Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

GM&S La Souterraine obtient un sursis jusqu'au 24 juillet 2017




L'usine de la Souterraine a cessé son activité depuis début juin 2017 (photo : GM&S)
L'usine de la Souterraine a cessé son activité depuis début juin 2017 (photo : GM&S)
FRANCE. Les juges du tribunal de commerce de Poitiers ont décidé, mercredi 19 juillet 2017, de prolonger jusqu'au lundi 24 juillet 2017 la période d'observation de GM&S à La Souterraine (Creuse) qui devait s'achever au matin du 19 juillet. L'équipementier automobile se trouve en redressement judiciaire depuis décembre 2016 et en liquidation judiciaire depuis le 30 juin 2017 avec période d'observation. Il cherche en vain des solutions pour sa survie et adoucir le sort de ses 277 salariés.

L'audience au tribunal se déroulera donc lundi 24 juillet 2017 à 18 heures et s'achèvera soit par une liquidation, soit sur par une poursuite d'activité jusqu'au 31 août 2017 pour permettre au seul repreneur en lice, l'emboutisseur stéphanois GMD, de peaufiner son offre ferme de rachat.

GMD - qui ne reprendrait que 120 salariés - réclame, comme conditions suspensives depuis sa candidature, le soutien des salariés et des garanties financières basées sur un investissement de 15 M€ pour la modernisation du site à l'arrêt depuis début juin 2017. L'Etat français s'est déjà engagé à injecter 5 M€ sur ce dossier alors que Renault et PSA, principaux clients de GM&S (90% du chiffre d'affaires) sont pressentis pour verser la même somme.

Il manque 5 M€

Renault se dit prêt à débourser les 5 M€ mais n'apprécie pas le blocage, depuis mardi 18 juillet 2017 et à l'appel de l'intersyndicale CGT-FO de GM&S, de sa plate-forme logistique de Villeroy dans l'Yonne. PSA avait du également subir par deux fois un blocus. Les deux constructeurs ont maintenu leurs commandes pour éviter le pire à l'équipementier. Renault vient même de promettre 10 M€ de commandes annuelles pendant cinq ans et 3 M€ d'investissement d'outillage spécifique qui viennent s'ajouter aux 5 M€ prévus pour la modernisation du site. PSA s'engage lui sur 12 M€ de commandes par an et un investissement d'outillage spécifique de 4 M€ mais pour le moment ne veut pas aller plus loin et notamment verser les 5 M€ manquant.

PSA a d'ores et déjà signalé qu'il ne s'engagera pas financièrement. Renault se dit prêt à débourser les 5 M€ mais n'apprécie pas le blocage, depuis mardi 18 juillet 2017 et à l'appel de l'intersyndicale CGT-FO de GM&S, de sa plate-forme logistique de Villeroy dans l'Yonne. PSA avait aussi du subir par deux fois un blocus. Les deux constructeurs ont maintenu leurs commandes pour éviter le pire à l'équipementier. Renault vient même de promettre 10 M€ de commandes annuelles pendant cinq ans et 3 M€ d'investissement d'outillage spécifique qui viennent s'ajouter aux 5 M€ prévus pour la modernisation du site. PSA s'engage lui sur 12 M€ de commandes par an et un investissement d'outillage spécifique de 4 M€ mais pour le moment ne veut pas aller plus loin.

Bruno Le Maire, ministre français de l'Economie et des Finances, et son secrétaire d'Etat Benjamin Griveaux, avaient prévu de rencontrer les représentants des salariés, mercredi 19 juillet 2017 à 14h30 à l'hôtel de ville de la Souterraine, avant d'y renoncer car les syndicats de GM&S leur demandait de délocaliser cette réunion sur les lieux du blocus à Villeroy. Les deux ministres ont quand même fait le voyage, mais jusqu'au site de la Souterraine pour "un point d'étape" sur la situation. Bruno Le Maire a affirmé que "pas un seul salarié ne sera laissé de côté" et que "le site ne doit pas fermer."




Mercredi 19 Juillet 2017



Lu 2903 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 16 Août 2017 - 16:05 Le Premier ministre algérien limogé


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Crise du Qatar :
Et si les véritables raisons étaient ailleurs ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA