Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Enrico Letta présente ses réformes économiques pour l'Italie


Dans un discours de trois quart d'heures prononcé devant les deux chambres, Enrico Letta, nouveau président du Conseil italien, a présenté sa feuille de route. Un programme axé sur une relance des moteurs de la péninsule à travers des réductions d'impôts, des aides aux entreprises et la création d'un revenu minimum pour les ménages en difficultés.



ITALIE. Réduire la pression fiscale et les coûts de la politique italienne en éliminant le cumul des indemnités et des émoluments des ministres également parlementaires et revoir à la baisse les financements aux partis. Relancer la croissance et l’emploi en pleine déprime. Enfin, militer en faveur d’une Europe fédérale, l’Union européenne en crise de légitimité devant devenir le moteur d’un développement durable.

Dans un discours très attendu par les forces politiques italiennes, les partenaires européens et les marchés, le nouveau président du Conseil italien Enrico Letta a présenté ses priorités. Plombée par son endettement, qui devrait représenter 128,1% de son PIB d’ici la fin de l’année 2013, selon les prévisions de Bruxelles; et un taux de chômage proche de 12%, un chiffre record depuis 1992, la péninsule doit agir au plus tôt. « L’Italie se meurt par la faute de la seule austérité. Les politiques en faveur de la relance ne peuvent plus attendre » a déclaré Enrico Letta en se donnant dix-huit mois pour réussir au moins à engager ses réformes.

En ce qui concerne l’emploi en pleine déprime notamment dans Mezzogiorno avec 32% de jeunes chômeurs, l’ex numéro deux du parti démocrate a souligné l’importance d’une révision des amortisseurs sociaux. Il a aussi évoqué l’introduction d’un revenu minimum pour les ménages en difficultés et avec des enfants à charge.

Abolition de l'impôt municipal unique

Le nouveau président du Conseil italien veut sortir son pays de l'impasse économique (photo F.Dubessy)
Le nouveau président du Conseil italien veut sortir son pays de l'impasse économique (photo F.Dubessy)
Avant de signer son contrat de mariage avec les démocrates, Silvio Berlusconi avait réclamé une réduction de la pression fiscale pour relancer les PME, ex-fleuron de l’industrie italienne avant la crise. À commencer par une diminution de l’IRAP, l’impôt sur la production que les entreprises devront payer en juin 2013. Évoqué par Enrico Letta dans son discours, ce point devrait être discuté très prochainement par le conseil des ministres.

Dans ses revendications, le Cavalier avait aussi inscrit l’abolition de l’IMU (impôt municipal unique) qu’il avait éliminé en 2008. Réintroduite en décembre 2011 par l’exécutif Monti, cette taxe a permis à l’État d’encaisser en 2012 23,7 M€ versés en deux tranches par les propriétaires. « Cette taxe sera abolie en juin prochain », a promis Enrico Letta en annonçant aussi une réforme en profondeur du système des impôts.

Durant sa tournée de consultations avant de former son gouvernement, Enrico Letta avait évoqué le renforcement du rôle de la péninsule sur la scène européenne pour participer davantage aux discussions sur les éventuelles renégociations des accords économiques. Le jeune président du Conseil a voulu lancer un signal à Bruxelles en assurant que l’Italie respectera les engagements souscrits envers l’UE. Traduction : le nouvel exécutif ne démolira pas l’œuvre de reconstruction de Mario Monti après la mise en retraite gouvernementale anticipée du Cavalier.

« L’Europe est notre voyage, écrit par nous-mêmes, elle est notre horizon ». Encore une phrase pour rassurer l’Union européenne inquiète des discours tenus par une partie de la classe politique italienne comme le Mouvement5stelle ou encore Silvio Berlusconi sur l’euro.




Lundi 29 Avril 2013



Lu 701 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise