Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Human Rights Watch non grata en Israël




Omar Shakir ne disposera pas d'un permis de travail en Israël (photo : HRW)
Omar Shakir ne disposera pas d'un permis de travail en Israël (photo : HRW)
ISRAËL. Le personnel étranger de Human Rights Watch (HRW) ne pourra plus bénéficier de visa de travail en Israël.

Selon le site en anglais de l'ONG new-yorkaise - qui révèle cette information vendredi 24 février 2017 -, les autorités israéliennes refusent d'accorder un permis de travail à Omar Shakir (citoyen américain), son directeur pays Israël et Palestine. La demande avait été effectuée en juillet 2016.

Dans une lettre reçu lundi 20 février 2017 par l'ONG, le ministère israélien des Affaires étrangères précise sa position en indiquant que "les activités et les rapports publics de Human Rights Watch se sont engagés dans une politique au service de la propagande palestinienne". Il indique que "HRW n'est pas vraiment une organisation de défense des droits de l'Homme".
Le porte-parole de ce ministère, Emmanuel Nahshon, parle d'"une organisation fondamentalement partiale et anti-israélienne dotée d'un ordre du jour hostile". Le responsable justifie ainsi cette décision :  "pourquoi devrions-nous accorder des permis de travail à des gens dont le seul but est de nous dénigrer et de nous attaquer ?" D'autres ONG, au cas par cas, pourraient être concernées par cette jurisprudence.

Pour Iain Levine, directeur exécutif de programme à HRW, "cette décision et sa fausse justification devrait inquiéter toute personne préoccupée par l'engagement d'Israël envers les valeurs démocratiques fondamentales... Il est décevant que le gouvernement israélien semble incapable, ou peu disposé, à établir la distinction entre les critiques justifiées de ses actes et la propagande politique hostile".

L'ONG a publié en 2016 un rapport très critique insistant notamment sur le fait que les entreprises étrangères travaillant dans les colonies en Cisjordanie contribuaient aux abus contre les Palestiniens.

Le 15 février 2017, Omar Shakir signait une tribune sur le site en anglais de l'organisation demandant à Donald Trump, qui allait rencontrer Benjamin Netanyahu, de s'"opposer à l'expansion des colonies de peuplement" et de "réaffirmer la position de longue date des Etats-Unis selon laquelle ces colonies sont illégales en vertu des conventions de Genève de 1949".




Vendredi 24 Février 2017



Lu 1430 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Crise du Qatar :
Et si les véritables raisons étaient ailleurs ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA