Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Hamas et Fatah s’accusent d'être responsables du déficit palestinien


L’Autorité palestinienne en Cisjordanie accuse Gaza d'être responsable du “désordre économique” palestinien et le Hamas prétend quant à lui ne recevoir aucune aide de Ramallah.



Distribution de farine, à Gaza (photo DR)
Distribution de farine, à Gaza (photo DR)
TERRITOIRES PALESTINIENS. L’Autorité Palestinienne (AP) prétend avoir versé 7 mrds $ (5,3 mrds €), à l’enclave palestinienne de Gaza, depuis que le Hamas y a pris le pouvoir en 2007.

L'AP tient à montrer que malgré les divisions politiques, l’administration palestinienne ne fait qu’un corps, aussi bien en Cisjordanie qu’à Gaza. L’AP déclare dépenser 120 M$ (91 M€) par mois, soit environ 40% de son budget dans les salaires des fonctionnaires gazaouis et dans les services destinés à la population de Gaza, bien que le Fatah ait été expulsé du gouvernement palestinien lorsque le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza en 2007.
 
"Le Hamas ne finance aucun des services dont la population de Gaza a besoin, bien au contraire, ils revendent à la population locale les médicaments que l'AP fournit gratuitement à Gaza, afin d’utiliser l’argent à d’autres fins” a déclaré Ahmad Assaf, un porte-parole du Fatah en Cisjordanie, dans un communiqué de presse, mardi 17 avril 2012.
 
Le Hamas, quant à lui nie ces accusations, prétendant ne recevoir aucun soutien de la part de l’AP. “Même pour les secteurs vitaux, tels que l'éducation ou la santé, le gouvernement de Mahmoud Abbas ne nous fournit aucune assistance. L’aide-humanitaire qui arrive à Gaza ne provient que de donateurs internationaux” explique Sami Abu Zuhri, porte parole du Hamas.

Par ailleurs selon le ministère des Finances palestinien à Ramallah, depuis 2007, Gaza aurait dû verser plus de 400 M$ (303 M€) de taxes à l’AP, dont elle n’a jamais vu la couleur. D'après un porte-parole de l’AP, le Hamas et les commerçants de Gaza, sous-estiment systématiquement la valeur de leurs importations pour ne pas reverser les taxes qui reviennent à l’AP et qu’Israël collecte pour elle.

Une économie palestinienne entièrement dépendante des fonds étrangers

L’AP, qui dépend fortement de l'aide des donateurs étrangers essentiellement de l'Union Européenne (UE), des États-Unis et des Nations Arabes, doit faire face à un déficit d’1,3 mrd $ (988 M€) en ce début d’année 2012.  
 
De 2008 à 2011, l’UE a versé, à elle seule, 837 M€ à l’AP, dont 34% ont été transférés à Gaza. Bien que l’UE ne reconnaisse pas le Hamas comme le parti gouvernant officiellement l’enclave palestinienne de Gaza, à cause du fait qu’il refuse de renoncer au terrorisme et de reconnaître l'existence de l'État d’Israël, elle laisse tout de même l’AP financer Gaza, avec les fonds qu’elle lui verse.
 
Le Hamas a essayé de se construire un système financier indépendant de l’AP, en attirant des fonds de ses propres alliés étrangers comme l'Iran et en imposant un système de taxation indépendant sur le commerce et les affaires dans la bande de Gaza.
 
Mais les analystes économiques palestiniens sont formels, l'indépendance économique du Hamas est un mythe : “ Si l’AP cessait de financer Gaza, ce serait une véritable catastrophe économique.” a déclaré Naser Abdelkarim, professeur d'économie à l'Université de Birzeit en Cisjordanie.

Selon le ministère de Finances palestinien à Ramallah, si l’AP cesse de verser des fonds à Gaza, l'économie de l’enclave palestinienne s’effondrerait instantanément.
 
En 2011, selon les statistiques de l’ONU,  sur les 1,7 millions de personnes habitant à Gaza, plus de 70% vivaient en dessous le seuil de pauvreté.

Lire aussi : Le Quartet pour le Proche-Orient exhorte la communauté internationale au soutien financier de la Palestine




Vendredi 20 Avril 2012



Lu 1774 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise