Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Israël cherche une solution de substitution pour son gaz


L’Etat hébreu a besoin d’une solution de remplacement d’urgence, jusqu'à ce que le gaz israélien commence à couler.



L'annonce de l'arrêt des importations de gaz égyptien pousse Israël à chercher une solution (photo DR)
L'annonce de l'arrêt des importations de gaz égyptien pousse Israël à chercher une solution (photo DR)
ISRAËL. La Compagnie électrique israélienne (CEI)  a publié, mardi 24 avril 2012, un appel d’offres international pour importer du  gaz naturel liquéfié (GNL) espérant commencer à acheter entre 700 M$ (530 M€) et 850 M$ (634 M€) de gaz, dès le 1er décembre 2012, jusqu’en avril 2013, avec possibilité de prolonger le contrat pendant six mois supplémentaires.

Le président de la holding gouvernementale égyptienne Egas, Mohamed Chouaïb, avait annoncé dimanche 22 avril 2012 l'[annulation du contrat de 2,5 mrds $ (1,9 mrd €) ]url: portant sur la vente annuelle pendant quinze ans de 1,7 milliard de m3 de gaz naturel à la CEI.

Israël, qui achète à l'Égypte 43 % du gaz naturel qu'il consomme, va devoir trouver rapidement un substitut jusqu’en avril 2013, date à  laquelle l’État hébreu prévoit d’utiliser le gaz israélien issu du gisement de Tamar. La presse israélienne annonce déjà que le prix de l'électricité et du gaz va augmenter.

Israël planifie de faire stationner seize énormes bateaux-citernes de GNL, d’une capacité de 130 000 m3 chacun, dans un port chypriote, où le gaz sera déchargé sur un navire que la CEI va louer à la société américaine Excelerate Energy. Ce navire débarquera le GNL à un nouveau terminal de chargement maritime, qui se trouvera  à environ 10 kilomètres au large de Hadera, sur la côte méditerranéenne israélienne. 

La construction actuelle de ce nouveau terminal, qui aura une capacité de 2,5 milliards de m3 par an, est réalisée par l’italienne Micoperi  et va coûter 130 M$ (98 M€) à la société israélienne gouvernementale Natural Gas Lines, qui a pris en charge le projet.

Vers une crise diplomatique israélo-égyptienne?

À l'annonce dimanche 22 avril 2012 de la rupture de l'accord gazier, le ministre israélien des Finances, Yuval Steinitz, a déclaré qu'il s'agissait d'une "dangereuse décision qui pouvait rompre les accords de paix entre l'Égypte et Israël."

Le nouveau leader du parti centriste Kadima, Shaul Mofaz a défini la déclaration égyptienne comme “une véritable violation des accords économiques inclus dans l'accord de paix de Camp David”, signés le 26 mars 1979 par le président égyptien Anouar el Sadate et le premier ministre israélien Menahem Begin.

Shaul Mofaz a également rapporté « qu’il s’agit d’une décision extrêmement négative pour les relations entre l'Égypte et Israël, ainsi que d’une violation flagrante des Accords de paix, qui nécessite une intervention américaine immédiate car ils sont les garants de ces accords ».

Avigdor Lieberman, le chef de la diplomatie, cité par le quotidien Haretz, a même affirmé que l’Égypte pourrait devenir « un plus grand danger pour Israël que l'Iran ».

Mais, lundi 23 avril 2012, le ministre égyptien de l'Électricité, Hassan Younès, a expliqué que son pays souhaitait avant tout utiliser le gaz pour ses propres centrales électriques. La ministre égyptienne de la Coopération internationale, Fayza Aboul Naga, a annoncé dans la même journée que "l'Égypte serait tout a fait prête à reprendre ses livraisons de gaz vers Israël, en signant un nouveau contrat avec de nouveaux prix et de nouvelles conditions.”

LIre aussi : Fin du contrat gaz entre l'Egypte et Israël




Mercredi 25 Avril 2012



Lu 1546 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 10:09 L'Ipemed ouvre une antenne en Tunisie

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise