Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Iter : la fusion nucléaire fait bouillir le parlement européen


Les dépassements budgétaires du projet phare de la recherche européenne sont-ils maîtrisables ? C'est toute la question qui agite les députés européens. L’Europarlement a envoyé une commission en France pour essayer de se faire une idée. Et il craint de devoir supprimer d'autres projets pour financer une recherche sur la fusion nucléaire qui, critiquent certains, ne répond pas aux urgences de l'humanité.



Assurer la création d'un plasma porté à haute température durant huit minutes...et des débats budgétaires de plusieurs mois (photo DR)
Assurer la création d'un plasma porté à haute température durant huit minutes...et des débats budgétaires de plusieurs mois (photo DR)

EUROPE / FRANCE. Le Parlement européen est devant un problème compliqué. Faut-il accepter un nouveau dépassement budgétaire d’Iter  (International Thermonuclear Experimental Reactor)? Le programme de recherche mondial sur la fusion nucléaire est largement entamé et l’Union européenne y a engagé 15,5 mrds€. Elle pourvoit déjà à 45% du budget de ce programme, le reste étant fourni par les états qui y adhérent.

La flambée du coût des matières premières, telles que le béton, a provoqué un dépassement important des dépenses de ce projet, et l’arrivée de nouveaux contributeurs, comme la Corée du sud et l’Inde, induit des coûts organisationnels imprévus.

Bref, l’Organisation Iter demande 1,3 mrd€ au Parlement européen pour la période 2012-13, au-delà des budgets déjà votés. A l’automne 2010 les parlementaires, pourtant supposés en majorité favorables au projet, n’ont pas voulu voter les yeux fermés ce dépassement.  

Une délégation de treize parlementaires de la Commission du Budget a été invitée, le 17 mai 2011, à poser des questions in situ aux responsables du projet, à Cadarache, dans le sud de la France où les installations de recherche sont construites.


Ponctionner les autres projets de recherche et les agriculteurs

Bart Staes et Jens Geier. Les eurodéputés ont un problème : faut il déshabiller la recherche en Europe pour habiller Iter ? (photo MN)
Bart Staes et Jens Geier. Les eurodéputés ont un problème : faut il déshabiller la recherche en Europe pour habiller Iter ? (photo MN)

« Nous ne savons pas si ce sera la dernière augmentation » s’est inquiété le député allemand Jens Geier, du groupe Socialistes Démocrates Européens, « nous sommes notamment soumis aux tests de résistance des installations dans les mois à venir, qui induiront peut-être des coûts nouveaux ». L’après catastrophe de Fukushima a des répercussion dans toutes les installations nucléaires, recherche comprise.

« Et nous ne savons pas où trouver ces 1,3 mrd€. » a encore ajouté Jens Geier. Car personne n’est dupe, pour abonder Iter, il faudra piocher dans les autres programmes de recherche. C’est ce qui a fait reculer les eurodéputés à l’automne 2010. Le projet était de ponctionner 460 M€ dans divers programmes de recherche et développement poussés par les états membres au moment où se discute le 7è Programme Cadre de Recherche et Développement. Or personne en Europe n’est prêt à ce sacrifice.

Toutefois ce sont les agriculteurs européens, et particulièrement français, qui pâtiraient le plus de cette rallonge budgétaire, car il est prévu de prendre 650 M€ sur le budget de la Politique Agricole Commune pour ce faire. « Il est question de savoir si c’est le budget européen ou les États membres en direct qui doivent payer ce surcoût » souligne de son côté Anne Jansen, une eurodéputée danoise.


Les incertitudes de l'après Fukushima

Pour la députée européenne écologiste Michèle Rivasi, le moratoire s'impose (Photo MN)
Pour la députée européenne écologiste Michèle Rivasi, le moratoire s'impose (Photo MN)

Et le nucléaire européen, y compris la recherche sur la fusion, ne serait pas épargné pour financer les dérives budgétaires d’Iter. « Nous devons décider s’il faut arrêter le projet britannique JET (Joint European Torus ), près d’Oxford, et le faire au plus tôt car pour des raisons légales les 800 personnes qui y travaillent devraient recevoir leurs lettres de licenciement selon certains délais » explique l’eurodéputé écologiste belge Bart Staes. « C’est l’avenir de la recherche sur la fusion qui est en fait engagé », conclut il.

Sa collègue française Michèle Rivasi,  elle, n’y va pas par quatre chemins. « Il faut un moratoire sur Iter, car son organisation ne peut garantir que les coûts seront maîtrisés. » Cette anti-nucléaire déclarée souligne que la contribution japonaise, un acteur majeur du projet, est de fournir le couvercle du réacteur de recherche qui doit amener pour la première fois, la fabrication d’un plasma porté à haute température durant huit minutes. « Après Fukushima, ils ont d’autres priorités et passer par d’autres opérateurs sera plus cher. Il est temps d’arrêter les frais, pour une recherche qui ne donnera pas de résultat pratique avant, au mieux, 2080 ».


Tel n’est pas l’avis de Damien Abad, eurodéputé français de droite : « Iter a pris conscience des surcoûts, des améliorations ont été faites, et il y a un consensus pour poursuivre » a-t-il affirmé. Pas si sûr. 

Lire aussi :  Michel Vauzelle va prendre les rênes du GIP Iter 





Jeudi 19 Mai 2011



Lu 3814 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise