Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Innovation, offre de transport : Une nouvelle route des agrumes se dessine en Méditerranée


Depuis quelques années, les producteurs d’agrumes du bassin méditerranéen se livrent à une guerre sans merci sur les marchés à l’export. Prix de la main d’œuvre, subventions à l’export, qualité des fruits, accords commerciaux bilatéraux, coût du transport et de la logistique, tous les coups sont permis.



Les agrumes méditerranéens représentent plus de 38 % de la production mondiale. (Photo H.M)
Les agrumes méditerranéens représentent plus de 38 % de la production mondiale. (Photo H.M)
Deuxième denrée périssable palettisée et transportée en navire reefer dans le monde juste derrière les bananes, les agrumes représentent un commerce juteux pour quelques pays du bassin Méditerranéen.

Sur la saison 2011-2012, les agrumes méditerranéens pèsent plus de 38 % de la production mondiale totalisant 20,6 MT sur une production globale de 52 MT (source FAO).

L’Espagne, producteur historique d’agrumes, domine le marché devant l’Italie et l'Égypte. Le pays reste leader à l’export avec 3,2 MT exportées sur 5,5 MT cultivées. Le Vieux continent continue d’absorber 60% de la production méditerranéenne même si de plus en plus d’opérateurs se tournent vers les marchés hors UE, les contrats étant plus rémunérateurs.

Si les États-Unis et le Canada demeurent de gros consommateurs, de nouveaux débouchés apparaissent pour les producteurs méditerranéens en Europe de l’Est et en Russie, deux régions en fort développement.

Qualité et nouvelles variétés

Jusqu’à cette année, les producteurs d’agrumes égyptiens bénéficiaient de subventions à l’export. (Photo H.M)
Jusqu’à cette année, les producteurs d’agrumes égyptiens bénéficiaient de subventions à l’export. (Photo H.M)
Au Marché d’intérêt National de Rungis, Banagrumes importe 10 000 tonnes d’agrumes chaque année dont 7 000 tonnes issues de Méditerranée. Pour l’un des premiers metteurs en marché d’agrumes de Rungis, les qualités gustatives et visuelles des fruits priment. Le jus, l’acidité, l’absence de pépins… Ces critères feront toute la différence. Raison pour laquelle les pays producteurs de Méditerranée développent de nouvelles variétés pour répondre aux attentes des consommateurs.

« L’Espagne est mon premier fournisseur. Les agrumes palettisés sont transportés dans des camions réfrigérés. Certains grossistes optent pour le transport par voie ferrée entre Perpignan et Rungis. Depuis cinq ans, Israël a développé l’Orri, une variété de clémentines très sucrée et parfumée mise sur le marché de février à avril. Les Israéliens sont d’ailleurs en train de prendre des parts de marché aux Espagnols », souligne Alain Alarcon, président de Banagrumes. 

Un avis partagé par Agruban, autre grossiste Parisien, qui s'avoue fan de l’Orri, caractérisée par une mise sur le marché tardive. « Cette clémentine arrive sur le marché après les espagnoles. Cependant, nous travaillons avec l’Espagne, la banlieue de la France. Les coûts d’approche au Maroc et en Turquie demeurent plus chers », souligne José Barbera, gérant d’Agruban.
 

Le Maroc perd du terrain

Non loin des pyramides, les agriculteurs cultivent de nouvelles variétés d’agrumes. (Photo H.M)
Non loin des pyramides, les agriculteurs cultivent de nouvelles variétés d’agrumes. (Photo H.M)
Le Maroc s’est laissé distancé ces dernières années en dépit d’efforts déployés pour améliorer les variétés auprès du marché nord américain. Le secteur agrumicole n’est plus roi. Déficit en ressources hydriques, scission de l’organisme de promotion des agrumes*, absence de soutien gouvernemental à l’export : Autant d’éléments affaiblissant la présence du Maroc à l’étranger.

Au même moment, les terres fertiles égyptiennes commencent à produire des agrumes de qualité.

Non loin des pyramides, les agriculteurs cultivent de nouvelles variétés d’agrumes. Des efforts d’innovation ont été engagés dans les pépinières pour produire des agrumes résistants aux maladies.

Par ailleurs, de nouvelles techniques contribuent à augmenter les rendements de 9 à 12 tonnes par hectare dans le delta du Nil. Les productions biologiques prennent désormais une part notable (4 300 ha).

Jusqu’à cette année, les producteurs d’agrumes égyptiens bénéficiaient de subventions à l’export permettant au pays de conquérir de nouveaux marchés : Corée du Sud, Iran, Soudan.

Le Printemps arabe rebat les cartes

Même la Chine, malgré 10,2 MT d’agrumes produits en 2011-12, se voit contraint d’en importer face à une consommation qui ne cesse de progresser. Plus de la moitié des exportations égyptiennes sont expédiées vers les pays asiatiques et arabes, vers la Russie et l'Ukraine.

La Turquie, premier exportateur méditerranéen de citrons et deuxième mondial, joue un rôle de premier plan. Le Printemps arabe rebat les cartes de ce marché des agrumes en mutation.

La gouvernance d’un pays, la pertinence et la fréquence de l’offre maritime, la qualité des infrastructures  terrestres comptent dans la dynamique d’un pays à l’export. La  logistique multimodale joue un rôle déterminant. La Turquie pourrait tirer son épingle du jeu face aux économies du Maghreb affaiblies.
 
(*) Fresh Fruit Marocco et Maroc Fruit Board





Jeudi 18 Avril 2013



Lu 2144 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Lundi 22 Avril 2013 - 09:12 L’Egypte fait sa révolution oranges

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Crise du Qatar :
Et si les véritables raisons étaient ailleurs ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA