Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

L'Algérie dans le doute


L'Algérie tente de gérer son après-pétrole alors que le déficit de sa balance commerciale ne cesse de se creuser et que l'aisance financière s'éloigne. Le pays entre dans une nouvelle ère en poussant les réformes pour intégrer l'économie algérienne dans le système économique mondial.



Port d'Oran (photo F.Dubessy)
Port d'Oran (photo F.Dubessy)
ALGÉRIE. Si la crise de 2008 avait épargné une Algérie très peu connectée au système financier international, celle de 2014 qui a vu les prix du pétrole plonger en quelques mois ne l’a pas épargnée. La remontée des prix consécutive à l’accord de réduction de la production de l’OPEP intervenu à Vienne le 30 novembre 2016 devrait permettre à l’Algérie de conserver une marge de manœuvre sans pour autant lever le voile d’incertitude qui entoure l’avenir économique du pays. Les inconnues qui pèsent sur le marché mondial s’avèrent trop sérieuses pour permettre tout optimisme inconsidéré.

Rien n’indique que les pays producteurs OPEP et non-OPEP respecteront leurs quotas respectifs. Les raisons géostratégiques qui ont, entre autres, poussé l’Arabie Saoudite à lancer sa guerre des prix demeurent : rivalité avec l’Iran, guerre au Yémen… Le marché n’est pas à l’abri d’une nouvelle et suicidaire surproduction.
Placés en embuscades, les producteurs de schistes et même de charbon encouragés par l’élection de Donald Trump hypothèquent déjà toute perspective de hausse substantielle des prix.
L’économie mondiale ne donne pas de signes de reprise et de croissance solide et durable.

Enfin, si l’ère des énergies fossiles n'est pas terminée, tout indique qu’une course aux énergies de substitution « propres » et renouvelables est engagée, ce qui devrait contribuer à relativiser davantage la place du pétrole et du gaz.

Un tournant ambitieux

Confrontées à l’ensemble de ces incertitudes, les autorités algériennes n’entendent pas renoncer à l’exploitation des énergies fossiles qui procurent toujours l’essentiel des rentrées en devises à un pays qui importe au-dessus de ses moyens. Le déficit de la balance commerciale du pays s’est creusé au premier semestre de 2016 pour atteindre 10,83 mrds$ contre 8,51 mrds$ au cours de la même période de 2015. L’actuelle « crise pétrolière » n’étant pas simplement conjoncturelle, contrairement à celle de 1986, les autorités affirment que la priorité est l’après-pétrole.

Menée officiellement sous le sceau de l’urgence, la « nouvelle stratégie » du gouvernement algérien s’avère en réalité plus ambitieuse.
Elle se fixe pour objectif d’achever les réformes entamées depuis le début des années 1980 afin de créer, selon les propos du ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb, une « dynamique sans précédent qui vise, à moyen terme, une intégration effective et positive de l’économie algérienne dans le système économique mondial. »

Le gouvernement renoue, modestement pour l’instant, avec l’endettement extérieur. Un prêt de 900 M$ a été contracté auprès de la Banque africaine de développement (BAD). La possibilité d’emprunter auprès des autorités chinoises pour financer certains projets économiques (port du Centre…) a été évoquée ces derniers mois.

L’exécutif tente d’attirer les Investissements directs étrangers (IDE). Les entreprises du Qatar, d’Arabie saoudite, de Turquie, de France, d’Italie, d’Allemagne, de Chine ou de Corée… sont particulièrement ciblées. Des sociétés mixtes se forment avec des partenaires étrangers dans l’automobile, le textile, l’acier, l’agriculture…

Sur le plan interne, l’échec du passage en force en matière de privatisation des entreprises publiques a laissé place à une approche basée sur le partenariat public-privé algérien et étranger. Il s’agit de favoriser l’entrée d’actionnaires privés dans le capital des entreprises publiques.
Les aides à l’exportation en vue de compenser la chute des rentrées pétrolières se multiplient alors que la tenue, les 3, 4 et 5 décembre 2016, du Forum africain d’investissements et d’affaires d’Alger se donnait pour objectif de booster les liens et échanges entre pays du continent.

Les voyants du social s’allument

En attendant que la stratégie de l’après-pétrole porte ses fruits, que les IDE affluent et que les exportations hors-hydrocarbures deviennent consistantes, le gouvernement a lancé un emprunt obligataire entre avril et octobre 2016. Selon le ministre des Finances, cette initiative a permis à l’Etat de collecter plus de 5 mrds$.

Ce montant n’est pas négligeable, mais il s’avère insuffisant pour écarter tout risque. L’exécutif a ainsi eu recours aux vieilles recettes universelles des temps de crise : augmenter la TVA (2%), les prix du gaz et de l’électricité, accroître les impôts (généralisation de la taxe d’habitation), annuler ou geler de nombreux investissements et les salaires des fonctionnaires, supprimer la retraite anticipée…

De telles mesures ont provoqué un large mécontentement populaire. Des manifestations d’habitants du Sud qui ont vu leur facture énergétique estivale exploser se sont multipliées. Les syndicats autonomes essentiellement présents dans la Fonction publique ont mené plusieurs mouvements de grève en octobre et novembre 2016 pour exiger l’annulation de la décision de suppression de la retraite anticipée. Les salariés des zones industrielles de Rouiba (Est d’Alger) et du Sud sont sortis pour protester contre cette même loi, à l’appel de leurs syndicats pourtant affiliés à l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) qui soutient la politique du gouvernement.

