture d’ici 2025" .

Dans le but de répondre à cette demande, tout en inversant la dynamique importatrice, les autorités exigent, depuis janvier 2014, que les concessionnaires automobiles réalisent, dans un laps de temps de trois années, un investissement industriel dans le secteur sous peine de retrait de leur agrément.

Rédha Amrani indique que cette dynamique "entrainera la réalisation de quatre à cinq grandes usines dotées de leur carrosserie et de leur usine à moteurs ainsi que la démultiplication des concessionnaires et des services après-vente en aval ; ces usines se substitueront en partie à l’importation et dégageront une forte proportion de leurs productions à l’exportation."

Après Renault, qui a annoncé au début de septembre 2015 la sortie de sa 10 000e Logane de son usine d’Oran inaugurée en novembre 2014, et Mercedes, dont la Société algérienne pour la fabrication des véhicules Mercedes Benz (SAFAVC-MB) a sorti ses premiers véhicules utilitaires 4x4 à usages civil ou militaire en octobre 2014, c’est au tour d’Iveco, Fiat, Faw, Peugeot et quelques autres de tenter d’investir dans des usines de montage de véhicules ou de fabrication de pièces détachées.

Les Italiens Iveco et Fiat et le chinois Faw arrivent en Algérie

Le Pdg du groupe Ival a annoncé le 15 septembre 2015 qu'un protocole de création d’une coentreprise devrait être signé à la mi-octobre 2015 entre son groupe et la marque italienne de fabrication de véhicules utilitaires italienne Iveco.

L’objectif est de construire une usine d’une capacité initiale de montage de 1 000 à 1 500 véhicules par an. L’Iveco Daily constituera le premier modèle fabriqué. Il s’agit d’un châssis cabine sous plusieurs versions et empattements (benne, carrosserie, nacelle).

Mohamed Bairi a précisé que "l’usine disposera également d’une unité de fabrication des pièces de rechange, pour se conformer aux exigences du ministère de l’Industrie et des mines ". Des sous-traitants spécialisés, entre autres, dans la pneumatique, les batteries et la carrosserie ont déjà été répertoriés.
Le taux d’intégration devrait tourner autour des 17 à 20%. Le site de production s'implantera dans la région de Bouira (100 km au Sud-Est d’Alger).

Une autre marque italienne célèbre, Fiat, qui a repris la célèbre marque américaine Chrysler, s’associera peut-être à l’algérien Automotive & Services du groupe Cevital pour l’installation d’une usine de fabrication de véhicules en Algérie. Automotive & Services qui représente déjà Fiat en Algérie, mais aussi Hyundaï, tente d’amener le groupe coréen à venir y construire une usine.

Le groupe chinois Faw, qui construit plusieurs voitures, véhicules utilitaires ainsi que des camions (Oley, S 80, Pick UP, Bestrun et HD), a, par le biais de son représentant en Algérie Arcofina, déposé un dossier pour obtenir un terrain de plus de 60 hectares en vue d’y bâtir une usine de fabrication. La région de Bouira est également évoquée pour accueillir cet investissement.

Des nombreux autres constructeurs étrangers, chinois (Great Wall, Chery…), indien (Tata…), japonais (Suzuky, Honda…) pourraient suivre.

La marque au lion sur les traces de celle au losange

PSA Peugeot Citroën devrait lancer  la construction d’une usine de production en 2016. Les négociations entre le groupe français et les autorités algériennes portent sur la fabrication de trois modèles : la C1, la C-Elysée et la 301 Peugeot.

Au mois de juin 2015, Abdeslam Bouchouareb, ministre algérien de l'Industrie et des Mines, avait indiqué que l’usine fabriquerait également la 208 Peugeot. La capacité de production du futur site, qui devrait entrer en production en 2017, se situerait entre 75 000 et 100 000 véhicules par an.

La discussion entre les deux partenaires porte également sur le site sur lequel s'édifiera le projet. Si la région ouest a été évoquée voici quelques mois du fait de la dynamique créée par la présence de l’usine Renault d’Oran, celle de Bouira dispose d’une importante réserve de foncier. Et pourrait donc finalement être choisie par la marque au lion.

L’implantation d’une usine Peugeot en Algérie s’inscrit dans la stratégie de développement du groupe automobile français dans la région Afrique et Moyen-Orient. C’est dans ce cadre qu'il a signé en juin 2015 un accord avec le Maroc pour y implanter une usine de construction pour un montant de 557 M€.

Les négociations entre les deux partenaires se poursuivent, Peugeot souhaitant bénéficier des avantages financiers, douaniers et fiscaux dont a profité Renault.

Une industrie automobile algérienne est en train de se forger. Rédha Amrani considère qu’elle doit s’intégrer dans une   "ré-industrialisation basée sur le potentiel dormant de l’industrie algérienne ainsi que sur la valorisation des matières premières et des potentialités locales comme le fer, le phosphate, les hydrocarbures ainsi que les énergies renouvelables. Le plus grand effort est à faire chez nous pour reconstituer une main-d'œuvre qualifiée, un management compétent et dynamique ainsi que des structures de soutien et d’aide aux industriels pour bien produire et mieux exporter."


Acia Kaci, à ALGER


Jeudi 8 Octobre 2015



Lu 7052 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 30 Novembre 2016 - 08:43 PSA va fabriquer un pick-up en Tunisie

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise