Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Envoyer des stagiaires au nord pour développer l’emploi au sud


Le projet HOMERe, lancé mardi 17 mars 2015, vise à développer l’employabilité des diplômés du sud, mal préparés aux besoins des entreprises.



Les étudiants de niveau Bac+5 pourront postuler pour des stages au sein d'entreprises internationales. (photo : CE)
Les étudiants de niveau Bac+5 pourront postuler pour des stages au sein d'entreprises internationales. (photo : CE)
MÉDITERRANÉE. Le projet HOMERe (Haute opportunité en Méditerranée pour le recrutement de cadres d’excellence) a été lancé, mardi 17 mars 2015, à Marseille. Son objectif est de renforcer l’employabilité des jeunes Méditerranéens en leur donnant l’opportunité de vivre une expérience au sein d’une entreprise internationale par le biais d’un stage. Il s’agit donc de travailler sur la mobilité des étudiants, tout en contribuant à renforcer le secteur privé méditerranéen.

Initié par le Réseau méditerranéen des écoles d’ingénieurs et de management (RMEI), les Conseillers du commerce extérieur français et Campus France, HOMERe a été labellisé par l’Union pour la Méditerranée (UpM). Dans sa première phase qui s’étalera sur 2015-2016, dont l’objectif reste d’abord de convaincre les entreprises de rejoindre le réseau, une centaine de stagiaires pourrait entrer dans le dispositif. Le projet, qui a bénéficié d’une aide 23 000 € de la part du conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, espère ensuite toucher « plusieurs centaines d’étudiants », une fois cette phase pilote achevée.

Peur de l'entreprise

Le lancement du projet a donné l’occasion d’une table ronde autour des enjeux de la transition des jeunes vers la vie active. « Les compétences des jeunes formés au sud de la Méditerranée sont tout à fait satisfaisantes, mais leur comportement, leur façon de travailler, n’est souvent pas en adéquation avec les standards internationaux, regrette Kamel Haddar. Le directeur général d’Algerie-Focus.com déplore le « manque de préparation » des diplômés, notamment en Algérie où « le secteur privé ne représente que 4 % du PIB ». De plus, la valorisation des stages au sein des cursus de formation n’est pas au point : « Les stages sont facultatifs en Égypte, observe Fatma Achour, directrice du département Génie chimique de la faculté de polytechnique du Caire. Quand des étudiants choisissent de réaliser un stage, ils ne sont pas évalués. De fait, cette démarche n’est pas prise au sérieux et la plupart des étudiants, leur diplôme en poche, n’ont jamais eu de contact avec le monde de l’entreprise », regrette-t-elle.

Constat similaire au Liban, où la présidente de l’association des ingénieurs francophones, Névine Younes, évoque des périodes de stage de deux mois, qui ne suffisent pas à « mettre en adéquation les excellentes connaissances académiques avec les besoins des entreprises ». « En Tunisie, les diplômés des formations supérieures aspirent à rejoindre des laboratoires, pose un représentant de l’école d’ingénieurs de Monastir. Nous avons peu de contacts avec les industriels européens, ce qui nous empêche de pousser nos étudiants, qui craignent le monde de l’entreprise, vers des stages dans le privé ».

Fuite des cerveaux

Alain Meyssonier et Léo Vincent présentent HOMERe. (photo C.Garcia)
Alain Meyssonier et Léo Vincent présentent HOMERe. (photo C.Garcia)
Pour pallier ces écueils, HOMERe s’appuiera sur les structures académiques et sur les réseaux d’entreprises de neuf pays (Algérie, Égypte, Espagne, France, Grèce, Italie, Liban, Maroc et Tunisie) en mettant en œuvre un parcours en huit étapes, de l’identification des entreprises et de leurs besoins à l’accompagnement des étudiants de niveau Bac+5. Les jeunes sélectionnés par les entreprises pourront réaliser un stage de six à douze mois dans le pays d’accueil, soutenus par un « mentor ».

« Nous prévoyons de travailler notamment avec des réseaux féminins afin de faciliter le départ des jeunes filles », indique le coordonnateur du projet, Léo Vincent. Les stagiaires sont soumis aux règles en vigueur dans les pays qui les accueillent. À l'issue de leur expérience, leur parcours se trouve validé dans leur pays d’origine. Et l’entreprise qui les a accueillis est, elle, « fortement encouragée » à les recruter sur place ou à les faire recruter dans son écosystème local. Car, le projet HOMERe doit aussi pallier la fuite des cerveaux, à l’œuvre en Méditerranée, en favorisant l’emploi des diplômés dans leur pays d’origine. « Il devient essentiel de proposer de nouveaux programmes permettant aux jeunes Méditerranéens d’accéder à un emploi tout en maintenant les compétences sur le territoire qui les a formés et en favorisant la création de liens entre pays méditerranéens, avance le délégué général de l’Ocemo, Pierre Massis. Les organisations participant au programme comprennent rapidement l’intérêt d’une telle initiative, d’autant plus que la rive sud de la Méditerranée est un véritable tremplin pour des entreprises en recherche d’opportunités de développement. »




Mercredi 18 Mars 2015



Lu 1395 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Commentaires

1.Posté par Yasmina le 19/03/2015 20:07
Je voudrais avoir plus d'éclaircissements des fourchettes d'étudiants concernés, de la manière de postulation... etc.

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

2.Posté par Caroline Garcia le 20/03/2015 16:11
Bonjour, sur le site internet du projet HOMERe, vous trouverez la liste des membres du consortium qui porte le projet.
Les bénéficiaires sont des étudiants de niveau Bac+5 des écoles et universités membres des réseaux RMEI et Unimed.

http://www.homere-med.org/index.php/le-projet#b%C3%A9n%C3%A9ficiaires

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise