Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Industries culturelles : une stratégie commune à inventer

Spécial Semaine Économique de la Méditerranée 2013


Le séminaire "Réseautage & Compétences" d'Anima a exploré "les stratégies pour développer les industries culturelles et créatives entre Europe et Méditerranée". Une coopération renforcée aidera le sud à mieux exploiter l'effervescence de ses potentiels dans le domaine.



Les talents créatifs du sud ont besoin de soutien pour mieux s'exprimer et croître. (Photo JC Barla)
Les talents créatifs du sud ont besoin de soutien pour mieux s'exprimer et croître. (Photo JC Barla)
MÉDITERRANÉE. Cinéma, TV, Radio, Design, Publicité, Mode, Jeux vidéo, Arts plastiques, Arts du Spectacle, Architecture, Musique... "Ces industries du savoir peuvent être un formidable moteur de croissance", assure Noureddine Zekri, président d'Anima Investment Network, réseau de soixante-cinq agences économiques des vingt-deux pays du bassin méditerranéen, organisateur du séminaire dédié aux industries culturelles, le 6 novembre à Marseille lors de la 7e Semaine économique de la Méditerranée. Elles représenteraient 3,5 à 4,5% du PIB européen et 7% du PIB mondial.
 
Si l'Europe investit déjà massivement dans les différentes filières, le mouvement émerge depuis peu au sud de la Méditerranée. Les révolutions arabes ont libéré dans la jeunesse l'envie de s'exprimer, de créer, d'innover, d'entreprendre de partager des projets avec le reste du monde. Fort des réseaux dont il dispose, le partenaire européen s'impose comme un interlocuteur privilégié. 

Volonté de partage

L'agence économique des Bouches-du-Rhône, Provence Promotion, compte ainsi sur de telles coopérations pour positionner Marseille comme un "hub des industries culturelles sur le pourtour méditerranéen".
 
"Nous avons besoin de professionnels créatifs" annonce pour sa part Bettina Leidl, de Departure, l'agence créative de Vienne (Autriche), en insistant sur l'intérêt de rapprocher les artistes, les designers, des sociétés traditionnelles pour concevoir ensemble des services ou des produits. L'Institut Catalan des Entreprises Culturelles est prêt, lui, à partager son expertise dans l'accompagnement des start-ups vers l'accès au marché, au public, "car le monde bancaire reste peu ouvert à l'octroi de crédits aux sociétés culturelles" note Nuria Bulta.
 
Quant à la région allemande du Bade-Wurtemberg, elle évalue à 115 970 personnes le poids des industries créatives, soit près de deux fois plus que le secteur de la chimie-pharmacie. "Mais ces branches cherchent un nouveau modèle économique" admet Ulrich Winchenbach, de MFG, l'agence en charge du secteur.

Changer les mentalités

Le British Council (BC) finance sur la zone Mena des programmes de soutien à des créatifs affichant de réelles capacités de "leadership" qu'il associe ensuite à des "Innovation Labs", tenus à Beyrouth, au Caire, à Dubaï et Marseille. "Nous voulons désormais instaurer des alliances stratégiques autour de plates-formes impliquant start-up et investisseurs" confie Laetitia Manach du BC.
 
Une invitation qu'entendra certainement Salim Tannous, directeur du "Beyrouth Creative Cluster". Il a réussi, en un an, à réunir quarante membres, à renforcer leur expertise et à promouvoir leurs savoir-faire dans des événements, des salons à l'étranger. Samer Yamani de "Creative Dialogue Association" n'y est pas insensible non plus pour pallier les carences qu'il recense en matière d'information, d'organisation, de réglementation, et accélérer l'évolution des mentalités dès la cellule familiale : "Nos sociétés ont du mal à considérer que développer des talents créatifs, c'est mener une carrière honorable" affirme-t-il. Charles-Henri Gros de l'Institut Français de Jordanie, suite à une étude d'opinion réalisée dans le pays, l'a également constaté. Mais il faut, selon lui, favoriser, au vu des potentiels, la mise en relation des artistes avec les grands opérateurs occidentaux (galeries, festivals...) pour qu'ils puissent ensuite gagner leur légitimité chez eux. Même des multinationales sont prêtes à apporter leur appui face aux enjeux : "180 millions de visiteurs viendront d'ici 2030 développer les PIB du bassin méditerranéen. Culture et économie sont étroitement liées" affirme José Munoz de Suez Environnement.




Vendredi 8 Novembre 2013



Lu 1002 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 10:09 L'Ipemed ouvre une antenne en Tunisie

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise