Econostrum
pub

Read in your language
Facebook
Twitter
Google+
Rss
en.econostrum.info
Econostrum le blog
Mobile


            partager partager

L'Afrique du nord attend ses « printemps économiques »


La semaine méditerranéenne des leaders économiques s'est ouverte à Barcelone avec le neuvième Forum sur le développement des entreprises d'Afrique du Nord. L'occasion de faire un diagnostic précis des freins à la croissance économique d'une zone dont personne ne discute le fort potentiel de développement.



ESPAGNE / MÉDITERRANÉE. La sixième semaine méditerranéenne des leaders économiques commence sous les auspices d'une actualité politique tragique. L'escalade sanglante entre Israël et la Palestine dans la bande de Gaza a cependant à peine été évoquée au premier jour de cette réunion qui s'affirme chaque année comme une étape supplémentaire dans l'accomplissement du processus de Barcelone, adopté en 1995 .

Miquel Valls, président de la CCI de Barcelone et coordinateur de ces rencontres méditerranéennes du 19 au 23 novembre 2012 « en appelle aujourd'hui à un « printemps économique » comme une nécessité, un prolongement des évènements politiques qui ont marqué les pays du sud de la Méditerranée ces dernières années », en préambule du IXe forum sur le développement des entreprises en Afrique du Nord, premier rendez-vous de cette semaine économique.

Une façon également de centrer les débats autour du grand enjeu : la gestion des transitions politiques, économiques et sociales après les « printemps arabes ». Ils « ouvrent de grandes perspectives de développement, mais laissent aussi de grandes incertitudes », selon Senén Florensa, président du Comité Exécutif de l'IEmed.

Modernisation économique

Les enjeux du développement économique de toute la Méditerranée (photo FM)
Les enjeux du développement économique de toute la Méditerranée (photo FM)
« Nul ne doute de ces opportunités... à condition d'accomplir des réformes toujours aussi indispensables qu'avant les révolutions, mais sans doute plus urgentes aujourd'hui », enchaîne Lahcen Achy, chercheur au Carnegie Middle East Center de Rabat (Maroc). Cet économiste définit cinq axes prioritaires pour la modernisation économique des pays du sud de la Méditerranée :

Pour commencer donner davantage d’espace au privé, même si l’État doit garantir les cadres légaux et les infrastructures nécessaires aux investissements.

En second, favoriser une politique industrielle en définissant des secteurs clés, et à travers une meilleure régulation des marchés : « Il existe un véritable déficit dans ce domaine qui se traduit par un taux d'investissement (rapport entre l'investissement global et le PIB, ndlr) de 15% dans certains pays, alors qu'il atteint en moyenne 25% au nord de la méditerranée », signale Lahcen Achy. « Nous pourrions récupérer une bonne part de ce retard en respectant mieux les règles de la concurrence ».

Troisièmement, veiller à une croissance « sociale », à travers une plus grande équité fiscale (« le capital ou le patrimoine sont parfois moins taxés que le travail »), et davantage d'équité sociale, avec la mise en place de systèmes de protection sociale élargis au maximum de la population.

Quatrièmement, favoriser le développement local et la réduction des déséquilibres territoriaux.

Enfin, promouvoir l'éducation et la recherche, ou « développer le capital humain » pour reprendre les termes de l'économiste.

Faible taux d’activité des femmes

La Casa Llotja de la CCI de Barcelone, qui abrite la sixième semaine méditerranéenne des leaders économiques (photo FM)
La Casa Llotja de la CCI de Barcelone, qui abrite la sixième semaine méditerranéenne des leaders économiques (photo FM)
Ce dernier point demeure l'un des plus fondamentaux, comme le démontre l'expertise de la Fondation Européenne sur la Formation (EFT) concernant le marché du travail dans les pays du sud de la Méditerranée. Une étude présentée à Barcelone par Mounir Baati, spécialiste en systèmes de qualification et Country Manager pour la Libye.

Le Maghreb possède le triste record mondial du taux d'activité le plus bas, aux alentours de 40%, alors que le taux de population active moyenne en Europe atteint 70%. Ce déséquilibre s'explique d'abord par le faible taux d’activité des femmes (environ 20%). « L'organisation des entreprises et de la société oblige les femmes à rester chez elles pour s'occuper de leurs enfants », déplore Mounir Baati, « pourtant elles réussissent sensiblement mieux à l'école que les garçons ».

Tout aussi grave, la persistance de l'emploi appelé pudiquement « informel » tire les salaires et les conditions de travail vers le bas, en empêchant l'accès à la formation, professionnelle.

«Il apparait urgent de réformer en profondeur ces systèmes de formation », conclut Mounir Baati, appuyé à Barcelone par le secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée, Fathallah Sijilmassi. Il rappelle la mise en place d'un programme visant à développer la qualification et « l’employabilité » dans les pays du sud de la Méditerranée, notamment pour une meilleure intégration des femmes dans le marché du travail.

Intégration régionale

Lahcen Achy et Emanuele Santi coïncident sur la nécessité d'une réforme des systèmes d’enseignement et de formation (photo FM)
Lahcen Achy et Emanuele Santi coïncident sur la nécessité d'une réforme des systèmes d’enseignement et de formation (photo FM)
« Mais aucune réforme structurelle ne portera ses fruits sans une volonté politique d'intégration régionale, c'est-à-dire une plus grande collaboration entre les pays du Maghreb », précise Lahcen Achy, dont le constat tient de la litote, puisque le commerce entre les pays d’Afrique du Nord représente seulement 3% des échanges.

Avec des conséquences parfois très importantes pour les entreprises qui s’installent dans la région. Comme le cas de Renault, cité par le secrétaire général de l'IEmed, Andreu Bassols : « Le constructeur installé au Maroc éprouve étrangement les plus grandes difficultés à vendre ses voitures aux pays voisins du sud de la méditerranée ». Le développement du commerce entre les États de la Rive-Sud de la Méditerranée pourrait pourtant apporter jusqu’à deux points de croissance supplémentaires par an, selon les études économiques sur la question.



Francis Mateo, à BARCELONE


Mardi 20 Novembre 2012



Lu 1322 fois


Articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


réflexion
 
avis d'expertTurquie : les risques assumés de l’option kurde
 
Michel Roche, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
L’accélération brutale de la crise au Proche Orient avec l’exportation du conflit syrien en Irak, a deux conséquences pour la Turquie...

avis d'expertPour un renouveau de la santé en Méditerranée. Le cas du médicament.
 
Macarena Nuño, chef de projet prospective et capital humain à l'Ipemed
Depuis les printemps arabes, les populations des pays méditerranéens expriment avec force une demande croissante pour un meilleur accès aux soins de qualité, à moindre coût.

avis d'expertL’économie algérienne en 2014 : sur la route de la pauvreté
 
Guillaume Almeras, Consultant indépendant, associé au groupe d'analyse JFC Conseil
Dans un pays où les aides publiques sont assez généreuses pour être régulièrement soupçonnées d’acheter la paix sociale, ce titre surprendra sans doute nombre d’Algériens.

avis d'expertLa diaspora maghrébine : un potentiel économique à exploiter pour favoriser le développement économique de la région méditerranéenne
 
Amal Chevreau, responsable du pôle Etudes d'Ipemed
La circulation des personnes constitue la quatrième dimension de la mondialisation, aux côtés de celle des marchandises, des flux financiers et de l'information...
 

Autres avis d'experts