Les chômeurs se remobilisent pour exiger des emplois. Leur exemple est suivi par les étudiants (pétrole, pharmacie…) qui s’inquiètent de l’absence de débouchés…
L’effervescence sociale a d’autant plus de chances de persister que le gouvernement n’a pas pris la peine de négocier ou, à tout le moins, de se concerter avec les partenaires sociaux. Il tend à recourir de plus en plus systématiquement à la répression : condamnation de représentants de mouvements de chômeurs, interpellation de syndicalistes lors d’un rassemblement devant le siège de l’Assemblée populaire nationale (APN) le 26 novembre 2016.

La parenthèse de l’aisance financière semble durablement s’éloigner. Le temps des vaches maigres est arrivé. Et avec lui le doute s’installe… 

Lire aussi : L'industrie automobile toujours en rodage en Algérie
Le Sittem défriche la route de la logistique algérienne
"La rente pétrolière a nourri à peu près toutes les dérives de l'économie algérienne"


Acia Kaci, à ALGER


Mercredi 7 Décembre 2016



Lu 3292 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 18 Octobre 2017 - 15:34 8% des ménages italiens confrontés à la corruption €


Commentaires

1.Posté par Ata - ûllah GOURINE le 14/12/2016 10:45
Le problème de l'Algérie n'est pas un problème économique mais éminemment politique ! un vieux proverbe chinois dit : "le poisson pourrit par la tête " ! un bon jet de karcher , puissant salvateur , assainira la place et dégagera ces misérables politiques qui depuis 1962 ont géré le pays de manière criminelle en instituant la corruption à tous les niveaux où les intérêts de certains passent avant celle de l’intérêt général !

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

2.Posté par Ata - ûllah GOURINE le 14/12/2016 21:36
Comment un pays dont la jeunesse de moins de 30 ans constitue les 70% de la population soit dirigée par un grabataire de plus de 80 ans et un staff politique des fossiles de la politique , croûteux, ignares , incompétents qui sont là depuis Hérode accrochés à leurs privilèges indus, peut il se développer ?

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

3.Posté par Ata - ûllah GOURINE le 05/01/2017 11:42
une solution , entre autre , pour les jeunes chômeurs , surtout diplômes , n'attendez rien de " l' État " ,ou de ce qui peut ressembler à un État pourri ! comptez que sur vous - mêmes : créez votre propre entreprise , votre start - up , et partez tout modestement : il ne faut pas des millions ou des milliards pour lancer sa propre entreprise ! sollicitez vos amis , vos parents , la famille , proposez des associations à des voisins ! à deux , à trois formez des équipes soudées avec un projet simple , précis , ne nécessitant que peu de moyens , atteignable , ne voyez pas grand , faites de votre domicile le siège de votre société, de chez vous et lancez - vous ! un téléphone ,une connexion à internet suffisent , pour commencer ! et faites travailler votre imagination! vous apprendrez en pratiquant ! et arrêtez de pleurnicher ! je pense que jamais la situation très difficile des algériens n'a été un moment très favorable pour lancer de petites entreprises familiales , le génie murit sur la paille , adoptez le systeme D , la debrouillardise , voyez ce font les autres dans les autres pays, copiez , innovez , mais surtout ne rester pas les bras croisés à voir de l'autre côté de la mer , accrochés aux sous de votre maman et du vieux , et vous allez constater que la création d'entreprise est une aventure des plus excitante, c'est une école de la vie ! et quelle fierté quand vous allez prendre un kebab , un câfé, payé de votre propre argent , gagné honnêtement de votre propre effort !et une fois bien installé dans votre costume de jeune chef d'entreprise pensez aux autres jeunes , produit de l'échec scolaire, sans diplômes , formez les , éduquez les et embauchez les dans vos entreprises et vous en ferez des citoyens dignes : c'est cela L'Islam !

4.Posté par Ata - ûllah GOURINE le 05/01/2017 13:50
En Algérie , on manque de tout donc quelque soit le produit ou service que vous lancerez , s'il est bien pratique , répond à un besoin , donne des solutions à un problème et s'il est bien mis en, oeuvre cela marchera! toutes les grands entreprises ont commencé modestement avec des idées simples ! et avec beaucoup d'abnégation , on arrive! et faites de votre vie un petit chef d' oeuvre et l'on dira de vous plus tard : " parti sans le sou, au fond d' un garage, une cave ......."

5.Posté par Ata - ûllah GOURINE le 23/01/2017 09:16
Il faut mettre les algériens au plus vite au travail et à la création car anesthésiés par l 'économie de la rente que ce pouvoir a pu se maintenir depuis 1962 au pouvoir et a rendu ce peuple paresseux et imperméable à toute innovation , ce pouvoir n'a jamais pu inculquer l'amour du travail parce que lui même en etait dépourvu ( on ne donne pas ce que l'on a pas) , le dépassement de soi , car il s'agit de leur existence en tant que nation ( un peuple sans vision, à terme il disparait ) ce peuple attend tout de l’État , et l’État n'a attends que les royalties ( avec leur incompétence, manque d'intégrité , manque de patriotisme, manque de vision , manque de hauteur d'âme , manque d'éducation politique ) et qui plus grave : ne fais pas confiance à son génie national ! comme un retraité qui attends sa pension ou comme les indiens d'amérique lorsque les cow boys les abrutissaient avec de l'alcool , du tabac , des colliers de perles en verres , pour s'emparer de leurs terres! et de l'argent vite gagné , du pétrole, et le gaz avec une technologie étrangère est vite dépensé et en général mal dépensé ! les régimes successifs depuis 1962 n'ont jamais pu construire ce qu'on appelle : Un État!

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




















Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA













EMISSIONS RADIOS RTS


Angélique Kourounis et Thomas Jacobi, présentent leur dernier documentaire :

 

AUBE DOREE,
UNE AFFAIRE PERSONNELLE  

 
   • Mon fourgon, ma maison
   • Aube Dorée, attention danger



Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Femise
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee    APIM
Région PACA          EDF