Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Flottement au sein de la coalition


Au troisième jour de l’offensive «Aube d'une Odysée» en Libye, la coalition a réduit l'intensité de ses bombardements et semble entrer dans une seconde phase, moins active.



La coalition freine le rythme de ses bombardements. Photo DR
La coalition freine le rythme de ses bombardements. Photo DR

LIBYE. Le leadership que la France tente d'imposer sur cette opération provoque de plus en plus de mécontentement, y compris au sein de la coalition qui réuni la France, la Grande-Bretagne, les Etats Unis, l'Italie, le Qatar, la Belgique, le Danemark, la Grèce, et l'Espagne. L'Italie et la Grande Bretagne demandent que l'Otan assure la coordination et le commandement de cette offensive aérienne et navale. La Suède et la Norvège ne participeront aux frappes aériennes que si elles s'effectuent sous commandement de l'OTAN. La France s'y oppose. La Grèce a quant à elle répondu favorablement à la demande française d'ouvrir son espace aérien aux avions du porte-avions Charles-de-Gaulle, qui devrait se positionner au sud de la Crète.

 

Pour l'instant, les bombardements sont coordonnés par les Américains à partir de leurs bases de Ramstein en Allemagne et Naples en Italie. Les USA ont perdu un F 15 près de Benghazi, victime selon l'armée américaine d'une panne technique.


Alors que la coalition semble se déliter, le camps des opposants à «Aube d'une Odysée» se renforce. Le ministère algérien des Affaires étrangères a ainsi critiqué hier les bombardements aériens, alors que la Russie, le Brésil, l'Inde, l'Iran, la Turquie et la Chine appelaient à un cessez-le-feu immédiat.

 

Tous les regards sont braqués vers les pays Arabes qui pour l'instant tergiversent. Si le Qatar a envoyé quatre avions, l'Algérie, les Emirats Arabes Unis et l'Egypte ont refusé de s'engager militairement. L'Arabie Saoudite, la Jordanie, le Maroc, la Tunisie et le Koweit devraient faire de même. Il s'agit d'un véritable revers diplomatique pour la coalition qui a depuis le début présenté son intervention comme une opération de police internationale s'appuyant sur la Ligue Arabe.

 

Sur le terrain, si les forces de Mouammar Kadhafi semblent avoir stoppé leur progression dans certaines zones comme à Benghazi, fief des insurgés, elles poursuivent leur offensive à Misrata. La troisième ville du pays située à 200 km à l'est de Tripoli est depuis hier le théâtre de violents combats.



Gérard Tur


Mardi 22 Mars 2011



Lu 2027 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise