Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Espagne versus Catalogne en procès à Barcelone




Le "pseudo-référendum" avait donné plus de 80% de voix favorables à l'indépendance de la Catalogne (photo : F.Matéo)
Le "pseudo-référendum" avait donné plus de 80% de voix favorables à l'indépendance de la Catalogne (photo : F.Matéo)
ESPAGNE. L'ex-président catalan Artur Mas se trouve, lundi 6 février 2017, face aux juges espagnols à Barcelone pour répondre de l'organisation d'une consultation illégale sur l'indépendance de la Catalogne. Il est accusé d'acte de "désobéissance civile".

Après la suspension par le Tribunal constitutionnel espagnol du référendum d'autodétermination qu'il entendait conduire en Catalogne depuis décembre 2013, Artur Mas l'avait remplacé par une consultation sur le même thème le 9 novembre 2014.

Le résultat avait été sans appel avec 80,7 % des voix en faveur de l'indépendance et 2,3 millions de votants.

L'Etat espagnol n'avait cependant pas apprécié cette volte-face, et ce référendum maquillé en consultation. Proférant que le sujet de l'unité espagnole devait être débattu par tous les citoyens du pays, le gouvernement de Mariano Rajoy, comme le Parlement, avait vivement dénoncé cette organisation. Le Parquet s'était alors saisi de l'affaire.

Agé de soixante-et-un an, Artur Mas, sur ses terres et fort du soutien de sa population, va plaider la liberté d'expression et la démocratie face au Tribunal supérieur de justice de Catalogne (TSJC). Il est convoqué en compagnie de Joana Ortega et Irene Rigau, respectivement ex-vice-présidente et ministre de l'Education. L'ex-président de la Generalitat (région) dénonce un "procès politique d'un Etat qui est fâché parce qu'il n'avait pas prévu que 2,3 millions de personnes voteraient."

Artur Mas risque un interdiction d'exercer une fonction publique et d'occuper un mandat électif pendant dix ans.

Le nouvel exécutif au diapason sur l'indépendance

Le nouveau président de la Generalitat, Carles Pugdemont, intensifie la marche vers l'indépendance (photo : Mairie de Gérone)
Le nouveau président de la Generalitat, Carles Pugdemont, intensifie la marche vers l'indépendance (photo : Mairie de Gérone)
L'ex-président, qui n'exerce plus aucun pouvoir en Catalogne depuis que les indépendantistes occupent la tête de la Generalitat, se dit prêt à aller jusqu'à la Cour européenne des droits de l'homme pour se défendre.

Depuis novembre 2015, le Parlement catalan a déclenché le processus d'indépendance d'une république de Catalogne indépendante de l'Espagne dès 2017.

Le nouvel exécutif catalan et son président depuis janvier 2016, Carles Puigdemont (ancien maire de Gérone), veut s'engager sur une feuille de route destinée à se séparer de l'Espagne en dix-huit mois. Il entend organiser un référendum.

Madrid continue à interdire tout référendum sur le sujet. Le procès actuel pourrait donc bien se transformer en tribune politique tant Artur Mas est au diapason de son successeur sur l'autodétermination.

Le bras de fer entre la Moncloa (résidence du président du gouvernement espagnol) et la Generalitat de Catalunya est loin de se terminer.





Lundi 6 Février 2017



Lu 1060 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




















Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA












Suivez econostrum.info en direct sur Facebook









Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA          EDF
 
Femise