Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Huile de figue de barbarie : nouvel or vert du Maroc ?


Après l’huile d’argan, le Maroc cherche à valoriser l’huile de figue de barbarie, réputée pour ses vertus pharmaceutiques et cosmétiques. Mais son prix reste élevé : 800 à 1 000 euros le litre.



Récole des figues de barbarie (photo Christelle Marot)
Récole des figues de barbarie (photo Christelle Marot)
MAROC. Après l’huile d’argan, l’huile de figue de barbarie, issue du cactus, deviendra-t-elle le nouvel or vert du Maroc ?

Depuis quelques années, une dizaine de coopératives marocaines, majoritairement situées dans le Souss, mais aussi dans la région centre et le Nord, tentent de développer la production d’huile de figue de barbarie.

Une huile réputée pour ses vertus pharmaceutiques et surtout cosmétiques.

« L’huile de figue de barbarie est très riche en vitamine E, très riche en stérols, en omégas 6. Tous ces éléments lui confèrent des particularités sans égales en tant que huile anti-radicalaire, anti-âge, cicatrisante et hydratante. Il s'agit de l’huile qui présente aujourd’hui les vertus les plus puissantes dans le monde végétal », explique Nawal Ennouhi, pharmacienne et présidente de la coopérative Flora à Boujaad, ville de 40 000 habitants, dans le centre du Maroc.

L’huile de figue de barbarie est essentiellement vendue à l’export, par le biais de l’organisme public Maroc Taswiq, qui valorise les produits bio et du commerce équitable.

Pour l’heure, son prix élevé, entre 800 et 1 000 euros le litre, limite le développement de la production.

Ce coût s’explique par des rendements faibles : il faut une tonne de figues de barbarie pour extraire 30 kilos de graines et produire un litre d’huile.

Une culture adaptée au climat marocain

« Pour baisser les prix, nous devons valoriser toute la chaîne, la figue, mais aussi le cactus », explique Nawal Ennouhi.

Outre l’huile de figue de barbarie, la coopérative Flora conditionne les fruits frais. Elle produit aussi des jus de fruits, des confitures, du savon, des filets de raquettes de cactus. Les déchets sont également utilisés comme fourrage pour le bétail.

« Le Maroc est un pays aride et semi-aride, à 80%, menacé par les changements climatiques. Ici, la culture du cactus fait sens. C’est d’ailleurs l’objectif du Plan Maroc Vert que de substituer aux cultures céréalières des plantes oléicoles », souligne Abdelaziz El Atlassi, directeur du centre de travaux agricoles de Boujaad, rattaché au ministère de l’Agriculture. « Il s'agit d'une agriculture rentable, naturelle et adaptée au climat », ajoute le responsable.
 
La région de Boujaad envisage ainsi de doubler la superficie de cactus plantés, pour la porter à plus de 2 000 hectares, au cours des sept prochaines années.




Mercredi 3 Octobre 2012



Lu 37985 fois


Commentaires

1.Posté par anadec le 05/10/2012 08:47
La journaliste a un peu fait la majoration des chiffres qui lui ont été communiqués: pour produire un litre d'huile il faut entre 550 et 750 kg de figues et pas une tonne comme le dit l'article. Le prix du litre a malheureusement baissé.

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

2.Posté par Christelle Marot le 05/10/2012 11:33
Ces chiffres ont été communiqués par la présidente de la coopérative Flora à Boujaad, Mme Nawal Ennouhi, lors d'une interview filmée que j'ai moi-même réalisée. Les propos ont été retranscris tels quels et pas "majorés".
Bien cordialement

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

3.Posté par anadec le 05/10/2012 12:44
Quoi qu'en soit, l'expérimentation montre que les graines de figues de barbarie contiennent entre 2 à 4 % de l huile et que la figue renferme 10 % de graines : calculs faits on est sur un tonnage de 800 kg et pas une tonne ... la différence de 200 kg est importante surtout pour les gens qui veulent monter un projet. Je vous avais donnée ces chiffres lors de notre rencontre à Casablanca !
Il n'est jamais tard de rectifier ses chiffres !
Cordialement.

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

4.Posté par anadec le 05/10/2012 12:54
Pour enrichir ce débat, si vous le permettez, un autre élément important que j'avais évoqué et je ne retrouve pas dans l'article, est celui de commerce limité de cet "or vert". J'avais dit qu'il est insensé de parler de "litres" comme unité ... comme l'or se pèse en Gr., il serait plus approprié de parler de l'huile en Ml.

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Crise du Qatar :
Et si les véritables raisons étaient ailleurs ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA