Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

« Il existe une culture d'efficience énergétique au Liban »

Spécial 13e conférence FEMIP



Le secteur libanais de l’énergie tente de rattraper son retard en matière d'efficience énergétique. Le point avec Pierre el-Khoury, directeur du Lebanese Center for Energy Conservation, organisation rattachée au ministère libanais de l’Énergie et de l'Eau, chargée d'élaborer les stratégies en matière d'efficience énergétique. Une mission loin d'être une sinécure dans un pays où l'urgence reste de parvenir à assurer l'électricité 24h/24.



econostrum.info : Quel est l’état des lieux de l’énergie au Liban ?
 
Pierre el-Khoury : Le Liban importe 97% de son énergie. Notre facture énergétique se chiffre à plus de 4 mrds$ (2,95 mrds€) par an, avec 30% pour le transport, 20% pour les particuliers, les 50% restants étant répartis entre Electricité du Liban (EDL) et les secteurs industriels, commerciaux et agricoles.

En 2010, le ministère de l’Énergie et de l’Eau a mis en place un Plan stratégique ambitieux dont l’objectif est d’assurer de l’électricité 24h/24h à l’horizon 2015 et de mettre fin au rationnement actuel, qui peut aller jusqu’à 12 heures par jour selon les régions.

Le Liban attend également beaucoup de l’exploration du gaz en Méditerranée, mais la situation est actuellement bloquée politiquement.

"Aboutir d'ici à 2020 à 12% d'énergie renouvelable"

Pour Pierre el-Khoury, les industriels libanais ont intégré le concept d'efficience énergétique (photo J.Saleh)
Pour Pierre el-Khoury, les industriels libanais ont intégré le concept d'efficience énergétique (photo J.Saleh)
Quels sont les principaux projets en cours dans le cadre de ce Plan stratégique ?
 
Nous travaillons à la réhabilitation des centrales existantes de Zouk près de Jounieh, où une nouvelle unité de 700 MW est déjà en cours d’opération, ainsi qu’à Jiyeh au sud de Beyrouth. A cela s’ajoute l’activité des deux barges turques (ndlr : centrales électriques flottantes) qui fournissent d’ores et déjà 250 MW. Le Liban dispose actuellement d’une capacité de production de 1600 MW, alors que nos besoins sont estimés à 2400 MW.

L’un des objectifs du Plan reste d’aboutir d’ici à 2020 à 12% d’énergie renouvelable, en associant plusieurs technologies, dont l’éolien, le photovoltaïque, le solaire thermique, l’énergie hydraulique et pour une petite part le géothermique et le biomasse.

Concernant l’éolien par exemple, plusieurs projets visant la production de 500 MW se poursuivent dans le Akkar au Nord, et dans la Békaa-Nord. Quatre offres reçues par notre Centre doivent être étudiées par le gouvernement. Il s’agira de joint-ventures entre des entreprises libanaises et des fournisseurs internationaux.

La vente d’électricité étant interdite, car domaine exclusif d’Électricité du Liban, un système de contrat de location de l'électricité ( « power rental agreement ») a été mis en place.

Beaucoup de choses bougent, notamment grâce au mécanisme de financement NEEREA, mis en place par la Banque du Liban avec les banques, qui a incité les secteurs économiques et les particuliers à s’intéresser à l’efficience énergétique.

"Le transport, moins actif en matière d'efficience énergétique"

Où en est-on dans ce domaine ?
 
Le secteur du transport demeure le moins actif. Tous les autres, l’industrie, l’immobilier existant et en construction, bougent actuellement. Il existe une réelle culture d’efficience énergétique au Liban. Les industriels ont intégré cette nécessité et beaucoup tablent sur le photovoltaïque. En revanche, le code de la construction devrait être modifié, mais ce n’est pas dans les priorités pour l’instant. 

Qu’en est-il des projets soutenus par la BEI ?
 
La BEI et l’Agence française pour le développement (AFD) ont approuvé une nouvelle ligne de crédit de 65 M€ destinée à soutenir les activités du mécanisme NEEREA. Reste désormais à attendre l’approbation du Parlement libanais. Le Lebanese Center for Energy Conservation (LCEC) bénéficie lui de 5 M€ d’assistance technique de la part de l'’Union européenne.



Propos recueillis par Jenny Saleh, à BEYROUTH


Vendredi 6 Décembre 2013



Lu 3694 fois


Commentaires

1.Posté par Bernard Cornut le 09/12/2013 10:44
Au Liban, les très bas tarifs publics de l'électricité expliquent le déficit chronique massif de l'EDL, son incapacité à investir; et l'inertie politique sur ce plan depuis longtemps s'explique par la répartition de quotas d'importation de pétrole, fuel et carburants par la plupart des partis politiques qui ont intérêt au maintien d'un système inefficace et du gaspillage polluant dans des grosses voitures et des embouteillages monstres. Avec des bâtiments bien conçus, isolés, sans trop de fenêtres à l'ouest (le contraire des tours de luxe du front de mer), on aurait peu de consommations comme ce fut prouvé à Maghdoucheh et Zouk Mosbeh. Si après les études du plan de transport du grand Beyrouth du début des années 1990, des décisions correctes avaient été prises, dans l'intérêt complet du Liban et des son environnement, le Liban serait doté d'un métro régional côtier du nord au sud, sur l'emprise de la voie centenaire du chemin de fer, aujourd'hui hélas presque invisible sous les constructions illégales. Il y a aurait des téléphériques depuis toutes les stations pour aller vers 400-600m d'altitude et de là des taxis service électriques auraient pu amener tous les Libanais chez eux ou vers les écoles et les commerces. Le Liban aurait pu redevenir un beau pays calme, sans embouteillages, envié de tous pour sa modernité de haute qualité environnementale.
Le système politique clanique et encore confessionnel doit être aboli, avec un renforcement des compétences et moyens des municipalités. Une nouvelle constitution devra être laïque, environnementale, ethique, pour assrer toutes les transitions nécessaires.

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

Arabie Saoudite : La « Nuits
des Longs Cimeterres »
se poursuit…


avis d'expert

Roland Lombardi, docteur en Histoire, consultant indépendant en géopolitique, analyste au sein du groupe JFC Conseil et chercheur associé à l'IREMAM de l'Université Aix Marseille.


 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















EMISSIONS RADIOS RTS


Angélique Kourounis et Thomas Jacobi, présentent leur dernier documentaire :

 

AUBE DOREE,
UNE AFFAIRE PERSONNELLE  

 
   • Mon fourgon, ma maison
   • Aube Dorée, attention danger



Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Femise
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee    APIM
Région PACA          EDF