Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

France et Italie, deux pays fortement endettés et privés de croissance


Au bord du gouffre en raison d'un endettement équivalant à 132,6% de son PIB, l'Italie connaît à l'image de la France une croissance atone. Les deux pays n'ont pas réussi à profiter en 2016 de l'amélioration de la conjoncture mondiale.



FRANCE / ITALIE. La France a mieux résisté à la crise que la plupart de ses voisins européens du sud. Mais cette inertie qui l'a protégé un temps joue maintenant en sa défaveur. Elle affiche pour 2016 un PIB (produit intérieur brut) en progression de 1,1%. Pas de quoi se pâmer de béatitude, même si pour la première fois depuis cinq ans, la France fait mieux que 1% de croissance.

Le pays réduit également à une allure d’escargot son déficit public. Il devrait passer à 3,3% en 2016, contre 3,5 % en 2015 et 2,9% prévus par la Commission européenne en 2017. Ce passage sous la barre symbolique des 3% constituerait une première depuis dix ans. La dette publique reste à un niveau élevé. Elle atteint 96,4% du PIB en 2016 et devrait passer à 96,8% en 2017 et 97,1% en 2018.

Le taux de chômage s'améliore lui aussi. Très très légèrement. En 2016, il baisse pour la seconde année consécutive pour atteindre 10% (10,2% en 1015). Le secteur privé a créé en 2016 plus de 190 000 emplois.
 

Seule la Grèce fait moins bien que l'Italie

L'économie italienne n'arrive pas à redémarrer. Photo Ilva.
L'économie italienne n'arrive pas à redémarrer. Photo Ilva.
Si la France souffre d'un endettement important, l'Italie croule carrément sous la dette et ne peut compter sur sa croissance pour en venir à bout. Son PIB ne progresse que de 0,9% en 2016 (0,7% en 2015), pour atteindre péniblement son niveau de 2010. Un taux très faible. Il constitue pourtant le meilleur enregistré depuis 2010.

L'Italie ne devrait pas réussir à dépasser 1% en 2017 et 2018 selon la Commission européenne et le gouvernement transalpin. Il s'agira alors du plus faible taux de croissance de la zone euro. Pour le ministre italien de l'Économie, Pier Carlo Padoan, la croissance reste « encore trop lente

À 2,4% du PIB, le déficit public recule à son niveau le plus faible depuis 2007 (2,7% en 2015). Mais avec un PIB plat, l'endettement du pays continue de s’accroître pour atteindre 132,6% du PIB en 2016 (132% en 2015). L'Italie se classe avant-dernière de la zone Euro pour son endettement et sa croissance. Juste avant la Grèce.

Procédure d'infraction

Le secteur bancaire constitue l'un des talons d'Achille de l'Italie. Photo DR.
Le secteur bancaire constitue l'un des talons d'Achille de l'Italie. Photo DR.
La Commission européenne l'a d’ailleurs menacée le 22 février 2017 d'une procédure d'infraction si elle ne prenait pas d'ici au 2 avril 2017 des mesures d'économies représentant au moins 0,2% de son PIB (3,4 mrds €). L'UE prévoit que la dette italienne représentera en 2017 plus de 133,3% de son PIB.

L'Italie prépare donc des mesures d'austérité qui devraient peser négativement sur le taux de chômage, de 11,9 % fin 2016 (11,6% en 2015).

Mais la péninsule doit également faire face à d'autres défis. Un tiers des créances douteuses européennes est détenu par des banques italiennes. Les établissements financiers italiens affichent l'un des plus mauvais taux de créances « pourries » d'Europe (16%).

Voire aussi : L'OCDE appelle l'Italie à accentuer ses réformes

L'institut économique allemand Ifo envisage une sortie de l'euro de l'Italie



Gérard Tur


Jeudi 9 Mars 2017



Lu 1138 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Affiches électorales et femmes sans visage


avis d'expert

Razika Adnani, philosophe et écrivaine. Associée au groupe d'analyse de JFC Conseil.


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA