Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

"Je ne vois pas comment l'Etat palestinien pourrait exister aujourd'hui"


Chercheur associé à l'Université libre de Bruxelles et au Centre Jacques Berque de Rabat (CNRS), Sébastien Boussois, spécialiste de la question israélo-palestinienne, répond en exclusivité à econostrum.info à l'occasion de son intervention aux Mardis de la Villa organisés par l'association Euromed-IHEDN et l'AVITEM-Villa Méditerranée, à Marseille mardi 17 novembre 2015.



Sébastien Boussois reste pessimiste sur la création d'un Etat palestinien (photo F.Dubessy)
Sébastien Boussois reste pessimiste sur la création d'un Etat palestinien (photo F.Dubessy)
econostrum.info : Vous parlez de l'impossibilité future d'un État palestinien. Pourquoi tant de pessimisme ?

Sébastien Boussois : Je crois que, malheureusement, sur le Moyen-Orient tout le monde peut être pessimiste ! Je ne vois pas comment les Palestiniens et les Israéliens pourraient revenir à la table des négociations dans cette situation inextricable pour chacune des deux parties en terme de politique nationale.

L'échec des négociations de Camp David en 2000 a plongé la situation dans un trou noir chez les Israéliens et les Palestiniens mais aussi du côté de l'administration américaine. Rien n'a été rattrapé depuis. Au contraire, avec la radicalisation de la société israélienne il n'existe plus de gauche, plus d'alternative, plus une forme de gauche ou de centre gauche qui voudrait véritablement aller dans ce sens là. Les Palestiniens, dans l'impuissance et dans la fatigue, font à un moment des choix de rébellion, de révolte, existent, surgissent, disparaissent...Et il n'existe plus de négociation.

Tant que la colonisation se poursuivra, alors que depuis quarante ans le droit international et les Nations-Unies demandent un retrait du territoire ce qu'Israël refuse et rejette, je ne vois pas comment l'État palestinien pourrait exister aujourd'hui. Au delà du fait que la communauté internationale se satisfasse d'une proclamation d'un État qui n'est qu'un État fantoche.

"Israël préfère les dictatures dans son voisinage"

Sébastien Boussois était l'invité des Mardis de la Villa (photo F.Dubessy)
Sébastien Boussois était l'invité des Mardis de la Villa (photo F.Dubessy)
Qu'ont changé les printemps arabes dans la stratégie d'Israël qui s'est cru d'abord menacé ?

S.B. : Les Printemps arabes ont d'abord inquiété effectivement au début Israël. Elle était entourée de dictatures relativement confortables. Finalement, il s'agissait de relations froides mais plus intéressantes que toute évolution ou tout mouvement. Toute révolution inquiète bien évidemment n'importe quel pays, à commencer par le pays lui-même mais aussi ses voisins.

Avec la guerre en Syrie, Israël avait peur que Bachar El Assad tombe tout de suite. Avec l'arrivée des Frères musulmans en Égypte venait l'instabilité politique dans le Sinaï mais aussi la crainte que Mohamed Morsi déchire le traité de paix. Bachar El Assad se trouve toujours au pouvoir, la dictature est revenue en Égypte. Rassurée, Israël a toujours préféré cette situation pour ses relations diplomatiques de premier voisinage, quand elle ne collaborait pas directement comme avec la Jordanie.

Du coup, tout ce nuage de fumée de "Printemps arabes" a permis d'évincer encore plus la question palestinienne.

"Israël ne veut plus détruire le Hamas"

Pourquoi Israël ne parle plus de détruire le Hamas ? Par peur qu'il ne soit remplacé par l'Etat islamique ?

B.S. : Oui, Benjamin Netanyahou n'a pas souhaité, depuis les deux dernières guerres, détruire définitivement le Hamas ce qui n'était pas le cas d'Avigdor Liberman. Ceci a d'ailleurs été un élément de fissurage de sa coalition. Liberman voulait aller jusqu'au bout et véritablement détruire le Hamas puis raser Gaza pour en finir.

Mais, en réalité, la stratégie était d'éviter une sorte de vide du pouvoir alors que l'Autorité palestinienne devait récupérer les quais de Gaza l'été dernier, ce que le Hamas n'a pas fait. Un rapprochement est donc intervenu entre Israël et le Hamas de peur justement que, soit l'Etat islamique, soit des éléments jihadistes plus radicaux, arrivent. Et d'ailleurs, Israël a interdit certaines factions du Jihad islamique en Israël même, pour des raisons de violence et d'inquiétude par rapport à ce que certains mouvements pourraient avoir tendance à défendre.


Propos recueillis par Frédéric Dubessy


Mercredi 18 Novembre 2015



Lu 2379 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise