Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Humiliation et crise politique en Grèce après le refus de l'Eurogroupe




Lucas Papademos est déjà sur la sellette (photo gouvernement grec)
Lucas Papademos est déjà sur la sellette (photo gouvernement grec)
GRECE. Conséquence inattendue qui finalement ne surprend personne, le refus de l’Eurogroupe de débloquer le prêt de 350 mrds€, censés éviter la faillite au pays, au moins à court terme, débouche sur une crise politique.

Le ministre du Transport et trois autres secrétaires d'État du parti d’extrême droite qui soutenaient le gouvernement ont présenté leur démission au premier ministre grec après que le dirigeant du parti, Georges Karatzaferis a annoncé qu’il voterait contre les mesures d’austérité dimanche 12 février 2012 au parlement.
 
«Je ne peux pas voter" ce plan d'austérité qui "humilie le pays (...), il n'est pas sur la bonne voie", a déclaré Georges Karatzaferis lors d'une conférence de presse, vendredi 10 février 2012.
 
 "On nous a humiliés, je ne tolère pas", a-t-il martelé.
 
La balle est dans le camp du premier ministre Lucas Papademos, s’il accepte leur démission il risque de faire tomber le gouvernement  s’il refuse ce qui est plus probable, la coalition va tenir cahin-caha encore quelques semaines le temps d’aller vers des élections législatives.

À moins que des ministres suppléants des deux autres partis qui soutiennent la coalition prennent la relève, plusieurs autres députés  socialistes et conservateurs ont annoncé qu’ils voteront contre le ministre socialiste,  «j’ai voté pour  la rigueur dans le passé, car je croyais qu’elle pouvait sauver le pays  je n’y crois plus, je vote contre".

D’autres députés ont annoncé qu’ils allaient voter l’ensemble du texte sauf les baisses concernant le Smic.

Signe de ce sentiment d’humiliation, les menaces des membres d’un syndicat de la police qui indiqué vouloir lancer un mandat d’arrêt contre les représentants du FMI  en Grèce, avec comme accusations chantage et extorsion de fonds, un geste plus  symbolique qu’autre chose et qui n’a aucune assise légale.


Lire aussi : Accord sur fond d‘incertitude en Grèce


Thomas Iacobi, à ATHÈNES


Vendredi 10 Février 2012



Lu 1918 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise