Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Keyrus construit un pont entre les entreprises et les start-ups


Le groupe français Keyrus a mis en place, via son accélérateur de business Keyrus innovation factory, une passerelle entre les grandes entreprises et les jeunes pousses internationales. Le Kif dispose de deux implantations en France et en Israël et va lancer un nouvelle appel d'offres.



Cyril Cohen-Solal rencontre toutes les semaines en Israël de grands groupes à la recherche de start-ups pour développer un projet (photo : Keyrus)
Cyril Cohen-Solal rencontre toutes les semaines en Israël de grands groupes à la recherche de start-ups pour développer un projet (photo : Keyrus)
FRANCE / ISRAËL. En 2009, Cyril Cohen-Solal part implanter Keyrus en Israël. Le groupe français Keyrus (227,9 M€ de chiffre d'affaires en 2016 et 2 500 salariés dans quinze pays) se présente comme un créateur de valeur à l'ère de la data et du digital. Il améliore les performances en numérique des entreprises dans trois domaines : la data intelligence (exploitation des données), la digital experience (expérience numérique) et le conseil en management et transformation numérique.

Arrivé dans la "start-up nation", le vice-président innovation de Keyrus se trouve plongé dans un environnement totalement différent à celui de la France. "J'ai trouvé ici un écosystème déjà riche et avec des connections avec les Etats-Unis plus importantes qu'avec l'Europe", souligne-t-il.  "Et en même temps un business totalement différent avec de grosses start-ups dans le digital. Nous nous sommes aperçus qu'elles étaient très intéressées par notre réseau d'entreprises clientes."

D'où l'idée de rapprocher grands groupes et jeunes pousses avec le Keyrus innovation factory (Kif). Lancé en mai 2016, cet accélérateur sert de passerelle entre les start-ups innovantes et les grandes entreprises européennes. Cet outil ambitionne de réduire la distance en aidant les start-ups à conquérir de nouveaux marchés et les grands groupes à bénéficier des dernières innovations technologiques. Le Kif s'est implanté à la fois en France et en Israël.

Jusqu'à 200 000 $ de fonds d'armorçage

Un an plus tard, douze start-ups - dont 70% israéliennes et 30% françaises - sont passées par le Kif avec vingt projets pilotes réussis. "Nous disposons d'un potentiel de start-ups de 300", assure Cyril Cohen-Solal.

"Pendant un mois, nous procédons à un boot camp (NDLR : phase d'entraînement), pour adapter les solutions de la start-up et concevoir une stratégie de mise en marché. Ensuite, pendant cinq mois, nous l'accompagnons dans des road-shows avec nos clients pour qu'elle puisse proposer son offre à des grands groupes. Puis, nous procédons à une mise en pilote de test jusqu'à la réussite commerciale pour les deux entités", poursuit-il. Le Kif investit également dans ces start-ups en fonds d'amorçage qui peut atteindre jusqu'à 200 000 $.

Parallèlement, Keyrus agit de même avec ses clients pour trouver une réponse à l'une de leur problématique. "Nous voyons ce que peuvent leur apporter une start-up avec laquelle ils peuvent faire de la co-R&D, un partenariat, et même la racheter", indique le vice-président de Keyrus.

Le Kif réalise un appel à start-up tous les dix-huit mois. Le prochain se déroulera courant juin 2017 pour une entrée en septembre 2017. "Les start-ups sont sélectionnées sur des critères très précis concernant notamment leur maturité. Nous recherchons des entreprises qui disposent déjà d'un produit qui fonctionne et qui a déjà attiré des clients payants. D'autre part, nous nous inscrivons dans des démarches B to B et nous attachons à retenir des start-ups qui travaillent dans des domaines pertinents pour nos clients", explique Cyril Cohen-Solal.

L'ecosystème start-up en Israël - Bilan 2016 par Keyrus innovation factory






Jeudi 11 Mai 2017



Lu 1889 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Vendredi 21 Avril 2017 - 08:25 Berger-Levrault rachète le groupe espagnol Absis


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Crise du Qatar :
Et si les véritables raisons étaient ailleurs ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA