Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Jordanie, Syrie, Liban : des situations contrastées mais tendues


En Jordanie, la rue continue de manifester, malgré les mesures d'urgence prises par le gouvernement de Samir Rifaï sur demande expresse du roi Abdallah II. La Syrie reste dans un calme précaire alors que le Liban se concentre sur ses problèmes de gouvernement.



3000 personnes se sont rassemblées pour un sit-in devant le parlement jordanien. (crédit  Parlement jordanien)
3000 personnes se sont rassemblées pour un sit-in devant le parlement jordanien. (crédit Parlement jordanien)
MEDITERRANEE. La baisse des prix ordonnée en Jordanie sur les denrées alimentaires de base ainsi que sur l'essence, le diesel et le gaz, n'a pas empêché la tenue des manifestations prévues le 14 janvier 2011 à l'appel de plusieurs syndicats populaires.

La manifestation qui s'est déroulée dans le calme dans plusieurs villes du pays, a été suivie d'une autre, dimanche 16 janvier. Une foule de près de 3000 personnes, composée essentiellement de syndicalistes, islamistes et partis de gauche, a effectué un sit-in devant le Parlement jordanien, à Amman, pour protester contre l'inflation et la politique économique du gouvernement.

Sur les banderoles tenues par les manifestants, on pouvait lire différents appels. "Jusqu'à quand continuerons-nous de payer le prix des vols et de la corruption", ou encore "Va-t-en, va-t-en Rifaï", "L'islam est la solution". D'autres panneaux présentaient des "Salutations aux Tunisiens", ou prônaient encore "2011, année des changements dans le monde arabe".

Au même moment, les députés jordaniens discutaient au parlement de la baisse des prix des aliments. 
 
Les islamistes, dont le parti des frères musulmans est l'une des composantes, trouvent dans ces manifestation une nouvelle tribune. "En Jordanie, nous souffrons des mêmes maux que la Tunisie. Nous devons mettre fin à l'oppression, ainsi qu'aux entraves aux libertés et à la volonté du peuple", affirme son chef, Hammam Saïd. Et d'ajouter, que le peuple jordanien "n'acceptera jamais d'avoir faim".

Le député Fawaz Zohbi, sorti distribuer des collations aux manifestants, a par ailleurs confié que "si la Chambre n'obtient pas de réponse satisfaisante du gouvernement sur ses demandes de baisse de prix, elle va réclamer un nouveau vote de confiance au gouvernement". La Chambre basse a été récemment élue, en décembre 2010, avec une majorité loyaliste proche du roi.

La Jordanie n'est pas la Tunisie

En réponse à ces deux jours de manifestations, le Premier ministre, Samir Rifaï, a déclaré sur la Radio Amen FM, que "le rôle du gouvernement est de réduire le déficit et la dette du pays et de permettre aux citoyens de garantir leurs besoins de base, sans aucun fardeau supplémentaire". Il n'a ensuite pas manqué de critiquer les partis et mouvements qui appellent aux décisions populistes, soulignant que le gouvernement ne voulait "pas faire payer au peuple les mesures actuelles".

Malgré les manifestations, les observateurs ne pensent pas qu'une contagion tunisienne puisse toucher la Jordanie. A cela deux raisons. Tout d'abord, le régime d'Abdallah II est un acteur indispensable du processus de paix israélo-palestinien et constitue un allié de taille pour les Occidentaux. Ensuite, parce que l'armée du royaume hachémite est composée essentiellement de bédouins, très loyaux envers le roi.

Le gouvernement syrien fait le dos rond

Les syriens sont à l'écoute des évènements tunsiens. Photo DR
Les syriens sont à l'écoute des évènements tunsiens. Photo DR
En Syrie, régime similaire à celui établi par Ben Ali en Tunisie, avec la dynastie des Assad au pouvoir depuis 40 ans, les observateurs suivent également la situation avec attention. Pour autant, le président Bachar el-Assad se montre avare de déclarations sur le sujet, tout comme la plupart des organes de presse officiels. Ainsi, l'agence de presse Sana ne pipe pas mot de la Tunisie.

Mais le pouvoir syrien semble craindre une contagion et vient d'augmenter la subvention sur le fuel destiné au chauffage. Une hausse significative puisqu'elle porte à 1 500 livres syriennes (24,03€) l'allocation mensuelle de chauffage, au lieu des 870 L.S. (13,94€) actuelles. Soit une augmentation de 72%, qui entrera en vigueur le 1er février, à destination des 2 millions d'employés du secteur public syrien.

Déjà le 15 janvier, Bachar el-Assad a promulgué un décret créant un Fonds national pour les subventions sociales, destiné aux familles dans le besoin. Une mesure qui concerne pour le moment 420 000 familles et qui coûtera à l'Etat 10 à 12mds L.S. (160,69M€ à 192,83M€).

Ces gestes envers la population ne signifient pas pour autant que Damas est prêt à lâcher du lest. Les partis politiques d'opposition restent interdits, laissant la part belle au Baas.

Une seule voix s'est faite entendre, celle du chef des Frères musulmans syriens. Mohammad Riyad al-Shaqfa a confié au journal qatari as-Sharq que son parti était prêt à renoncer à l'action politique si ses membres étaient autorisés à rentrer en Syrie. Il a réclamé du même coup le retour des opposants en exil et la libération des détenus politiques.

Le Liban peu concerné

Au Liban, pour l'heure, les préoccupations des politiques sont toutes autres. La priorité concerne la formation d'un nouveau gouvernement, après la démission des ministres de l'opposition du cabinet Saad Hariri. Par ailleurs, le régime est plus démocratique au Liban que chez ses voisins syriens et jordaniens.

Sur le plan social, l'Union des travailleurs libanais devrait appeler à la manifestation et à la grève, avant la fin janvier, selon Ghassan Ghosn, le président de la Confédération générale du Travail. Parmi les revendications du mouvement, la hausse du salaire minimum de 500 000 L.L (250,81€). à 1 000 000 L.L. (666,666 €) ou encore la baisse des taxes sur l'essence qui approchent les 60%.


Jenny Saleh, à beyrouth


Lundi 17 Janvier 2011



Lu 5005 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Lundi 21 Novembre 2016 - 17:59 La Libye et la Syrie ont fait fuir les investisseurs €


Commentaires

1.Posté par Foy Roman-Oliver le 18/01/2011 09:28
Bonjour,

Simplement pour vous dire que vous faites erreur. Le site SANA (agence de presse syrienne), a bien évoqué la situation en Tunisie dans une longue annonce, mais en arabe : http://www.sana.sy/ara/3/2011/01/18/327056.htm

Les commentaires sont uniquement factuels et aucune opinion n'est donnée. Ils ne font en effet que citer la télévision tunisienne et le premier ministre Ghanoushi.

Bonne journée

2.Posté par Jenny Saleh, à BEYROUTH le 18/01/2011 15:17
Bonjour,

Merci pour votre remarque. Effectivement, l'agence de presse officielle syrienne Sana mentionne dans deux dépêches les événements tunisiens, mais en se gardant bien de livrer toute réaction officielle. Elle se contente purement de relater les faits. A ce jour, et sauf impair de ma part, le régime de Bachar el-Assad n'a toujours pas réagi officiellement au départ du président Ben Ali.

3.Posté par shami sole le 18/01/2011 21:08
Bonjour,
à ce que je sache la France a voulu soutenir Ben Ali quand MAM a proposé de faire profiter du "savoir faire" français en matière de lutte contre les manifestants ....
La réaction du président français a été bien longue pour se positionner sur le peuple après avoir constaté la fuite de Ben Ali non ?
Je ne souhaite pas à la Syrie de perdre son président car la Syrie n'est pas dans le même contexte que la Tunisie, certes il faut de la liberté et de la démocratie pour les syriens mais certains ne voient pas la Syrie ainsi, si le régime syrien tombe, voir l'Irak dans quel état de "démocratisation" il se trouve avec un gouvernement contrôlé par les états unis...
Il y a aussi un pays qui n'attend que ça pour pouvoir envahir et le Liban et la Syrie le jour où les pouvoirs respectifs de ces pays tomberont : Israel histoire de gratter un peu plus de territoire.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise